AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 21
AVATAR : Destiny

découvre ce qui se cache
MessageSujet: la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne   Mar 28 Oct - 17:47

p. rafael macgerailt & rosalie boyne


le parking du lycée.


Avoir une voiture est bien pratique, quand elle a un problème et qu’on n’y connait rien beaucoup moins. Un pneu crevé conduit les gens à s’entraider…

n.b. › faites des rps courts, ne dépassant pas les 400 mots.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 56
AVATAR : Meghan Ory

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne   Ven 31 Oct - 11:23


Rosalie avait quitté son chez elle tôt le matin, comme souvent. Elle devait se rendre à Charleston pour commencer - elle l'espérait - enfin son travail de juge. Comme souvent le matin, elle s'arrêta à plusieurs mètres de son appartement pour prendre son petit déjeuner. Grand café latte, jus de fruits, oeufs brouillés bacon, et un donut pour la route jusqu'au bureau. Il lui fallait au moins tout ça pour ne pas piquer du nez jusqu'au moment où elle pourrait se restaurer au travail.

Bref, la journée commençait le plus normalement possible, sans le moindre accroc. Ca ne pouvait donc pas durer, n'est-ce pas ?

A peine a-t-elle repris le volant qu'un drôle de bruit se fait entendre. Croyant avoir rêvé, Rosalie baisse le son de la radio et continue à avancer, aux aguets. Aucun autre bruit, même si sa voiture semble plus capricieuse pour tourner, et un bruit étrange, continu... Elle éteint complètement la musique, attentive, et il faut attendre qu'elle croise un automobiliste qui lui fasse signe pour comprendre d'où vient le problème. Un coup d'oeil par sa fenêtre... Une flopée de jurons... Et Rosalie manoeuvre comme elle peut pour aller se garer dans le parking le plus proche. Par habitude, la voilà qui déchausse ses ballerines de conduite pour enfiler ses chaussures à hauts talons avant de sortir. Rosalie pousse un soupir à fendre l'âme, lève les bras au ciel, face à son pneu avant gauche désespérément plat.

- C'est bien le jour !

Du bout du pied, elle donne un léger coup dans le pneu, avant d'aller ouvrir son coffre. Génial. Je te rappelle que tu es déjà une quiche pour faire fonctionner ton micro-ondes, des fois... Alors changer un pneu ? Mais foudroyer du regard le pneu de rechange ne fera pas avancer les choses... Rosalie plonge la main dans son sac à main, sur le siège passager, et lève son portable à hauteur de son visage. Rire nerveux.

- C'est une blague ? Pas de réseau ?!

Elle lâche son téléphone dans son sac et se masse les tempes. Rosalie pousse un nouveau soupir et quand elle rouvre les yeux, sa solution s'impose dans son champ de vision.

- Hey ! S'il vous plaît ! Oui, vous ! J'ai... Un problème avec ma voiture... Vous vous y connaissez un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2076
AVATAR : Fransisco Lachowski
CHANSON DU MOMENT :
AGE : 27ans
AUTRES COMPTES : M. B. Cole-M. Caldwell-J. ; R. Carmen-Angela L. Knox.
CREDIT : Tumblr & NEVENTER / avatar: glass skin (bazzart)




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Militant radical contre l'expérimentation animale; artiste.
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne   Lun 10 Nov - 15:55

July the Fourth.
Rosalie ∞ Rafael

« Où est-ce que… » Je faisais un tour sur moi-même. «  Sérieusement ?!! » Je refaisais un tour sur moi-même, mais dans l’autre sens. « C’est impossible. » Je m’arrêtais de chercher autour de moi pour me passer une main dans les cheveux. Une main couverte de résidus de fusain, soit dit en passant. « Je dois développer une pathologie rare qui fait que je mange mon matériel inconsciemment… » J’étais à court de fusain alors que j’en avais racheté une boîte complète la semaine passée. J’avais déjà énormément de mal à gagner ma vie, s’il fallait que j’use de mes outils aussi facilement que je me laissais aller pour des sucreries sans gélatine…
J’habitais dans le quartier « chaud » (comme on aime les appeler aujourd’hui) de Longside Creek. Il n’y avait pas vraiment de magasins proposant ce que je désirais. Il fallait que je retourne dans le centre-ville pour me procurer de quoi finir l’une de mes œuvres en attente d’un acheteur. Oui, cela paraissait joliment dit, mais hélas, aucune de mes œuvres n’avait d’acheteur pour le moment. Je ne m’étais installé à Longside Creek que depuis quelques mois après ma sortie de prison. J’avais à peine eu le temps de me poser et de trouver un moyen de payer mon ridicule petit loyer d’appartement miteux et délabré de partout, que je devais déjà trimer à nouveau pour m’en sortir. Il m’avait fallu du temps en prison, aussi. Mais avec Jay, on nous a très rapidement foutu la paix.
Je n’avais ni voiture, ni vélo, ni un quelconque autre moyen de transport pour m’emmener rapidement en ville. Il y avait des bus, mais je n’avais vraiment pas de quoi me payer un ticket. La monnaie que j’aurais éventuellement pu mettre dedans m’aurait servi à payer deux semaines de nouilles chinoises lyophilisées. Vous avez raison, elles me filent la gerbe rien que d’y penser désormais. Je préférais aussi m’acheter à manger plutôt que de perdre le double de la somme dans du matériel de dessin… Une idée me vint alors l’esprit. J’allais me refaire passer pour un étudiant de Charleston au lycée de Longside Creek pour que le professeur d’Arts Plastiques puisse me donner un petit coup de main.
Les mains dans les poches de mon pantalon, de la musique dans les oreilles, je traversais le parking du lycée sans véritablement faire attention à ce qui m’entourait. J’aurais pu me faire écrabouiller par un poids lourd, même ma mort ne m’aurait rien fait remarquer. C’est à la fin d’une chanson que j’entendais une voix plein d’agacement à ma droite. Cette voix appartenait à une femme qui venait très certainement de crever. Elle me demandait si je m’y connaissais. Le visage totalement neutre, je lui répondais. « Un peu. Les trucs de base. Vous avez un cric ? » Silence. Je la regardais fixement. « …Euhm… Je peux vous faire un dessin, si vous voulez. » Décidément. Je n’allais pas finir mon tableau, mais dessiner une voiture à la place.
 
Code by Silver Lungs

______________

Can you still feel
the pull, can you ?
Now I'm repeating everything. If this is what we all were waiting for, to trace it back to places we have known and after thirteen years it was ignored, so we forgot what it was like to be alone. We were sleeping inside your house for several weeks on the mattress side by side though we would never speak.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 56
AVATAR : Meghan Ory

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne   Mar 25 Nov - 11:10


Rosalie bugga. Un cric. Elle avait une tête à savoir ce qu'était un cric ? Le lycéen qu'elle avait devant elle - elle supposait que c'en était un, sinon que ferait-il ici ? En même temps, sans être étudiante, elle était là... - sembla comprendre sa détresse et lui proposa un dessin. Avec un sourire légèrement crispé, elle hocha la tête et s'approcha de Rafael, après un regard en coin haineux pour son pneu crevé.

C'était un comble, en tout cas ! Elle était juge, elle avait fait de grandes études, avait une certaine renommée, s'était débrouillée dans sa "jeunesse" et se retrouvait aujourd'hui bêtement bloquée à cause d'un cric et d'un pneu crevé !!

Elle observa donc Rafael faire courir un crayon sur une feuille, d'abord d'un oeil torve et ennuyé, avant de se rendre compte qu'il avait un sacré coup de crayon, même pour dessiner quelque chose d'aussi banal qu'un cric. D'ailleurs, quand il lui présenta son dessin final, elle ne put s'empêcher de sourire et de prendre la feuille pour mieux l'observer :

- Dites donc ! Vous êtes dessinateur ? Quelle précision dans votre trait...

Et elle en oublia pour un instant ses quelques tracas, avant de se souvenir du but premier de ce dessin.

- Ah, oui, le criquet. Cric, pardon. Je dois avoir un truc comme ça dans mon coffre, effectivement...

Elle y plongea le nez, soulevant le faux fond qui cachait toutes ces bricoles nécessaires à l'entretien de sa voiture, mais dont elle ne se servait jamais. Et ça se voyait. Rosalie finit par trouver le cric, pourtant au-dessus de tout le reste, non sans avoir maugréé contre sa propre bêtise.

- A partir de là, je peux vous laisser vous débrouiller ? Je crois que c'est au-dessus de mes compétences, tout ça... D'ailleurs, j'ai oublié de vous demander votre nom...

Quelle impolitesse ! Elle s'engueula intérieurement, maudit sa bêtise et sa perte de contrôle due au stresse. Elle tendit sa main libre à Rafael :

- Je suis Rosalie Boyne, juge à Charleston.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne   

Revenir en haut Aller en bas
 

la loterie des rps - p. rafael macgerailt & rosalie boyne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: Les secrets du peuple :: « It's my life » :: Memories Boxes-