AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Broken Pieces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 56
AVATAR : Meghan Ory

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Broken Pieces   Sam 11 Oct - 18:34


Rosalie était arrivée depuis peu à Longside Creek. Plusieurs semaines avant d'avoir quitté New York, elle avait envoyé plusieurs emails pour prévenir ses rares amis ou collègues de son départ prochain - et de son in-joignabilité qui s'ensuivrait.

Son déménagement, plus lent qu'elle ne l'aurait voulu car retardé par sa mutation, avait enfin commencé et la plupart de ses affaires étaient rangées dans son nouveau chez elle. Même si rien n'était vraiment en bordel, sauf à ses yeux de grande maniaque, au moins pouvait-elle y vivre tranquillement. Et puis elle avait commencé son nouveau boulot à Charleston, et le trajet s'avérait assez long et fastidieux pour expliquer ce désordre chez elle. Et puis elle avait déjà du retourner deux fois à New York, ce qui n'arrangeait pas complètement ses affaires - mais au moins, il ne lui en restait que deux à gérer là-bas.

Et puis, ce soir-là, alors qu'elle était sur les rotules et prête à aller se coucher, elle reçut un mail. Ce n'était pas un fait rare, mais celui-ci capta son attention. Et son contenu lui arracha un sourire mi-figue, mi-raisin. Devait-elle se réjouir de sa présence ici ? Après tout, elle était juge, alors elle pouvait se permettre de juger... Mais quand même : n'importe qui pouvait avoir envie d'un nouveau départ. Or, elle ne voyait pas pourquoi lui aurait besoin de ce genre de renouveau... Surtout dans une petite ville comme Longside Creek. Ce n'était pas dans les habitudes qu'elle connaissait à Simon. Mais sans doute en discuteraient-ils ensemble, autour d'un dîner. Sauf si soudain, il n'aimait plus la bonne bouffe et les restaurants hors de prix.

* * *


Jamais ils n'avaient échangés autant d'emails en si peu de temps. Rosalie avait tout fait pour arranger, autant que possible, l'arrivée de Simon, et lui faciliter la tâche pour son aménagement. Un peu comme Emily l'avait fait pour elle, quand elle était arrivée. Il faudrait qu'elle pense à les présenter, tous les deux...

... Nan, mauvaise idée. On ne présente pas sa meilleure amie / sexfriend occasionnelle à un tombeur comme Barbicane.

Assise sur un banc en face de l'entrée de la résidence où elle avait trouvé un appartement pour Simon, Rosalie travaillait sur ses dossiers, l'ordinateur sur ses genoux, un crayon coincé entre les dents et deux bloc notes à côté d'elle. Mais elle restait attentive à ce qui l'entourait, aussi ne manqua-t-elle pas le taxi qui s'arrêta un peu plus loin, et l'homme très bien habillé qui en sortit. Oz ne leva pas le regard tout de suite, finissant une phrase - bon, une deuxième dans la foulée - de son rapport, avant de tout fermer et regrouper dans sa sacoche avec une célérité née de l'habitude. Et elle leva les yeux vers Simon, un sourire au coin des lèvres :

- Simon Barbicane, dans une ville de moins de 25.000 habitants... J'avoue être surprise de te voir débarquer ici. Ne me dis pas que tu as trop changé tes habitudes, j'ai réservé dans un restaurant chic, en banlieue, pour que tu m'expliques tout ça... Italien, ça te va ?

Enfin, elle se leva pour l'étreindre un moment, comme on salue un vieil ami.

- Ca me fait plaisir de te voir. Bienvenue, Simon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: Broken Pieces   Lun 13 Oct - 2:49

En effet... Tout le monde a bien droit a un nouveau départ. Pourquoi était-ci si surprenant quand ça venait d'une personne aussi matérialiste et ambitieuse que Simon ? Les individus comme lui sont ordinairement obstinés. N'entendant qu'une seule route bonne pour mener à bien leur existence contrôlée à la seconde près, ils ne voient pas l'éventualité de tout recommencer ailleurs, comme si les choses étaient parties d'un mauvais pieds et qu'on passait un coup d'éponge pour nettoyer le tableau blanc. Ce serait reconnaître l’échec. Et l'échec ne fait pas partie du vocabulaire de ces gens là. Ce qu'on oublie c'est que là, l'échec, je l'ai pas invité à entrer dans ma vie. A cause de l'incapacité notoire d'assumer ses actes même face à des personnes de confiance, j'ai été déchu. Je n'y suis pour rien. Il n'empêche que l'échec est bien là. Il n'empêche que quelques mois dans l'anonymat est nécessaire pour continuer cette existence égoïste que notre héros aime tant.
C'est pour cette raison que Longside Creek s'est imposée à lui.

Enfin pas totalement. Des villes il y en a des tonnes. Des plus importantes, des plus fertiles en matière d'affaires intéressantes, des mieux peuplées... Des plus riches. Alors pourquoi Longside Creek ? Pour Rosalie Boyne. Une des rares personnes sur cette terre que Simon croit pouvoir qualifier "d'amie". Elle est intelligente, honnête et semble porter un réel intérêt pour son prochain. Pour Simon c'est intriguant. Au fil des mois, alors que leurs contacts réels ne se sont résumés qu'à quelques heures passées autour d'un café avec plusieurs semaines d'intervalles, ils ont appris à se connaître, voir à s'apprécier. Et en plus cette jeune femme est juge... Et pas des plus mauvaises. Longside Creek est une petite ville, il aura sûrement nombre d'occasions de travailler avec elle. Avoir un juge pour ami, c'est toujours bon pour les affaires, non...? A n'en pas douter.

Plus la date de son emménagement approchait, plus ses contacts avec la demoiselle s'intensifiaient. Elle s'était montrée très attentive et préventive avec lui. Il est vrai que la transition près Washington allait être peut être rude au début... Mais Simon avait cette grisante sensation de pouvoir s'emparer de la ville rien qu'en refermant la main. Cette sensation que tout est à portée de main, prêt à être englouti... C'est tout simplement parfait pour un nouveau départ.
Elle lui avait donné rendez-vous dans le quartier de Seymour Street, il était prévu qu'ils mangent d'abord ensemble avant d'aller voir son futur "palace". Le trajet en taxi avait été long et ennuyeux, quel ne fût pas son contentement lorsqu'il vît Rosalie l'attendre sur un banc, l'ordinateur sur les genoux, absorbée par son travail et pourtant attentive au monde autour d'elle. Car c'est presque sans lui accorder un regard qu'elle range sa machine et se lève vers lui.

Il marche vers elle d'un pas flegmatique, prenant son temps pour la détailler. Depuis le temps il la connaissait plutôt bien, mais l'avoir en face de lui, en chair et en os, c'était différent. Lorsque leurs yeux se croisent il esquisse un sourire et ralenti lorsqu'il arrive en face d'elle.

- Simon Barbicane, dans une ville de moins de 25.000 habitants... J'avoue être surprise de te voir débarquer ici. Ne me dis pas que tu as trop changé tes habitudes, j'ai réservé dans un restaurant chic, en banlieue, pour que tu m'expliques tout ça... Italien, ça te va ?

Il acquiesça et allait pour lui répondre avant qu'elle ne se lève et le prenne dans ses bras. Il lui rendit sincèrement son étreinte et parla enfin.

- Ça me fait plaisir aussi, Rosalie. Je suis content de te voir.

Il se recula et la regarda droit dans les yeux, ne faisant aucun effort pour détourner le regard. C'était une belle femme, il le savait déjà mais cette idée lui avait échappé. un autre sourire et il fît mine de marcher, lui tendant son bras pour qu'elle l'accompagne.

- Merci pour ton aide, s'adapter à une ville de cette envergure est quelque peu déroutant. Tu le sais toi aussi, je suppose.

Il jeta un regard aux alentours comme s'il découvrait ces rues pour la première fois. Ce qui était le cas, en fait.

- Mais ici ils ont une juge compétente, je me dois de leur fournir un avocat qui va avec. Tu n'es pas d'accord ?

Dit-il sur le ton de la plaisanterie, bien qu'il pensait les mots qu'il venait de prononcer. Si elle avait été une mauvaise juge, sans doutes n'aurait il pas pris si rapidement la décision de venir se perdre ici...

- En tout cas je n'ai pas perdu mes vieilles habitudes, ne t'en fais pas. J'ose seulement espérer que les restaurants ici sont un peu plus classieux que ce qu'on pourrait croire au prime abord.

Il sortit un paquet de cigarette, en attrapa une entre ses lèvres et tendit le paquet à Rosalie, ignorant si oui ou non elle en consommait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 56
AVATAR : Meghan Ory

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: Broken Pieces   Mer 22 Oct - 10:05


Rosalie prit le bras de Simon et commença à marcher avec lui, l'entrainant en direction du restaurant qui n'était pas si loin. Après la route qu'il avait du faire aujourd'hui, elle avait pensé qu'une petite marche d'une bonne dizaine de minutes lui ferait du bien. Elle lui tapota le bras, faussement compatissante :

- Ne t'inquiète pas, Simon. Nous ne sommes pas non plus au Texas ! Les gens sont civilisés, ici, et ils ont de très bons restaurant. Certes, tu ne trouveras jamais aussi bon que... Tu te souviens de son nom ? Celui de Washington, où on avait mangé pour le congrès d'il y a deux ans ? Celui-ci était vraiment exceptionnel. Mais vois le côté positif : dans une petite ville comme ça, pas besoin de réserver douze mois en avance ou d'utiliser nos réputations et nos noms respectifs ! Charmant, non ?

Elle ne put s'empêcher de rire. Elle ne pouvait qu'imaginer combien il allait être déstabiliser par plein de petits détails qui faisaient le quotidien de gens comme eux ! Quoi qu'il en dise, ils pouvaient être les meilleurs dans leurs domaines respectifs, ils n'étaient que deux noms dans l'annuaire local, et leurs réputations ou leurs compétences ne feraient pas d'eux des gens aussi prestigieux que dans leurs villes respectives.

D'un geste poli, elle refusa la cigarette qu'il lui proposa, et ils marchèrent en silence quelques secondes.

- Je dois encore retourner de temps en temps à New York, pour m'occuper des derniers procès que j'ai en cours - des dossiers très sensibles, je ne peux pas refiler le bébé à quelqu'un d'autre, malheureusement. Mais tu sais qu'ici, ils n'ont pas de cabinet d'avocats ? ... Ne me regarde pas comme ça !

Elle ne put s'empêcher de sourire face à son expression, se retenant de rire.

- Même moi je bosse à Charleston, à plus de trente minutes d'ici en voiture. Hélas, ils n'ont pas l'air de vraiment vouloir d'un juge supplémentaire là-bas. On pourrait fonder un cabinet d'avocats ici, si le coeur t'en dit. Les gens ont toujours besoin de gens comme nous. Enfin, si tu es prêt à défendre Monsieur Machin qui accuse Monsieur Truc d'avoir volé une de ses poules...

Rosalie ne put s'empêcher de rire. Inutile de préciser qu'elle plaisantait, donc. Décidément, jamais elle ne s'était sentie aussi détendue qu'en cet instant. Ce n'était pas dans ses habitudes de plaisanter à ce point. A croire que Simon lui avait vraiment manqué, et qu'elle avait une confiance toute entière en lui.

- J'arrête de te taquiner, excuse-moi. Plus sérieusement, j'ai cru voir le nom d'un ou deux avocats dans le coin. On a moyen de se faire une place. Et puis tu l'as dit : on est les meilleurs, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: Broken Pieces   

Revenir en haut Aller en bas
 

Broken Pieces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Taille des photos en pieces jointes
» Pieces detachées
» (Safrane) Vends pieces de biturbo
» Le réseau que vous ne verrez pas dans les magazines
» [résolu ]puzzle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: Les secrets du peuple :: « It's my life » :: Memories Boxes-