AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 21
AVATAR : Destiny

découvre ce qui se cache
MessageSujet: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Mar 28 Oct - 17:49

william k. stanford & maëlys l. da silva


la gare ferroviaire


Venu attendre un ami ou pour prendre un train, la panne sur la ligne conduit à un retard de 3h pour l’arrivée du prochain train, prenez votre mal en patience…

n.b. › faites des rps courts, ne dépassant pas les 400 mots.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Mer 29 Oct - 22:07

Trois heures de retard ! William tournait comme un lion en cage devant les panneau d’affiche des trains de la gare qui affichait une heure de retard pour le train en provenance de Columbia. Une panne de signalisation empêchait le train coincé sur les voies, de redémarrer au risque de causer un accident. Décidément les services publics n’étaient plus ce qu’ils étaient. Le jeune homme grommelait contre les cheminots, les agents de maintenance, la compagnie ferroviaire. Le jeune homme était en proie à ce genre de pensées que l’on sait être de mauvaise foi, concernant un incident que ‘l’on sait imprévisible que l’on sait au fond que les agents font de leur mieux pour réparer la panne rapidement mais qui sert de ses de compression lorsque l’on est excédé. La raison de sa colère était simple : Gillian, sa petite amie, était dans ce train qui la ramenait à Longside pour le week end après une semaine passée à étudier. Les deux tourtereaux n’avaient que les weeks end pour se voir, que ces deux jours précieux soient amputés de trois longues heures à cause d’une panne de train le rendait dingue. Trois heures sur à peine deux petits jours, c’était énorme ! Sans compter que ça bousillait littéralement leur soirée. Irrité, il fit demi-tour, cela ne servait à rien d’attendre trois heures sur le quai, autnat attendre tranquillement chez lui et revenir chercher Gillian plus tard. Il fit demi-tour et se dirigea vers la sortie lorsqu’il croisa le chemin d’une jeune femme visiblement pressée, une valise roulante à la main. Essoufflée, la demoiselle semblait paniquée, comme si elle était sur le point de rater son train. Il se retourna sur son passage pour la prévenir. « Si vous prenez le train de 19h42 qui vient de Columbia direction Charlotte vous êtes large, le train a trois heures de retard. »  Il espérait pour elle qu’elle n’avait pas un rendez-vous le soir même parce qu’elle allait devoir patienter pendant trois heures dans une gare.

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Dim 9 Nov - 15:31

Cela aurait dû être un jour comme un autre mais comme on le sait tous, rien ne se passe jamais comme prévu. Je m'étais levée de bonne humeur et de bonne heure, qui plus était, puisqu'il fallait bien que j'aille consoler Isaac, mon fils d'un an. Il pleurait à chaudes larmes, sans doute suite à un cauchemar. Je le pris donc dans mes bras pour le câliner et le consoler, le berçant en lui chuchotant que tout allait bien, que sa maman était là. Une fois qu'il fut rassuré, je lui donnai à manger dans la cuisine puis lui fit faire son rot avant de le mettre dans son parc pour qu'il puisse jouer un peu. J'avais bien sûr déjà allumé la télé pour qu'il y ait un fond sonore et pour qu'il s'habitue à ce genre de bruit. J'avais mis une chaîne pour enfant avec des dessins animés. Cela semblait l'intéresser, ce qui me fit sourire. Je me connectai à mon ordinateur et vis le mail d'une vieille, très vieille amie. Une amie qui datait de... De l'école primaire. J'aurais déjà pu tout préparer si j'avais vu ce mail plus tôt mais je ne me connectais pas tous les jours à ma boite mail. Mon amie disait qu'elle allait venir me voir aujourd'hui mais que je devais la chercher à la gare, que je lui avais manquée et ce genre de choses. Me souvenant de comment elle était à l'époque, je me doutais qu'elle devait sans doute déjà être en route, bien que je ne lui avais pas dit si c'était d'accord ou non. Quelle galère. Je m'empressai donc de faire le ménage, un gâteau etc... tout en m'occupant de mon fils. J'appelai aussi sa nounou parce que son père n'était pas là en ce moment. Quand l'heure fut enfin arrivée, je pris mon sac et embrassai mon fils. Cela m'embêtait de le laisser là mais je n'avais pas le choix et je n'en aurais normalement pas pour longtemps. Heureusement que j'avais une babysitter de confiance et toujours disponible, même lors des imprévus. Et elle s'occupait à merveilles d'Isaac. Je partis en direction de la gare. J'entrai dans le hall et très vite, j'entendis un homme dire à une femme qui avait une valise à roulettes qu'un train avait du retard. « Si vous prenez le train de 19h42 qui vient de Columbia direction Charlotte vous êtes large, le train a trois heures de retard. » Oh non... Sérieusement?! Je m'approchai de lui après que la femme l'ait remercié. « Excusez-moi. Vous êtes sûr que c'est le train de 19h42 qui vient de Columbia qui a trois heures de retard? » Je n'allais quand même pas attendre durant trois heures dans cette gare alors que j'avais Isaac à la maison. Même s'il était entre de bonnes mains, je n'aimais pas être trop longtemps loin de lui. Même quand il était chez son père, je n'étais pas rassurée. Peut-être que j'en faisais de trop mais c'était comme ça. Cela ne m'empêchait malgré tout pas de le laisser à son père ou à sa babysitter quand il le fallait attention. Je n'étais pas non plus mère poule. « Une amie est sensée arriver ici. Elle n'est jamais venue alors je devais la récupérer à la gare. » Je fis la moue en soupirant légèrement.

Spoiler:
 

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Lun 24 Nov - 13:19

Le moins qu’on puisse dire, c’est que William n’était pas vraiment du genre patient. Il aimait avoir le contrôle sur les choses, avoir tout, tout de suite et maîtriser son environnement. Le retard de ce train avait tendance à l’agacer et à le mettre à l’épreuve, et ne rien pouvoir faire n’arrangeait rien à la situation. Il interrompit une jeune femme visiblement pressée pour lui dire que ce n’était pas la peine de courir puisque le train avait du retard. La jeune femme le remercia, visiblement soulagée. « Excusez-moi. Vous êtes sûr que c’est le train de 19h42 qui vient de Columbia qui a trois heures de retard ? »  Will se retourna vers l’endroit d’où provenait la voix, ce n’était pas la jeune femme pressée, mais une autre, que cette annonce semblait beaucoup moins enchanter. « Oui, c’est celui-ci. Ils ne sont pas sûrs que le train ait bien trois heures de retard. C’est un maximum, mais si la panne est réglée avant, il peut être là dans vingt minutes. »  répondit-il. L’espace d’un instant, la jeune femme sembla excédée, comme lui. « Une amie est sensée arriver ici. Elle n’est jamais venue alors je devais la récupérer à la gare. » Will acquiesça, comprenant que tout deux se trouvaient dans la même situation : ils pouvaient aussi bien rester à la gare et attendre trois heures pour rien, ou partir maintenant au risque de devoir revenir en catastrophe parce que la panne serait réparée et que le train serait arrivé en gare. « Même punition pour moi. J’attendais quelqu’un, je ne sais pas quand elle va arriver, je suis coincé ici.  »  Il préférait encore attendre que de laisser Gillian arriver dans cette gare en pleine nuit et attendre seule qu’il revienne la chercher dans le froid. Il poussa un soupire résigné « Quitte à attendre, autant attendre confortablement, je sais pas ce que vous comptez faire mais je vais aller m’installer là bas » Il désigna d’un signe de tête un banc dans le fond de la gare et alla s’y asseoir. C’était apparemment parti pour être une longue soirée.

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Lun 15 Déc - 16:10


« Oui, c’est celui-ci. Ils ne sont pas sûrs que le train ait bien trois heures de retard. C’est un maximum, mais si la panne est réglée avant, il peut être là dans vingt minutes. » Oh non. C'était la galère. C'était même la catastrophe. Je ne pouvais pas rentrer si le train arrivait effectivement dans vingt minutes et en même temps, laisser Isaac seul avec sa nounou me dérangeait - même si cette dernière avait toute ma confiance pour bien s'occuper de mon fils. Un soupire s'échappa de ma bouche. Que faire? Rentrer serait stupide... J'expliquai ma situation rapidement à William. « Même punition pour moi. J’attendais quelqu’un, je ne sais pas quand elle va arriver, je suis coincé ici. », me répondit-il. Au moins, nous étions dans la même galère tout les deux. Cela me rassurait - en quelque sorte - de savoir que je n'étais pas seule dans la situation. « Quitte à attendre, autant attendre confortablement, je sais pas ce que vous comptez faire mais je vais aller m’installer là bas » Je le vis aller s'installer sur le banc. Je regardai autour de moi avant de sortir mon téléphone pour rapidement envoyer un sms à la nounou pour lui dire que le train avait de retard et qu'elle devait faire un bisou à Isaac. Une fois le sms envoyé, j'allai rejoindre le jeune homme sur le banc. Je m'installai à ses côtés. « Je m'appelle Maëlys.» Je lui tendis ma main avec un petit sourire. Quitte à rester coincée ici, autant faire connaissance pas vrai? « Enchantée de faire votre connaissance, même si d'autres circonstances auraient été mieux. » Je ris nerveusement avant de demander: « Est-ce-que ça vous dérange si on se tutoie? » Je n'aimais pas trop le vouvoiement sauf pour une personne âgée ou un avocat ou un médecin, par exemple. Je souris doucement au jeune homme qui allait sans doute être ma compagnie du soir en attendant ce fameux train.

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Jeu 1 Jan - 21:05

Il avait promis à Gill qu’il ne la laisserait jamais tomber, qu’il l’attendrait des heures sur le quai de la gare s’il le fallait. On aurait dit que l’univers l’avait pris au mot, comme pour le défier. Le jeune homme avait le sentiment qu’il était parti pour attendre un moment. Il poussa un soupir tandis que la jeune femme brune dont il venait de faire la connaissance le rejoignait sur le banc. « Je m'appelle Maëlys.» Il serra la main qu’elle lui tendait, Maëlys, joli prénom. « Moi c’est William ». Le sien était beaucoup plus commun, mais dans une famille riche et célèbre, on ne peut pas se permettre de donner des prénoms originaux à ses enfants. Sa mère avait tout de même insisté pour lui donner « Knox » comme deuxième prénom, le nom qu’elle adorait et qu’il aurait aimé qu’il porte. Mais voilà, le poids des normes et des conventions est trop fort dans la bourgeoisie anglaise et elle fut obligée de s’y plier, même si elle aimait aussi beaucoup le prénom « William ». « Enchantée de faire votre connaissance, même si d'autres circonstances auraient été mieux. » Will acquiesça en restant silencieux. Faire la conversation n’avait jamais été son fort, il était bien élevé mais peu loquace. « Est-ce-que ça vous dérange si on se tutoie? » Il sourit discrètement, le vouvoiement lui permettait de garder une certaine distance avec les gens, de se protéger. Il repensa alors à ce que lui avais dit Gillian, il devait s’ouvrir aux autres s’il voulait avancer, et cela nécessitait de faire des efforts, sortir de sa réserve, faire un pas vers l’autre. « Non pas du tout. »  répondit-il simplement. « Tu attends une amie, de la famille ? Tu avais l’air assez ennuyée tout à l’heure ». Will n’était peut être pas doué d’une grande aptitude au bavardage, mais il était observateur. Il avait bien remarquée qu’elle était nerveuse depuis tout à l’heure. Ils se connaissaient à peine et il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui raconte sa vie, mais il fallait bien commencer quelques part, sinon la soirée serait longue, très longue.

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Jeu 1 Jan - 21:28


« Moi c’est William » Prénom des plus classiques mais des plus charmants aussi. J'aimais beaucoup ce prénom. Peu importait qu'il soit banal ou non. Il avait serré ma main et je lui avais adressé un sourire. J'étais du genre gentille et agréable avec les gens, même ceux que je ne connaissais pas. C'était comme ça. C'était dans ma nature, comme on dit. « Non pas du tout. » Il était d'accord pour que l'on se tutoie. Tant mieux! Cela rendrait la soirée plus agréable et facile à supporter s'il y avait un minimum de sympathie qui s'instaurait entre nous. « Tu attends une amie, de la famille ? Tu avais l’air assez ennuyée tout à l’heure » Je souris doucement en posant mon regard sur le jeune homme. Il devait approcher de la trentaine. Peut-être avait-il mon âge, peut-être avait-il quelques années à peine de plus que moi. Mais il ne devait pas être beaucoup plus vieux que moi-même. « Une amie. Et toi? » Il avait raison en disant que j'avais l'air bien ennuyée. Je devais laisser mon enfant seul bien plus longtemps que prévu et cela m'embêtait beaucoup. « Je suis effectivement ennuyée. J'ai mon fils qui m'attend. Enfin, il est avec une nounou mais ça m'embête. Je devais juste venir chercher mon amie et rentrer directement ensuite. » Je ne précisai pas que c'était encore un bébé d'à peine un an mais cela lui permettrait de poursuivre la conversation en me posant de nouvelles questions au moins. « Et toi, des enfants? » C'était personnel sans être à cent pour cent intime. Il n'y avait pas de mal à demander si la personne en face de soi avait une famille ou non. Je reposai mes yeux durant quelques instants sur les personnes qui défilaient devant nous, avec ou sans bagages. Je me demandais où telle personne allait et qui donc allait chercher cette autre personne. C'était amusant de voir la façon dont certains étaient pressés et au contraire, la façon dont certains semblaient avoir le temps.

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Dim 4 Jan - 19:25

La jeune femme face à lui avait l'air sympathique, généreuse et sincère. Elle ne lui inspirait pas la moindre méfiance mais il avait apprit depuis des années à maintenir une certaine distance avec les gens, distance qu'il était difficile de briser facilement. Elle était probablement un peu plus jeune qu lui mais pas beaucoup. Elle l'informa qu'elle était venue à la gare chercher une amie et lui retourna sa question. « Ma petite amie, elle fait ses études à Columbia et rente le week end à Longside Creek. » Elle semblait nerveuse et il ne pu s'empêcher de lui demander ce qui l'angoissait alors qu'elle était venue chercher une simple amie. « Je suis effectivement ennuyée. J'ai mon fils qui m'attend. Enfin, il est avec une nounou mais ça m'embête. Je devais juste venir chercher mon amie et rentrer directement ensuite. »  Il hocha la tête, comprenant sa situation. A en juger par son âge, elle devait avoir eu son fils très jeune, sa vie ne devait pas être aussi simple que la plupart des jeunes femmes de son âge. Il comprenait parfaitement que laisser son fils pendant plusieurs heures, même avec la meilleure nounou du monde, la plongeait dans une profonde anxiété. Il se promit alors de faire en sorte de lui faire passer le temps plus rapidement pour lui faire oublier un peu son angoisse. « Et toi, des enfants? »  Will ne pu s'empêcher de pouffer de rire tellement l'idée d'avoir un enfant lui semblait absurde. Lui ? Père ? Vu son passé et son caractère difficile il lui semblait tout simplement impossible d'avoir un jour un bébé. « Oh que non ! » répondit-il spontanément. Devant le regard interrogateur de Maëlys, il reprit : « Ce n'est pas au programme, ni maintenant, ni jamais. Je se serait pas un père modèle, et le genre de vie que je mène ne me le permet pas. » Il n'en avait jamais parlé avec Gill, tout simplement parce qu'il lui paraissait inconcevable d'avoir un enfant, mais elle ne doutait pas qu'elle serait du même avis que lui, en particulier au regard de ses géniteurs qui étaient loin d'être des modèles parentaux. «  Quel âge a ton fils, si ce n'est pas indiscret ? »

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Mar 6 Jan - 14:23


Le hasard faisait-il parfois bien les choses finalement? Ça devait sans doute arriver oui, en effet. Cette soirée en était la preuve. Le train avait peut-être du retard, mon fils était seul avec sa nounou plus longtemps que je n'aurais pu le prévoir, mais au moins, j'avais fait la rencontre d'un homme. Qui savait? Peut-être qu'il deviendrait mon ami, après tout. Ou peut-être que ce sera une rencontre impromptue, brève, mais magique. Peut-être que je ne le recroiserais plus jamais. Mais nous aurions au moins cette soirée en commun, un petit souvenir dans la mémoire de chacun. « Ma petite amie, elle fait ses études à Columbia et rente le week end à Longside Creek. » Je souris en l'entendant. C'était mignon qu'il aille la chercher. Il ne fallait pas risquer de perdre une minute de plus sans se voir Ils avaient raison. Il aurait pu attendre qu'elle rentre chez eux, s'ils habitaient ensemble, mais ça ferait qu'ils se verraient bien plus tard que s'il venait la chercher et donc ils perdraient automatiquement du temps. Ce qui n'était pas le cas en venant la chercher. « Comment s'appelle t-elle? » Je lui parlai ensuite de mon fils qui restait avec la nounou et lui expliquai que ça m'embêtait quand même un peu. Il semblait comprendre. C'était assez agréable.

Je lui retournai la question pour savoir s'il avait des enfants. « Oh que non ! » Mon regard se fit interrogateur. « Ce n'est pas au programme, ni maintenant, ni jamais. Je se serait pas un père modèle, et le genre de vie que je mène ne me le permet pas. » Oh. Il doutait de ses capacités à être un bon père? Peut-être avait-il eu d'assez mauvais parents et que c'était pour cela qu'il doutait. Pourtant, malgré des parents très mauvais, il pouvait tout à fait être le genre de père modèle. Être un mauvais parent, ce n'était pas forcément inscrit dans les gènes. « Je peux te demander quel genre de vie tu mènes, si c'est pas indiscret? » Peut-être qu'il travaillait beaucoup et sa petite amie étudiait alors c'était sûr que ce n'était pas forcément le moment. Mais rien ne les en empêchait, plus tard. Peut-être bien qu'il changerait encore d'avis avec le temps. Qui savait? « Quel âge a ton fils, si ce n'est pas indiscret ? » Ce n'était absolument pas indiscret. « Un an. Il a eu un an il n'y a pas longtemps. » Un an que je l'élevais seule même si allait parfois chez son père certains week-end. C'était pas facile tous les jours mais c'était le rayon de soleil de ma vie. Isaac était tout pour moi. Je souris doucement au jeune homme qui semblait bien sympathique. Mais je ne me faisais pas un avis définitif sur lui tout de suite car comme disait le proverbe: "les apparences sont trompeuses."

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Lun 12 Jan - 22:20

La jeune femme en face de lui était souriante et fort agréable, mais il n’en demeurait pas moins que Will n’était pas du genre à se confier aux personnes qu’il ne connaissait pas. Aussi sympathique que lui semblait  être Maëlys, elle était une inconnue et il restait sur ses gardes, veillant ainsi à ne pas trop en dire sur lui. Il jugea néanmoins que lui dire qui il était venu attendre dans cette gare ne l’engageait à rien et ne menaçait en aucune façon le secret de son identité. « Comment s'appelle t-elle ? » Le jeune homme resta silencieux un moment, visiblement méfiant. Le père de Gill était en ville, mieux valait ne pas trop en dire. Cependant son éducation l’empêcher de l’envoyer promener ou de refuser de lui répondre, et puis après tout le prénom de sa petite amie n’était pas non plus une information capitale. Il était peu probable que la jeune femme connaisse le père taré de Gill. « Gillian. Elle s’appelle Gillian. »

Elle avait laissé son fils chez la nounou et avec le retard du train, elle devait le laisser plus longtemps que prévu. C’était ce qui la rendait nerveuse et c’était compréhensible, une mère n’aime jamais rester loin de son enfant pendant longtemps. Lorsqu’elle lui demanda s’il avait des enfants, il réagit vivement, elle sembla un peu étonnée. Il faut dire que la véhémence et l’absolue certitude avec laquelle il avait répondu avait de quoi surprendre. « Je peux te demander quel genre de vie tu mènes, si c'est pas indiscret ? » Cette fois-ci, cela devenait personnel et délicat. Les bonnes manières lui interdisaient le l’envoyer balader mais il devait être prudent dans sa réponse, peser chaque mot. « Disons que j’ai eu un passé mouvementé et que je ne suis pas très fier de ce que j’ai pu faire à une époque de ma vie. Aujourd’hui c’est terminé, mais je ne me vois pas avec un enfant, ma copine non plus. » Gill se lançait tout juste dans les études et allait devoir privilégier sa carrière pour les premières années, en particulier si elle voulait se faire un nom dans la profession d’avocat. Sa vision de la maternité était loin d’être rose, elle avait été abandonnée à la naissance par sa mère à un père violent et tyrannique. « Un an. Il a eu un an il n'y a pas longtemps. » Will hocha la tête, un enfant en bas-âge, ça ne devait pas être simple tous les jours. « Et son père ne peut pas s’en occuper le soir ? » Au moment où ses paroles s’échappèrent de sa bouche, il comprit qu’il avait peut être fait une bourde. Ses parents à lui s’étaient aimés et l’avaient élevé ensemble pendant toutes ces années, si bien qu’il en oubliait qu’une bonne partie des couples se séparaient, et que tous les enfants n’avaient pas eu sa chance, un grand nombre d’entre eux alternaient les jours chez leur père et chez leur mère. Devant l’expression de son visage, il se reprit avant qu’elle ne se sente obligée de lui répondre « Excuse-moi, ça ne me regarde pas. C’était très indiscret. »

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Dim 18 Jan - 13:36


Je commençais à remarquer que ce jeune homme semblait être méfiant. Comme s'il avait quelque chose à cacher. Je n'insisterais pas, bien entendu. Chacun avait son jardin secret, moi la première. De plus, nous étions deux inconnus, deux étrangers. C'était normal qu'il ne veuille pas me confier toute sa vie dans les moindres détails. « Gillian. Elle s’appelle Gillian. » Je souris en hochant légèrement la tête. « C'est un joli prénom. » Je trouvais effectivement que Gillian était un bien joli prénom, qui sonnait très bien à l'oreille. C'était assez mélodique, c'était agréable à entendre et à prononcer. « Disons que j’ai eu un passé mouvementé et que je ne suis pas très fier de ce que j’ai pu faire à une époque de ma vie. Aujourd’hui c’est terminé, mais je ne me vois pas avec un enfant, ma copine non plus. » J'hochai à nouveau légèrement la tête avec un sourire un peu moins prononcé. Je comprenais ce qu'il voulait dire. « Je comprends... On a tous des cadavres dans le placard, comme on dit. » C'était vrai. Moi, j'avais laissé passer ma chance avec l'homme de ma vie parce que je n'avais pas su m'imposer, imposer ce que je voulais dans la vie. Alors à la place de vivre avec l'homme de mes rêves, j'avais vécu une histoire avec un homme que je n'aimais pas... J'avais fait un enfant avec lui pour ensuite le quitter... Je n'étais pas fière de mon passé non plus, si ça pouvait le rassurer.

On passa ensuite au sujet appelé Isaac, à savoir mon fils. « Et son père ne peut pas s’en occuper le soir ? » Mon sourire s'effaça encore un peu plus alors que je détournai un instant mon regard. « Excuse-moi, ça ne me regarde pas. C’était très indiscret. » Je souris un peu plus en relevant mes yeux vers lui et je secouai légèrement ma tête de gauche à droite. « Non, c'est rien... » Je lâchai un léger soupire, comme si je devais prendre le temps de réfléchir aux mots que j'allais utiliser. « J'ai quitté son père... J'ai pris mon courage à deux mains pour le quitter parce que... Je ne l'aimais pas comme j'aurais dû aimer le père de mon enfant et je pensais que c'était mieux pour mon fils plutôt que de voir sa mère pleurer souvent parce qu'elle était pas heureuse.. » Waouh. Je m'étais laissé un peu emporter. Je ris nerveusement face à cet aveu avant de m'excuser à mon tour: « Désolée... Tu n'en as sûrement rien à faire et moi je me laisse emporter. » Je souris ensuite doucement au jeune homme avant de reposer mon regard devant moi, sur les gens qui passaient. J'avais mes mains posées sur le banc, de chaque côté de mon corps.

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Ven 23 Jan - 21:40

Will était d’autant plus prudent ces derniers temps qu’ils avaient eu un signal d’alarme, le père de Gill était quelque part en ville, il avait retrouvé sa fille. Du coup, donner son prénom à une inconnue ne lui plaisait pas spécialement. Mais voilà, qu’il le veuille ou non, c’était trop tard, le mal était fait, Marshall père avait déjà retrouvé sa fille alors il n’avait plus rien à perdre. « C'est un joli prénom. » Le jeune homme acquiesça, un petit sourire au coin des lèvres. « Je trouve aussi. » Il lui confia ensuite qu’il ne se sentait pas l’âme d’un père, son passé le hantait encore et il était persuadé d’être incapable d’apporter à un enfant ce dont il avait besoin. « Je comprends... On a tous des cadavres dans le placard, comme on dit. » Will fixa le sol, méditant sur les paroles de la jeune femme, tout le monde avait des cadavres dans le placard oui, mais pour la plupart des gens, ces mots étaient une expression à prendre au sens figuré, pour lui qui avait eu du sang sur les mains, ces même mots se rapprochaient plutôt du sens propre.

La discussion dériva sur la parentalité et sur le fils de la jeune femme. A l’évocation du père de l’enfant, le sourire de la jeune femme s’effaça. Will tenta de rattraper le coup, lui signifiant qu’elle n’avait pas à se sentir obligée de lui répondre, sa question avait été très indiscrète et il le regrettait. « Non, c'est rien... » Elle afficha un petit sourire timide pour le rassurer. « J'ai quitté son père... J'ai pris mon courage à deux mains pour le quitter parce que... Je ne l'aimais pas comme j'aurais dû aimer le père de mon enfant et je pensais que c'était mieux pour mon fils plutôt que de voir sa mère pleurer souvent parce qu'elle était pas heureuse. » Will hocha la tête, son histoire était triste, il comprenait son choix. Maelys était jeune, s’enfermer à vie avec un homme qu’elle n’aimait pas autant qu’elle l’aurait souhaité aurait sans doute gâché sa vie et l’enfance de son fils par la même occasion. Ce choix n’avait sans doute pas été facile à faire. « Désolée... Tu n'en as sûrement rien à faire et moi je me laisse emporter. » Will secoua la tête de gauche à droite. « Non t’en fais pas, ça ne me gêne pas. Tu as fais le bon choix, ton fils n’aurait pas aimé te voir malheureuse, toi et ton ex vous auriez fini par vous détester, toi frustrée de ne pouvoir le quitter ; coincée dans une vie que tu n’aimais pas et rêvant secrètement d’une autre vie, lui de te voir distante et se doutant que tu aurais préféré être ailleurs. Cette ambiance n’aurait pu qu’être mauvaise pour le gamin. » répondit-il doucement. « Comment il s’appelle au fait, ton fils ? »

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Dim 25 Jan - 17:27


On avait vaguement parlé de sa copine, qui s'appelait Gillian, et du fait qu'ils ne voulaient pas d'enfants, en partie à cause de son passé. Je respectais ce choix sans poser plus de questions, précisant qu'effectivement, nous avions tous des cadavres dans nos placards. On parla ensuite de mon fils, Isaac. Il m'avait demandé si son père ne pouvait pas le garder et il s'était ensuite excusé en disant que ça ne le regardait pas. Je n'avais rien à cacher alors je lui avais simplement expliqué que je l'avais quitté parce que je ne l'aimais pas comme j'aurais dû aimer le père de mon enfant. Ce fut à mon tour de m'excuser, je m'étais laissé entraîner dans mes explications. Je le vis secouer la tête et il reprit la parole. « Non t’en fais pas, ça ne me gêne pas. Tu as fais le bon choix, ton fils n’aurait pas aimé te voir malheureuse, toi et ton ex vous auriez fini par vous détester, toi frustrée de ne pouvoir le quitter ; coincée dans une vie que tu n’aimais pas et rêvant secrètement d’une autre vie, lui de te voir distante et se doutant que tu aurais préféré être ailleurs. Cette ambiance n’aurait pu qu’être mauvaise pour le gamin. » Je souris doucement en hochant la tête.

C'était agréable de parler à quelqu'un qui comprenait aussi facilement. « C'est un assez bon résumé oui... Mon coeur appartient à un autre homme depuis des années déjà... Même si c'est... compliqué depuis presque toujours entre nous... » Je soupirai doucement en pensant à Ezéchiel. Je l'aimais qu'on se connaissait, puis il était partis, j'aurais dû l'attendre, nous aurions dû passer une vie ensemble. Au lieu de ça, j'étais partie avec un autre parce que j'avais été trop lâche pour dire non à mes parents... On s'était revus, on s'était disputé. A l'heure actuelle, c'était un peu bizarre. La seule chose dont j'étais sûre, c'était que je l'aimais. Même si c'était bizarre et compliqué et que sans doute il me détestait toujours autant malgré le temps qui était passé... « Comment il s’appelle au fait, ton fils ? » Je sortis de mes pensées et je reposai mes yeux sur lui avec un sourire parce que mon fils m'égayait toujours. « Isaac. Il s'appelle Isaac. » Je souris et sortis une photo de mon sac pour lui montrer. C'était Isaac avec moi-même. Je regardai les gens de la gare. « T'as déjà eu des regrets sur des décisions que t'as prise? » J'en avais moi. Plein. Et c'était parfois dur de vivre avec les conséquences des mauvaises décisions même si je savais parfaitement qu'un retour en arrière était impossible et que je n'avais plus qu'à assumer.

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 341
AVATAR : Garrett Hedlund
CHANSON DU MOMENT : Foster the People - Pumped up Kicks
AGE : trente ans
CREDIT : Datura




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Ensemble, et c'est tout
★ PROFESSION: rentier/ photographe
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Lun 2 Mar - 21:35

Will ne s’était jamais vraiment posé la question de savoir s’il voulait ou non des enfants, sa vie ne le lui aurait jamais permis. Cet ancien toxicomane et bras droit cruel d’un chef de gang, n’avait pas eu pour projet de mettre un jour le nez dans des couches de bébés. Il faut dire qu’il ne s’était pas non plus posé la question de savoir si un jour il serait l’homme d’une seule femme et s’il était capable d’éprouver un réel amour. Aujourd’hui pourtant, il partageait le quotidien d’une femme de laquelle il était profondément épris et avec laquelle il avait noué des liens privilégiés. Il avait toujours fuit l’engagement et le voilà qui s’épanouissait dans une vraie relation de couple. Comme quoi rien n’est impossible.

Maelys, elle, avait déjà connu des déboires amoureux. « C'est un assez bon résumé oui... Mon coeur appartient à un autre homme depuis des années déjà... Même si c'est... compliqué depuis presque toujours entre nous... » Will acquiesça mais il ne posa aucune question, il n’était pas réellement loquace et avait du mal à parler de ce qu’il ressentait. La proximité, les confidences sur le quai d’une gare avec une inconnue ne le mettaient pas très à l’aise. D’une façon générale il n’aimait ni parler de lui, ni connaitre les détails trop personnels des gens qu’il ne connaissait pas. Certains pouvaient le percevoir comme un comportement égoïste, froid et indifférent, alors qu’il agissait plutôt par pudeur et par respect. Il n’aimait pas qu’on s’approche trop de sa vie privée, alors il respectait aussi cette règle pour celle des autres. Tant qu’il n’avait pas réellement confiance en quelqu’un, il maintenait cette distance polie et courtoise. Il préféra donc la questionner sur un aspect moins personnel et plus factuel, le prénom de son fils. « Isaac. Il s'appelle Isaac. » Un prénom juif, très joli d’ailleurs. Will faillit lui demander si elle était de confession juive mais restant fidèle à son credo, il se retint. Elle lui tendit une photo et il s’attarda un instant sur le visage rieur de cet enfant plein de vie à côté de sa mère. « Il a l’air heureux en tous cas… » En photo, ça n’avait pas l’air si horrible que ça un enfant, mais en photo ça ne hurlait pas, ça ne pleurait pas, ça ne faisait pas de caprice, ça ne réclamait pas à manger et ça ne faisait pas caca dans sa couche non plus. Le photographe qu’il était savait que contrairement à ce que la plupart des gens croyaient, une photo ne reflète généralement pas la réalité. « T'as déjà eu des regrets sur des décisions que t'as prise? » William s’assombrit, il ne voulait pas vraiment rentrer dans les détails de son passé mais ne pas lui répondre aurait été impoli et elle ne méritait pas un tel outrage. « Si tu savais. Sur le nombre de décisions que j’ai prises, celles que j’estime être bonnes se comptent sur le bout des doigts. »

______________

je serai comme ton ombre
Et si le ciel s'écroule, si les continents plongent, je te suivrai même jusque dans tes songes. Tu me trouveras toujours dans ton sillage, dans les lignes droites et les virages (⚡️) Fauve - Tallulah
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   Sam 28 Mar - 19:37


Je n'aurais jamais cru qu'un jour je serais assise sur un banc de la gare à faire des confidences à un inconnu. Ne disait-on pas que c'était parfois plus simple de parler à un étranger? Je devais avouer que ça semblait effectivement l'être, même si je n'allais pas lui déballer toute ma vie privée, au contraire. Je n'étais pas ce genre. Pourtant, je n'avais pas trop de difficultés à lui parler un peu, au moins en abordant certains petits problèmes que j'avais pu avoir comme par exemple avec le père de mon enfant et celui que j'aurais voulu être le père de mon bébé. C'était fou. J'avais exposé ma situation au jeune homme suite à une question de sa part et je n'avais pas éprouvé la moindre difficulté à lui confier ça, même si effectivement, j'avais hésité. Mais c'était plus parce que ça me faisait mal qu'autre chose pour être honnête.

« Il a l’air heureux en tous cas… », me répondit-il alors que je venais de lui montrer une photo d'Isaac en ma compagnie. C'était vrai, qu'il avait l'air heureux... Il souriait grandement et on aurait dit qu'il avait des étoiles dans les yeux. Je souris doucement en regardant la photo de mon fils. Il était mon rayon de soleil chaque jour de ma vie. Je ne savais pas ce que je ferais si on venait un jour à me priver de mon enfant. Aussi, je ferais tout pour qu'il soit le plus heureux possible, dans les limites de mes moyens. Je ferais tout pour lui. Je l'aimais, il était la prunelle de mes yeux. Il était ma chaire et mon sang et je crois que je ne supporterais pas d'un jour être séparée de lui. Bien sûr, quand il prendra son envol, je le comprendrais. Mais c'était dans encore longtemps. Je voulais dire par la que si un jour on venait à me priver de lui... Je ne crois pas que je pourrais le supporter. « Il l'est... J'espère qu'il l'est en tout cas... » Je n'étais pas dans la tête de mon fils et il était encore trop jeune pour parler mais oui, j'espérais qu'il était heureux. Pour moi, il l'était. J'espérais ne pas me tromper.

Je lui demandai ensuite s'il avait déjà éprouvé des regrets sur des décisions qu'il avait prise. « Si tu savais. Sur le nombre de décisions que j’ai prises, celles que j’estime être bonnes se comptent sur le bout des doigts. » J'hochai doucement la tête. « Et parmi certaines de tes mauvaises décisions... Est-ce-que t'essaies d'en rectifier certaines? Ou... Comment tu fais pour vivre avec? » Je vivais chaque jour avec tout un tas de regrets et je devais avouer que parfois, c'était vraiment dur. Je voulais essayer d'arranger certaines choses pour ne plus avoir à regretter certaines de mes décisions mais plus le temps passait et plus je me demandais si c'était vraiment possible d'arranger des choses...

______________

A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva   

Revenir en haut Aller en bas
 

la loterie des rps - william k. stanford & maëlys l. da silva

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: En dehors de Longside Creek :: Les services de transport :: La gare ferroviaire-