AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 show me there's a hurt behind your eyes (sue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Mer 20 Aoû - 19:07

SHOW ME THERE'S A HURT BEHIND YOUR EYES.


De bonne humeur, d'humeur folle, elle s'était rendue au centre commercial en sortant du cabinet. L'horloge sonnait dix-sept heures trente, il était temps de fuir les bureaux pour se ressourcer. Cette semaine, elle était seule. Son fils avait regagné les bras de son père jusqu'au week-end. Il n'était parti que depuis deux jours mais il lui manquait. Elle n'aurait quasiment aucun contact avec lui, juste un appel ou le temps de l'apercevoir dans la rue main dans la main avec Duncan. Elle se sentait toujours triste, nostalgique. Elle n'avait pourtant pas le choix, elle avait elle-même choisi cette arrangement. Et si Duncan ne voulait pas de cet enfant au début, elle ne pouvait nier qu'il était un excellent père pour Jeremy. Le père idéal, pour tout dire. Le père parfait. Et tandis qu'elle divaguait sur la famille idyllique qu'elle aurait pu avoir, Nelha-Isaline avait garé sa voiture sur le parking. Quelques courses, quelques achats, un peu de shopping. Une solution saine de combler cette solitude qu'elle détestait particulièrement.

Une nouvelle paire de chaussures. Des courses pour quelques jours. Un nouveau sac. Il ne manquait plus que des vêtements. Elle savait parfaitement où se rendre pour trouver ce qu'elle voulait. Il n'y avait qu'une personne pour la conseiller comme elle le souhaitait. En bonne cliente, elle ne manquait jamais de faire un détour par la boutique de Sutton Fitzpatrick, une boutique d'article vintage qu'elle adorait. En entrant dans la boutique, elle avait pu retrouver les étales qu'elle admirait, elle avait pu observer les nouveaux vêtements, elle avait pu choisir, rien qu'à l’œil, les articles qu'elle serait susceptible d'acheter. La petit magasin semblait désert, si ce n'est Sue, qui était en train de ranger quelques robes sur des cintres. Elle l'avait salué, agrémenté d'un sourire. « Je suis ravie de voir la boutique rouverte. » Elle avait besoin d'une nouvelle tenue et jusqu'à présent, Nelha-Isaline avait trouvé son bonheur dans cette petite boutique. Des vêtements parfaits, à son gout en tout cas. Elle ne se lassait pas de porter les trésors de ce magasin. Elle avait été fermée, un temps. Si au début, Nelha avait pensé à un congé, elle s'était trompée, apprenant par le biais d'une conversation les raisons de cette fermeture occasionnelle. Elle ne connaissait que très peu la propriétaire mais elle l'appréciait. Elle admirait aujourd'hui cette nouvelle force qui devait l'habiter. Elle l'admirait d'avoir trouvé le courage nécessaire d'avancer. « Comment allez-vous ? » Elle se voulait un peu trop compatissante, un peu trop curieuse aussi sans doute. Mais elle n'en restait pas moins sincère. Une sincérité qu'elle lui devait bien après ce qu'elle avait pu vivre. Nelha-Isaline vivait par procuration la vie tragique des autres. Les seuls drames qui apparaissaient dans la sienne n'étaient que des disputes avec sa soeur, avec le père de son fils, les déboires d'une mère célibataire, les joies d'une jeune femme épanouie dans son travail et reconnue à des centaines de kilomètres. Elle n'avait pas à se plaindre, c'était certain. « J'ai appris ce qu'il vous était arrivée. N'hésitez pas à passer au cabinet si vous avez besoin, pour discuter. » Elle se laisse aller à un petit sourire, avant de se concentrer sur un robe qu'elle pourrait parfaitement avoir dans son dressing. Une robe assez sobre, dans l'ensemble mais qui compléterait à merveille la collection qu'elle possédait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 111
AVATAR : Sarah Bolger
CHANSON DU MOMENT : Sia - Chandelier
AGE : 25 ans
AUTRES COMPTES : Ava la jolie blonde
CREDIT : nenes & tumblr




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Propriétaire d'une boutique vintage
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Sam 23 Aoû - 18:24


Nelha-Isaline & Sutton
    show me ther's a hurt behind

Sue avait passé sa matinée dans l'arrière-boutique à peaufiner les dernières robes qu'elle avait reçu la veille. On lui avait fait un lot de vêtements et accessoires. Un petit-fils qui se débarrassaient des affaires de sa défunte grand-mère. Sutton avait donc dû faire du tri. De nombreuses choses étaient en excellents états. Elle n'avait fait que de légères retouches sur plusieurs robes avant de les envoyer chez le pressing. Le côté pratique d'être dans un centre commercial, tout est à porter de main. Elle avait son employée avec toute la matinée ce qui lui laissait le temps de bien regarder le reste du lot. Elle mit directement deux sacs en magasin. Un troisième rejoignit la robe Chanel des années 70 qui était en vitrine. Elle avait réussi à faire acquisition dans ce lot. Pas de grandes marques mais de jolies pièces tout de même. Certains vêtements nécessitaient davantage de retouches, mais cela ne l’avait jamais effrayé. Vers 11 heures, elle put récupérer les premières robes au pressing. Elles étaient parfaites. C'était ce genre de choses qu'elle aimait tant dans son travail. Dénicher la petite merveille qui ferait pétiller les yeux de l'un de ses clients, tout en redonnant une deuxième vie à des vêtements oubliés. Elle même ne s'habillait pratiquement que en vintage. Elle portait aujourd'hui une robe typique des pin-up des années 50, avec son jupon froufroutant.

Elle était en train de repasser les robes maintenant propres lorsque son employée lui rappela que c'était l'heure pour elle d'y aller. Sutton passa alors à l'avant de la boutique. C'était à partir de maintenant que les choses allaient se compliquer pour elle. Tant qu'elle était caché, occupée, aucune angoisse ne pesait sur elle. Elle n'allait pas imaginer Derek dans sa boite à couture. Mais une fois du côté visible de la boutique... Elle prit une profonde inspiration en regardant sa vendeuse quitter les lieux, comme pour se donner un peu de courage. Elle prit les deux robes qu'elle venait de repasser pour aller les mettre en rayon. Elle faisait toujours attention à ce que le magasin ne paraissent pas surchargée, évitant de passer d'une boutique vintage à une friperie. Elle tentait de faire que chaque article soit bien visible, chacun étant unique. Elle trouva alors une place pour ses deux robes, face à l'entrée du magasin. Elle put alors voir la jeune femme qui entrait, sans être surprise et éviter ainsi une crise d'angoisse. La reconnaissant, un véritable sourire chaleureux prit naissance sur les lèvres de Sutton. Nelha était l'une de ses meilleures clientes. Et cela depuis l'ouverture. Elle n'avait jamais hésité à parler du magasin autour d'elle. Sue ne pouvait que lui en être reconnaissante. « Je suis ravie de voir la boutique rouverte. » Tout juste après « l'incident » Sutton avait laissé la boutique fermée, n'ayant pas le courage de sortir de chez elle, il avait fallut que sa mère lui secoue les puces pour qu'elle le fasse. Et elle l'en remerciait. Sue's vintage, c'était son petit trésor à elle. Le laissé décrépir aurait été la plus mauvaise décision de sa vie. « Comment allez-vous ? » La question qu'elle redoutait toujours le plus dans une conversation. Elle ne savait jamais quoi répondre. Si elle disait aux gens que non, elle n'allait pas bien, il la jugeait directement dépressive. Et la réponse était encore plus difficile quand la personne qui la posait ne savait pas ce qui c'était passée. Comme cela devait être le cas de l'avocate. « J'ai appris ce qu'il vous était arrivée. N'hésitez pas à passer au cabinet si vous avez besoin, pour discuter. » Ah bah finalement, elle le savait. Sue s'étonnait toujours de voir à la vitesse à laquelle les informations circulaient en ville. A croire que tout se savait. Sue accrocha la dernière robe qui lui restait en main. Elle n'était pas sure de vraiment utilisée l'invitation de la jeune femme un jour, mais elle la garda dans un coin de son esprit. On ne sait jamais. Elle se tourna de nouveau vers Nelha, tentant un sourire dans sa direction. Elle était en train de regarder une robe. « C'est gentil de vous inquiétez. Mais ça va, je sors petit à petit la tête de l'eau. J'ai la chance d'être bien entourée. » Plus qu'elle ne l'avait cru d'ailleurs. Elle avait Savannah , sa famille. Et le groupe de soutien également. Et puis il y avait Caleb. Un soutien peu ordinaire, mais un soutien quand même. L'un des plus efficaces. « Le plus dur, c'est de le savoir toujours dehors. La police tarde à l'attraper. » C'était la partie angoissante. Avec la perte de confiance en soi. Elle tenta alors un sourire rassurant, voulant se concentrer sur autre chose. Elle sortit la robe que regardait Nelha du portant. « Elle est magnifique, n'est ce pas ? Elle date des anneés . Une merveille. Elle était accompagnée d'un bandeau de tête à l'origine. Mais il était trop abimée. Je n'ai pu que garder la plume qui l'ornait. Au cas où... » Avec Sutton, pas de gâchis, tout était récupérable pour autre chose. Pour une application quelques part. «  Vous voulez l'enfiler ? »

______________


    La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se rend compte qu’on est heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Ven 29 Aoû - 17:11

SHOW ME THERE'S A HURT BEHIND YOUR EYES.


« C'est gentil de vous inquiétez. Mais ça va, je sors petit à petit la tête de l'eau. J'ai la chance d'être bien entourée. » Elle avait souri, ravie d'apprendre que ça allait plutôt bien malgré les circonstances. Ce qui lui était arrivé n'était pas simple, elle avait trouvé la force de s'en sortir et aux yeux de Nelha-Isaline, c'était admirable. Beaucoup de gens se laissaient sombrer, perdant gout à la vie. « C'est ce qu'il faut je pense, être entouré. Je suis contente de voir que vous vous en sortez. Vous êtes courageuse. » Avoir des proches autour de soi permettait de pouvoir se reposer sur des épaules solides, qui n'avaient pas vécu le drame. Avoir du monde autour de soi permettait de ne pas se laisser aller, de continuer à vivre, à aller de l'avant. Le passé devait rester où il était, même s'il n'était pas simple à vivre. « Le plus dur, c'est de le savoir toujours dehors. La police tarde à l'attraper. » Rien n'avait alors bougé depuis qu'elle avait surpris une conversation au commissariat. L'affaire semblait ne pas vouloir trouver une résolution. Et pourtant, elle savait que pour les victimes, il était mieux de savoir son affaire classée. Elle espérait vraiment pour Sutton que l'agresseur serait arrêté rapidement. « C'est ce que j'ai entendu dire. Cette affaire semble compliquée, je suis sûre qu'ils font le maximum. » Nelha-Isaline avait l'habitude de fréquenter la police dans son métier, elle croisait régulièrement certains d'eux lorsqu'elle devait défendre un client. Elle les admirait beaucoup, du fond de son bureau. Ils prenaient des risques pour tenter de maintenir l'ordre dans la ville, ils devaient parfois gérer des affaires difficiles. Elle savait que jamais elle n'aurait pu faire ça, elle n'était pas assez forte pour supporter de vivre en direct ce à quoi elle était confrontée de loin, à travers des mots, des lettres, des preuves.

Elle avait repéré une robe sur un des portants, changeant ainsi de sujets. Elle était avant tout venue faire du shopping, même si voir Sutton dans un bonne état d'esprit avait aussi joué sur sa décision à entrer dans la boutique. « Elle est magnifique, n'est ce pas ? Elle date des anneés . Une merveille. Elle était accompagnée d'un bandeau de tête à l'origine. Mais il était trop abimée. Je n'ai pu que garder la plume qui l'ornait. Au cas où... » Comme Sutton, Nelha-Isaline n'aimait pas jeter ce qui pouvait être récupéré. Sans doute son âme d'artiste lui disait-elle de conserver des petites babioles pas forcément utile au quotidien mais qui pourrait agrémenter ses tableaux. Elle avait toujours fonctionné ainsi. Et elle était persuadée que la jeune propriétaire avait trouvé une autre utilisation à la plume de ce fameux bandeau. «  Vous voulez l'enfiler ? » Elle ne pouvait pas résister à la tentation. Elle sourit. « J'aimerais beaucoup. » Elle avait pris la robe et avait filé en cabine. Cette robe lui allait bien, elle semblait presque faite pour elle. Elle s'observait dans le miroir, les mains posées sur les hanches, elle bougeait pour se regarder sous toutes les coutures. Elle avait fini par tirer le rideau pour sortir et ainsi apparaître aux yeux de Sutton. « Elle est réellement sublime. » Elle attendait son avis, comme à chaque fois qu'elle venait. Elle avait confiance en ses gouts, elle avait toujours les mots justes pour faire pencher la balance.« Je vais la prendre, je pense, j'ai eu mon coup de cœur. Vous en pensez quoi ? » Elle continuait son inspection dans le miroir sachant bien que la robe n'allait pas changer et que sa vision resterait la même qu'importe la position qu'elle prenait. « Qu'est-ce que vous auriez d'autre à me proposer ? » Elle était prête à faire des folies, pantalons, robes, petits-hauts. Elle avait rarement le temps de faire du shopping alors pour une fois, elle avait décidé de se faire plaisir. Cela lui permettrait de discuter un peu avec Sutton, si elles n'étaient réellement proches, elle voulait lui montrer qu'elle était aussi présente pour elle, au moins pour l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 111
AVATAR : Sarah Bolger
CHANSON DU MOMENT : Sia - Chandelier
AGE : 25 ans
AUTRES COMPTES : Ava la jolie blonde
CREDIT : nenes & tumblr




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Propriétaire d'une boutique vintage
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Lun 1 Sep - 1:38


Nelha-Isaline & Sutton
    show me ther's a hurt behind

« C'est ce qu'il faut je pense, être entouré. Je suis contente de voir que vous vous en sortez. Vous êtes courageuse. » Elle ne se trouvait pas du tout courageuse. C'était même pas un adjectif qu'elle utiliserait pour se décrire. Si elle sortait de chez elle, c'était juste parce que sa mère l'y forçait, rien de plus. Sa mère et sa colocataire et son amour pour son magasin. C'était égoïste en fait. Il n'y avait aucun courage dans tout ça. Il suffisait de voir comment elle faisait facilement des crises de panique. Mais elle appréciait tout de même d'entendre ce genre de choses. Au moins, c'est qu'elle n'avait pas l'air aussi faible qu'elle ne le pensait. Au contraire, les gens courageux ont tendance à être apprécier. Il suffisait de voir Harry Potter et tout les gryffondor. Ou encore Katniss dans Hunger Games. Le courage, ça fait de belles histoires, de beaux films. Là c'était loin d'être une jolie histoire. La preuve, ce serait une belle histoire, Derek serait déjà derrière les barreaux. « C'est ce que j'ai entendu dire. Cette affaire semble compliquée, je suis sûre qu'ils font le maximum. » Avec Mason au commande, Sue n'en doutait pas. Il ferait tout pour la sécurité de Savannah. Le bon point d'avoir une colocataire qui sort avec un flic. Et puis, il ne leur mentait pas. Il leur disait exactement ce qu'elle voulait savoir. Sutton n'aurait pas supporté de voir un flic refuser de leur dire ce qui se passait. Bonne ou mauvaise nouvelle, elle voulait savoir, elle voulait se préparer. « Oui, j'en suis sure. Mais ça ne rassures pas pour autant. Même la sécurité du centre commercial est sur le qui-vive. » Cela avait un côté rassurant de savoir que des tas de caméras étaient tourné vers son petit magasin. Que des vigiles savaient exactement quel tête chercher.

Sutton n'avait pas vraiment envie de s'épancher davantage sur son agression et tenta donc de reprendre une tournure plus professionnel à la conversation. Elle sortit donc la robe que venait de regarder Nelha et lui proposa d'aller l'enfiler. « J'aimerais beaucoup. » Sue la suivit en cabine, attendant de l'autre côté du rideau que l'avocate l'enfile. Elle se mit de façon à pouvoir garder un œil sur la porte du magasin tout en étant disponible pour la jeune femme. Elle surveillait autant pour Derek que pour un éventuel client qui arriverait. Bon d'accord, surtout au cas où Derek arriverait. Elle avait beau faire comme si elle allait bien, c'était loin d'être le cas. « Elle est réellement sublime. » Sutton quitta l'entrée des yeux et se tourna vers Nelha qui sortait de la cabine. Elle avait toujours aimé conseiller ses clientes, mais pas toutes n'acceptaient ses conseils. L'avocate faisait partie de celles qui les acceptait, les écoutait et, encore mieux, les réclamait. Pas pour rien qu'elle était l'une des clientes favorites de la jeune femme. « Je vais la prendre, je pense, j'ai eu mon coup de cœur. Vous en pensez quoi ? » Sutton s'approcha davantage, tentant de mettre son œil d'experte en action. Cette robe était sublime et elle allait parfaitement à la jeune femme. « Elle vous va à merveille. La taille est parfaite. Je raccourcirais peut-être juste un peu la jupe. » Elle s'agenouilla auprès de la jeune femme et plia un peu l'ourlet, montrant ainsi la différence à la jeune femme. « Vous voyez, comme ça. Pas grand chose, mais juste assez pour qu'elle ne soit pas en dessous du mollet. Si vous le voulez, je pourrais vous faire l'ourlet. » C'était le bonus, chez Sue's vintage, on fait aussi les retouches. En même temps, c'était un peu obligatoire quand on vendait des vêtements uniques. Chaque morphologie est différente, et il faut pouvoir s'adapter à tout le monde. Sue se releva, alors que Nelha reprenait la parole. « Qu'est-ce que vous auriez d'autre à me proposer ? » Sutton eut un nouveau sourire. Sa cliente avait apparemment une envie de folie. Elle passa rapidement en revue, dans sa tête, ce qu'elle avait reçu depuis la dernière visite de la jeune femme. Et surtout, elle cherchait ce qui pourrait lui plaire. « J'ai reçu plusieurs petites choses hier. J'ai pu mettre les deux robes qui sont devant, mais certaines pièces mériteraient d'être repassés avant d'être mise en rayon. Pourtant il y a un des petit chemisier qui vous irait à la perfection. Je vais vous le montrer quand même. » Elle passa rapidement dans sa réserver et attrapa le chemisier qui était encore sous la housse du pressing. Elle revint en boutique et retira le plastique pour le montrer à la jeune femme. « Il est en soie. Je soupçonne les broderies qui ornent le col, les manches et le contour des boutons d'avoir été fait main. » Sutton avait même penser le garder pour elle, pendant un moment. Avant de se raviser. Elle était trop petite, les manches seraient trop longues. Elle avait eu peur en les reprenant d’abîmer les borderies. Elle préférait donc tenter de trouver une acquéreuse à la bonne taille. Et Nelha semblait être parfaite pour ça.  Une autre idée lui traversa subitement l'esprit. « J'y pense, vous avez bien un petit garçon ? Dans le courant de la semaine je devrais recevoir des vêtements marins pour garçon. Une première pour le magasin, les vêtements pour enfant. Mais cela pourrait vous plaire. »

______________


    La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se rend compte qu’on est heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Mar 2 Sep - 23:45

SHOW ME THERE'S A HURT BEHIND YOUR EYES.


« Oui, j'en suis sure. Mais ça ne rassures pas pour autant. Même la sécurité du centre commercial est sur le qui-vive. » Elle ne pouvait pas réellement la comprendre, imaginer ce qu'elle avait vécu. Elle ne préférait même pas penser à cette agression, de peur d'en faire des cauchemars incessants. Nelha-Isaline n'est finalement qu'une personne ne plus à lui apporter son soutien, une personne compatissante la regardant comme une pauvre victime. Il y a quelques années, elle ne voyait que les bons côtés de la société, elle se faisait un monde magique, peuplé de gens biens. La réalité l'avait rapidement rattrapé et son monde idyllique avait soudainement disparu. Après un bref coup d'oeil à l'extérieur, elle avait fini par remarquer deux molosses habillés de noir non loin de l'entrée, prêts à intervenir au moindre problème. Une chose était sûre, si l'agresseur revenait, il serait parfaitement accueilli. « Les choses s’arrangeront, ne vous en faites pas. » Elle essayait de la rassurer autant qu'elle essayait de se persuader elle-même de la véracité de ses propos. Les choses n'allaient pas assez vite et malgré sa proximité avec la justice, elle ne pouvait pas être certaine que le coupable soit un jour arrêté. Trop de temps avait passé à présent, et si elle n'en disait rien, elle savait que les espoirs étaient minimes. Trop faibles.

Elle avait essayé cette robe qu'elle regardait avec insistance. Elle n'était pas déçue du résultat. Elle savait qu'une occasion comme celle-ci ne se représentait pas. L'inconvénient des vêtements uniques sans doute mais elle ne s'en plaignait pas. Elle était certaine de porter une création que personne ne porterait. Elle aimait ce côté exclusif, elle pouvait s'en vanter auprès de ses amies. Nelha-Isaline est une femme gracieuse, qui aime prendre soin d'elle, elle retrouve dans cette boutique tout ce qu'elle admire. « Elle vous va à merveille. La taille est parfaite. Je raccourcirais peut-être juste un peu la jupe. » Elle l'avait laissé faire, l'observant à travers le miroir. Elle avait l'oeil pour les détails, elle ne laissait rien au hasard. Et c'est sans doute ce qui faisait fonctionner sa boutique. Le côté unique et ce sens aigu pour la perfection. Sue savait ce qu'elle faisait. Elle avait surtout le mot juste pour faire comprendre à ses clients qu'ils pouvaient acheter sans crainte. « Vous voyez, comme ça. Pas grand chose, mais juste assez pour qu'elle ne soit pas en dessous du mollet. Si vous le voulez, je pourrais vous faire l'ourlet. » Elle sourit. Après une dernière observation et une satisfaction intérieure, elle était certaine qu'elle prenait la robe. Elle n'était pas du genre narcissique, mais elle aimait se sentir belle, se sentir attirante. Elle aimait se dire qu'elle pouvait plaire en se regardant dans un miroir. Et dans cette robe, elle se trouvait belle. « Vous avez raison, c'est encore mieux. Et bien sûr, je vous laisse faire l'ourlet. Comme d'habitude et puis vous êtes certainement meilleure en couture que je le suis. » Elle avait appris à coudre par simple utilité, à la naissance de Jeremy. Lorsqu'il a commencé à marcher, il s'est avéré que les petits travaux de couture se faisaient plus réguliers. Les chutes du petit garçon avaient détruit de nombreux pantalons et t-shirt. Elle avait fini par créer elle-aussi des pièces uniques en les rapiéçant comme elle le pouvait. Une chose était sûre, il valait mieux confier sa robe à une professionnelle. « J'ai reçu plusieurs petites choses hier. J'ai pu mettre les deux robes qui sont devant, mais certaines pièces mériteraient d'être repassés avant d'être mise en rayon. Pourtant il y a un des petit chemisier qui vous irait à la perfection. Je vais vous le montrer quand même. » Elle l'avait laissé partir vers la réserve. En attendant, elle avait scrupté de l'oeil les autres portants, cherchant une perle rare mais jusqu'au retour de Sue, rien ne lui avait plu, comme ça, à vu de nez. Cependant, le chemisier qu'elle ramenait était tout à faire à son gout. « Il est en soie. Je soupçonne les broderies qui ornent le col, les manches et le contour des boutons d'avoir été fait main. » Du bout du doigt, elle avait touché le tissus. Elle aimait beaucoup ce genre de vêtements, elle en avait quelques uns du même type mais ne sans lasser jamais. Les chemisiers étaient parfaits pour aller travailler, un de plus ne serait pas de refus. « Il est splendide. Vous permettez que je l'essaye ? » Elle avait une nouvelle fois filé en cabine, enlevant la robe. Elle avait enfilé le chemisier et remis son pantalon slim noir. Une tenue classique qu'elle adorait pourtant. Elle avait finalement quitté la cabine pour se retrouver face au regard de Sue. « Vous avez beaucoup de gout pour choisir les vêtements que vous exposez. Ce chemisier est magnifique. Je vais faire des envieuses, j'en suis certaine. » Elle se voyait déjà, affichant clairement sa nouvelle trouvaille. En bonne cliente, elle faisait régulièrement la pub pour la boutique et il arrivait parfois que certaine de ses amies trouve leur bonheur avant elle. A ce moment-là, c'est elle qui devenait jalouse. « J'y pense, vous avez bien un petit garçon ? Dans le courant de la semaine je devrais recevoir des vêtements marins pour garçon. Une première pour le magasin, les vêtements pour enfant. Mais cela pourrait vous plaire. » Elle imaginait déjà Jeremy dans des vêtements de marins. Le petit garçon serait adorablement craquant dans ce genre d'habit. « J'ai hâte de voir ça, je passerais avec Jeremy la semaine prochaine. Il est malheureusement chez son père jusqu'au week-end. » Elle eut un petit soupir de regret, elle n'aimait pas être séparée de son fils, même si elle pouvait profiter de son temps libre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 111
AVATAR : Sarah Bolger
CHANSON DU MOMENT : Sia - Chandelier
AGE : 25 ans
AUTRES COMPTES : Ava la jolie blonde
CREDIT : nenes & tumblr




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Propriétaire d'une boutique vintage
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Ven 5 Sep - 15:40


Nelha-Isaline & Sutton
    show me there's a hurt behind

« Les choses s’arrangeront, ne vous en faites pas. » Combien de fois avait-elle entendu cette phrase ? Si on lui avait versé un dollar à chaque fois, Sutton serait déjà riche. Mais bon, elle savait aussi que les gens ne disaient ça que par gentillesse, pour la rassurer. Même si elle avait un peu marre d'entendre ce genre. Elle prenait donc sur elle et gardait son sourire. Elle était devenue maîtresse dans l'art du sourire qui cachait sa véritable angoisse. Elle était lucide, elle savait que plus le temps passait, moins il y avait de chances de voir Derek derrière les barreaux. Il pouvait être n'importe où à l'heure actuelle. Aux îles Caïman, ou en Islande, qui savait ? Le seule espoir, c'était qu'il fasse une erreur, qu'il laisse son obsession pour les deux colocataires reprendre le dessus. Les flics semblaient pensés que cela faisait partie de son profil. Mais ça ne rassurait pas la jeune femme, au contraire. Si elle devait revoir ce taré un jour, elle voudrai que ce soit derrière les barreaux, ou mieux, mort. Mais elle n'en dirait rien à la jeune femme. Après tout, c'était sa cliente, elle était sensée lui inspiré confiance. Pas lui faire pitié. Elle n'était pas sure que la compassion soit un bel argument de vente. Elle gardait donc sourire, et prit une vois mesurée pour répondre. « J'en suis sure. » Un beau mensonge...

La conversation dériva finalement vers un sujet qu'elle connaissait bien mieux, les vêtements de son magasin. Nelha fila en cabine essayer une robe et quand elle en ressortit, Sue la conseilla. C'était son domaine, et elle était tout de suite bien plus à l'aise ainsi, elle n'avait pas à se forcer, à réfléchir et ce qu'elle devait ou ne devait pas dire. C'était sa passion ce travail. Elle avait aimé travailler dans l'atelier de confection d'une grande marque de luxe, mais ce n'était pas comparable à l'amour qu'elle portait aux pièces qu'elle vendait ici. Pas du tout comparable. Du premier coup d’œil, elle arrivait à savoir si le vêtement allait allé à la personne ou pas. Et elle suffisait qu'elle connaisse un minimum la cliente pour même savoir directement quel pièce lui plairait. Nelha faisait partie de ses gens là. Parfois, Sue mettait même quelques pièces de côté pour elle. Elle devrait lui demander son numéro, lui envoyer un sms quand elle recevait quelque chose qui entrait dans ses goûts. « Vous avez raison, c'est encore mieux. Et bien sûr, je vous laisse faire l'ourlet. Comme d'habitude et puis vous êtes certainement meilleure en couture que je le suis. » Sutton lui rendit son sourire. Nelha appréciait vraiment cette cliente. « Dans ce cas, ne bougez pas, je vais tout de suite le marqué. » Elle alla rapidement au comptoir pour attraper des épingles. Elle s’agenouilla de nouveau devant l'avocate et marqua son ourlet. En général, elle ne faisait même pas payer ce genre de service. Les retouches faisaient partis de son boulot. Elle ne le faisait que quand les gens demandait bien trop de retouches. En général, elle conseillait aux gens de ne pas prendre un vêtement qui n'est pas à votre taille à l'origine, mais les casse-pieds étaient bien nombreux. La robe est deux tailles au dessus ? Reprenez tout ! Là elle faisait payer, il ne fallait pas exagérer. Mais un ourlet, c'était le b.a. ba. Surtout pour une cliente aussi agréable que Nelha. Cette dernière lui demanda d'ailleurs si elle n'avait une autre pièce susceptible de lui plaire. Sue pensa immédiatement à un petit chemisier qu'elle n'avait pas eu le temps de repasser. Elle le récupéra en réserve malgré tout. Elle le vit tout de suite au regard de Nelha, elle avait fait mouche. « Il est splendide. Vous permettez que je l'essaye ? » Sutton lui répondit d'un hochement de tête et d'un sourire. Elle se remit comme toutes à l'heure, quand Nelha enfilait la robe. Près des cabine, mais avec une vision complète sur la porte d'entrée. Quelques instants plus tard, elle était sortie. « Vous avez beaucoup de gout pour choisir les vêtements que vous exposez. Ce chemisier est magnifique. Je vais faire des envieuses, j'en suis certaine. » Sutton reprit son sourire. Elle appréciait le compliment, pas de doute. Elle regarda tout de même le chemisier avec son regard d'expert. « A part qu'il aurait vraiment besoin d'un coup de fer, il vous va merveilleusement bien. Je vous assure, ce n'est pas moi qui sait les choisir, c'est vous qui savez les porter. » Elle en avait vu des pièces magnifiques se transformé en chose horrible sur d'autres personnes. Chacun avait sa morphologie et tout n'allait pas bien à tout le monde. Mais Nelha semblait avoir la morphologie parfaite. Peu de choses ne lui allaient pas. « Si vous le voulez, je vous le repasserai. Vous pourrez ainsi le récupéré avec la robe. » Sutton avait une tendance au perfectionnisme dans son travail. Vendre un vêtement froissé lui paraissait être la pire idée du monde. Pourtant, elle savait que certaines personnes ne son métier ne se générait pas pour ça. Elle aimait se dire que c'était sa qualité de travail qui faisait que les gens revenaient la voir. Et qu'ils prenaient la peine d'écouter ses conseils surtout.

Sutton se souvint également que sa cliente avait un fils. On lui avait, dernièrement, vendu un lot de vêtement pour enfants de type marin. Elle devait les recevoir la semaine prochaine. Elle proposa donc à la jeune femme de venir les voir la semaine prochaine. Elle vit de nouveau les yeux de Nelha pétiller. Sans doute s'imaginait-elle déjà son fils en tenue. Elle même pensait garder une pièce ou deux pour son petit frère. Tim serait tellement chou dedans. Et puis, si ça venait de sa grande sœur, Sutton savait déjà que le jeune Timotee serait fan. « J'ai hâte de voir ça, je passerais avec Jeremy la semaine prochaine. Il est malheureusement chez son père jusqu'au week-end. » Sutton ne put ignorer le soupir que poussa Nelha. Pour avoir grandit avec des parents séparés, elle savait que ce n'était pas facile. Même si ses parents s'étaient remis ensemble depuis. Oui, les Fitzpatrick font les choses bizarrement. Surtout en mettant au monde un deuxième enfant près de 20 ans après le premier. « Une garde alternée ? Ce doit pas être facile tout les jours. Quel âge a votre fils ? » Sutton ne se souvenait pas avoir déjà rencontré le jeune Jeremy. Elle avait toujours vu la jeune femme seule. Sans doute venait-elle justement faire son shopping quand elle n'avait pas son fils. Pour tromper le temps. « Si vous me donnez sa taille, je pourrais vous mettre quelques pièces de côté dans ce qui pourrait lui aller. »

______________


    La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se rend compte qu’on est heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Mer 24 Sep - 16:36

SHOW ME THERE'S A HURT BEHIND YOUR EYES.


« Dans ce cas, ne bougez pas, je vais tout de suite le marqué. » Elle était restée immobile pour que Sutton puisse faire son travail. Un travail qu'elle admirait de loin, de haut surtout. Elle avait marqué l'onglet en quelques secondes, rapidement. Cela semblait si simple que n'importe qui pourrait le faire et pourtant, ce n'était le cas. Il fallait avoir l'oeil pour les détails, avoir une finesse dans les gestes pour pouvoir offrir le meilleur des services. Sans doute revenait-elle parce qu'elle savait qu'elle ressortirait pleinement satisfaite des services que lui proposait la propriétaire. Elle savait qu'en venant ici, elle ne serait jamais lassée parce qu'elle pouvait acheter. Nelha-Isaline n'allait pas se contenter d'une robe, le chemisier que lui avait apporté la jeune femme lui avait aussi tapé dans l’œil. Un bijou qu'elle ajouterait à sa collection de vêtements. Il n'y avait personne dans la boutique, c'est ce qu'elle pouvait apprécier. Pouvoir discuter et être l'unique attention. Elle pouvait ainsi profiter de cet instant pour découvrir les nouveautés avant les autres, pouvoir choisir les meilleurs occasions sans qu'aucunes femmes ne se décident à saisir l'opportunité. « A part qu'il aurait vraiment besoin d'un coup de fer, il vous va merveilleusement bien. Je vous assure, ce n'est pas moi qui sait les choisir, c'est vous qui savez les porter. » Elle ne put s'empêcher un sourire, Nelha-Isaline n'était pas du genre à refuser les compliments, bien au contraire. Elle savait être modeste quand il le fallait sans quoi elle se contentait de sourire et de remercier. « C'est grâce à votre boutique que j'ai les meilleurs pièces de la ville. Le mérite vous revient tout autant qu'à moi. » Il était vrai que quelques froissures avaient atteint le tissus mais rien qui ne l'empêche d'être bien porté. Elle s'imaginait déjà dans une jupe ou dans un pantalon serré. Elle avait déjà hâte de pouvoir le récupérer. Elle acquiesça simplement quand Sutton lui demanda si elle souhaite le faire repasser. Elle n'avait pas tant de temps à elle, en ce moment. Elle la remercia d'un sourire.

La conversation avait viré à Jeremy, son fils. Le petit garçon était chez son père pour la semaine. Elle savait qu'elle allait le revoir d'ici quelques jours mais elle ne pouvait s'empêcher d'être maussade à l'idée de le savoir chez son ex-petit-ami. Non pas qu'il soit mauvais père, bien au contraire. Mais les raisons de leur séparation n'étaient-elles pas en partie la naissance de Jeremy et donc la grossesse indésirée ? « Une garde alternée ? Ce doit pas être facile tout les jours. Quel âge a votre fils ?  » Ce n'était pas facile tous les jours. En tant que mère tout du moins. Elle ne voulait pas savoir comment Duncan vivait le fait d'être séparé de son fils. A présent, elle voulait avoir le moins de contact possible avec lui, malgré tout et malgré Jeremy. Finalement, elle ne le voyait que pour lui sans quoi, elle aurait tout fait pour l'éviter. C'est sans doute ce lien qui l'empêchait d'avancer, de rencontrer quelqu'un d'autre. « C'est une histoire clairement compliquée. Une mauvaise entente, une séparation et l'enfant au milieu. Il a eu quatre ans mais c'est toujours aussi difficile de le voir partir. » Chaque fois, ce même pincement. Dans les pires moments, elle en pleurait secrètement. Elle se sentait seule lorsqu'il n'était pas là et égoïstement, elle aurait voulu l'avoir rien que pour elle. « Si vous me donnez sa taille, je pourrais vous mettre quelques pièces de côté dans ce qui pourrait lui aller. » Excellente idée. Jeremy n'était pas très grand, sans doute dans la moyenne d'ailleurs. Tous ses camarades de classe étaient de sa taille ou presque. Elle l'habillait surtout comme elle le pouvait. « Il porte des vêtements entre quatre et six ans, ça dépend. » Parfois il fallait plus grand, parfois moins. Tout dépendait de la coupe. « Vous avez des enfants ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 111
AVATAR : Sarah Bolger
CHANSON DU MOMENT : Sia - Chandelier
AGE : 25 ans
AUTRES COMPTES : Ava la jolie blonde
CREDIT : nenes & tumblr




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Propriétaire d'une boutique vintage
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Ven 26 Sep - 2:19


Nelha-Isaline & Sutton
    show me there's a hurt behind

« C'est grâce à votre boutique que j'ai les meilleurs pièces de la ville. Le mérite vous revient tout autant qu'à moi. » C'était toujours agréable d'entendre des compliments, d'autant plus pendant cette période difficile. Tout ce qui pouvait remonter le moral et gonfler l'égo était bon à prendre. Sutton rendit donc son sourire à la jeune femme. « D'accord, partageons nous les mérite. Fifty fifty. » C'était pas avec toutes les clientes qu'elle pourrait parler ainsi. Elle avait la chance d'avoir surtout des clientes agréables, mais il y en avait d'autres qui étaient juste profondément insupportable. Elle avait d'ailleurs développée un sourire spécialement pour celles-ci. Un sourire qui de l'extérieur paraissait totalement adorable et avenant, comme pour n'importe lequel de ses clients, alors que dans sa tête, elle cherchait tout les noms d'oiseaux possible et inimaginables pour sa vengeance silencieuse. Cela faisait parfois du bien.

La conversation dériva rapidement sur le fils de l'avocate, quand Sutton pensa aux vêtements pour enfant qu'elle allait recevoir très prochainement. « C'est une histoire clairement compliquée. Une mauvaise entente, une séparation et l'enfant au milieu. Il a eu quatre ans mais c'est toujours aussi difficile de le voir partir. » Elle était plus âgée quand ses parents avaient divorcés et aucune garde alternée n'avait été mis en place. Elle vivait tout simplement chez sa mère et passait du temps chez son père quand elle le voulait. Aucune prise de tête, surtout entre eux, pour éviter les disputes inutiles. C'était elle qui décidait. Enfin, tout ça ne dura qu'un temps, elle aurait du voir plutôt que ses parents avaient vite trouvés une autre raisons de se voir. Surtout pour remettre le couvert et se remarier. Sutton posa une main qui se voulait rassurante sur l'avant bras de Nelha. « Je comprends, ce doit pas être facile. J'espère que ça finira par aller mieux. » Revenant quand même au professionnel, Sue se proposa de mettre de côté quelques pièces qui pourraient allés à son fils. Elle pouvait bien laisser ce petit privilège à l'une de ses meilleures clientes. « Il porte des vêtements entre quatre et six ans, ça dépend. » Au moins, ce ne serait pas bien compliqué, c'était la même taille que Timotee. Elle n'oublierait pas, au moins. « Vous avez des enfants ? » Elle fut surprise par cette question. Rare était les gens qui lui posaient ce genre de questions. D'autant plus que les gens la prenaient toujours pour plus jeune qu'elle ne l'était. « Non, du tout. Même pas un potentiel père dans le coin. J'ai un petit frère de 5 ans, par contre. J'essaie toujours de passer un maximum de temps avec lui. Ils grandissent si vite. » Elle aurait sans doute du utiliser le passé. Elle passait bien moins de temps avec lui depuis son agression. Elle se disait toujours que c'était pour le protéger. Il n'avait pas besoin de subir l'angoisse de sa grande sœur. Surtout qu'à cet âge les enfants ont toujours tendance à tout absorber. Elle se trouvait trop nocive pour lui actuellement.

La sonnette annonçant l'arrivée d'un nouveau client se mit à sonner, coupant court à la conversation des deux jeunes femmes. Elle eut un sourire d'excuse envers Nelha, avant de se tourner vers le nouveau venu. Il s'agissait d'un homme. En costume trois pièces, elle le trouvait bien déplacée dans sa petite boutique. « Bonjour, monsieur, puis-je faire quelque chose pour vous ? » L'homme fit les quelques pas qui les séparaient. « Je cherche Sutton Fitzpatrick. » Elle lui tendit la main. « Vous l'avez trouvé. » Il lui serra la main, brièvement avant de passer sa main dans sa veste intérieur et de la tendre à la jeune femme. Elle avait toujours rêvée d'un jour se présenter comme ça. Avec une carte de visite. Le côté présomptueux du geste l'avait toujours intriguée. Mais sur le coup, quand elle lu la carte, elle en resta choquée. Le nom du type ne lui disait absolument rien, elle n'avait jamais entendue parler de ce Peter Browning, mais le nom de l'entreprise qu'il représentait, elle ne pouvait pas l'ignorer. Toute femme normalement constituée le connaissait. Mieux, elles rêvaient toutes d'avoir au moins l'une de ses pièces dans sa garde-robe. Elle dévisagea alors l'homme sans comprendre. Sérieusement, que pouvait-il venir faire dans sa petite boutique sans prétention ?

______________


    La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se rend compte qu’on est heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Lun 13 Oct - 11:48

SHOW ME THERE'S A HURT BEHIND YOUR EYES.


« D'accord, partageons nous les mérite. Fifty fifty. » Sutton avait une réelle complicité avec ses clients, avec elle en tout cas. Jamais elle n'aurait pu avoir ce genre de paroles dans d'autres boutiques. L'âge devait y faire, Sutton devait avoir le même âge qu'elle, peut-être un peu moins, peut-être un peu plus, elle n'en savait rien. Mais elle était certaine que cela faisait presque tout dans ce lien de cliente à vendeuse. Sans doute était-ce pour ça qu'elle revenait si souvent. Pour conserver en quelque sorte ce lien privilégié avec Sutton. Et pour avoir des vêtements uniques mais c'était autre chose. « J'accepte ce deal. » Cette ambiance bon enfant, de camaraderie était quelque chose qu'elle appréciait, n'importe où elle allait. Dans son travail, elle avait tant l'habitude de rester sérieuse, de ne jamais rire. Elle se devait, obligatoirement, de maintenir une image digne de ce nom. A cause du nom du cabinet uniquement. Elle travaillait pour son père, qui avait lui même travaillé pour le sien. Tout était question de famille, d'honneur.

Son fils avait pris une place importante dans sa vie. Sa naissance n'avait pas fait que du bien dans sa vie. Elle avait été à l'origine de sa séparation avec Duncan, de la colère de ses parents, de nombreux désagréments. Pour lui, elle avait renoncé à beaucoup de choses, des rêves, des envies. Mais pour lui, elle pourrait tout faire, vraiment. « Je comprends, ce doit pas être facile. J'espère que ça finira par aller mieux. » Tout irait mieux un jour. Lorsqu'elle arriverait à pardonner à Duncan, quand elle arriverait à se faire à l'idée de partager son fils. Finalement, elle s'y ferait lorsque Jeremy sera assez grand pour choisir où il veut aller. Et l'issue pouvait être fatale pour elle. Ou pour Duncan. Elle ne pouvait pas le savoir et ne le voulait d'ailleurs. « Je crois qu'en tant que maman, on ne s'y fait jamais vraiment. » Elle eut un petit sourire. C'était simple, son côté maternel prenait le dessus dans n'importe quelle situation. Et son statut de mère ne lui permettait pas de se remettre chaque semaine de voir son fils partir avec un homme pour qui elle avait autant de ressentiments que d'amour.  « Non, du tout. Même pas un potentiel père dans le coin. J'ai un petit frère de 5 ans, par contre. J'essaie toujours de passer un maximum de temps avec lui. Ils grandissent si vite. » Le petit frère de Sutton était quasiment de l'âge de Jeremy. S'ils allaient à la même école, il était presque certain qu'ils s'étaient déjà rencontrés, dans la cours de récréation, à la cantine. Qu'importe. Mais elle avait raison. Les enfants grandissent toujours si vite. Trop d'ailleurs. Jeremy avait tellement grandi, elle se repensait enceinte, imaginant que c'était hier encore. Les années avaient pourtant passé. Elle avait évolué, elle avait obtenu son diplôme, elle s'était faite un nom dans le domaine de la justice. Dans tout cela, elle n'avait pas réellement vu son fils grandir. Maintenant, il marchait, il parlait, il faisait tout quasiment seul. Il était grand maintenant. « Je ne vous le fais pas dire. Les enfants grandissent tellement vite, c'est impressionnant. Vous avez raison d'en profiter. »

L'arrivée d'une nouvelle personne dans la boutique a interrompu la conversation qu'elles tenaient. Nelha-Isaline avait replongé son regard dans le miroir, observant le chemisier qu'elle portait encore, laissant ainsi Sutton s'occuper de ce nouveau venu. L'homme avait une allure si sérieuse qu'elle aurait pu se moquer. Il ne semblait pas réellement à sa place dans cette boutique. Sutton vendait-elle des vêtements d'hommes ? Elle n'en savait rien, elle n'avait pas pour habitude de regarder autre chose que les vêtements qui l'intéressaient. Par curiosité, elle se retourna vers l'homme qui discutait avec Sutton. Il lui avait tendu une carte. Devait-elle intervenir en tant qu'avocate ? Lorsque quelqu'un donnait une carte, ce pouvait être bon signe. Mais généralement, ça n'en était pas un. Elle s'était approchée, surtout par Sutton ne disait plus rien. « Tout va bien ? Que se passe-t-il ? » Elle salua d'un geste de la tête l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 111
AVATAR : Sarah Bolger
CHANSON DU MOMENT : Sia - Chandelier
AGE : 25 ans
AUTRES COMPTES : Ava la jolie blonde
CREDIT : nenes & tumblr




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Propriétaire d'une boutique vintage
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Ven 17 Oct - 1:06


Nelha-Isaline & Sutton
    show me there's a hurt behind

« J'accepte ce deal. » Sutton aimait vraiment ce moment. Plaisanter, discuter et partager avec ses clients faisaient partie des bons côtés du boulot. Elle avait un peu perdue de vue tout ça. Il faut dire qu'elle devait davantage forcé le sourire et que la plaisanterie ne venait pas aussi facilement. Mais avec Nelha, les vieilles habitudes étaient venus plus facilement. Sans doute parce qu'à ses yeux l'avocate avait toujours été plus qu'une simple cliente. Elle était sa cliente la plus fidèle. Si elle devait plus qu'avoir une seule cliente, ce serait elle qu'elle choisirait. Sans doute pour ça qu'elles en viennent facilement à laisser la discussion dériver sur des sujets plus personnels, comme le fils de la jeune femme. Sue pouvait bien difficilement se mettre à la place de la mère. Elle ne pouvait pas vraiment, pas totalement, comprendre la souffrance d'être séparé de son propre enfant. Elle ne pouvait que l'imaginer et elle se doutait bien que cela ne devait pas être facile. Pas du tout. C'est la chair de sa chair, le sang de son sang. Comment peut-on voir cet être qu'on a porter en soi pendant neuf mois, qu'on a nourrit et soigné, partir loin de soi, chaque semaine, encore et encore ? « Je crois qu'en tant que maman, on ne s'y fait jamais vraiment. » Sutton n'avait aucun mot de réconfort à lui donner. Elle se contenta donc de lui rendre son sourire et de passer une main sur le bras de la jeune femme. Encore un geste qui montrait que Nelha-Isaline n'était pas comme toutes les autres clientes. Sue se rendait compte pour la première fois que -peut-être- elles pourraient devenir amies toutes les deux. A force de se côtoyer et de se voir si souvent. Après tout, Sutton connaissait déjà aussi bien les goûts de l'avocate que ceux de Savannah, si c'était pas un signe ça... Et toujours aussi naturellement, Sutton parla de son petit frère, de son Timmy. « Je ne vous le fais pas dire. Les enfants grandissent tellement vite, c'est impressionnant. Vous avez raison d'en profiter. » Elle devrait surtout recommencer à en profiter. Elle avait du en louper des choses dans la vie de ce petit bonhomme. Elle se fit alors subitement la promesse d'appeler sa mère en quittant la boutique ce soir. Elle pourrait peut-être prendre Timotee à la maison ce week-end. Il adorait Savy en plus. Mais subitement cette idée lui paraissait moins sympathique. Tim, dans son appartement, avec Derek en liberté ? Lui parler au téléphone serait déjà un pas. Elle laissa échapper un soupir avant de relever les yeux vers son interlocutrice. Elle n'avait pas vraiment envie de partager ce genre d'idée morbide. « J'ai parfois l'impression que c'était hier qu'il était ce petit bébé qui ne cessait de pleurer pendant que je révisais. » Elle eut un nouveau sourire. Elle n'avait jamais pu en vouloir à Tim. Et c'était pas prêt d'arriver. A l'époque, il pleurait, elle tentait de se fâcher en disant qu'elle avait du boulot et puis finalement elle le prenait dans ses bras et se réinstallait avec lui dans les bras. Rien de bien concluant, en somme.

La clochette qu'elle avait installée à la porte tinta, annonçant l'arrivée d'un visiteur et sonnant une coupure dans la conversation. Sue laissa donc Nelha près des cabines et gagna l'intérieur de la boutique. Ce n'était pas la première fois qu'un homme venait dans sa boutique. Beaucoup venait pour accompagner leur femme, leur fille -leur sœur ajouta-t-elle mentalement en pensant à Leith-, très peu pour eux-même. Elle vendait quelques vêtements pour homme, des costumes par exemple, mais tellement peu, les hommes ne prenaient pas aussi soin de leurs affaires que leurs femmes et les vêtements ne survivaient pas au passage des ans. Et puis, ils ne se vendaient pas de toutes manières. La mode semblait être une histoire de femme. Mais cet homme semblait plus déplacé dans son magasin que tout les autres qui avaient pu y mettre les pieds. Et cette impression s'agrandit davantage quand il lui tend sa carte et qu'elle lit le nom de l'entreprise qu'il représente. Elle reste comme bloquée sur la carte et c'est à peine si elle entend Nelha les rejoindre. « Tout va bien ? Que se passe-t-il ? » Sans un mot, Sutton se contente de tendre la carte à la jeune femme. Elle se sent rassurée de l'avoir là, auprès d'elle. De ne pas être toute seule. Et c'est grâce à sa présence qu'elle reprend la parole en fronçant légèrement les sourcils. « Je ne comprends pas. Qu'est ce qu'un représentant d'une si grande marque fait dans mon petit magasin ? » Si son petit commerce avait réussi à faire son petit bout de chemin en ville, c'était rien fasse à cet marque, à ce créateur. Elle se souvenait parfaitement d'avoir littéralement bavé sur les photos de sa dernière collection qui avait paru dans un magasine, tout aussi réputé que la marque, d'ailleurs. « Nous souhaiterions mettre en place une collaboration entre votre magasin et nous. » La tête lui tournait, c'était impossible. Et puis quel genre de collaboration, d'ailleurs ? Elle ne voyait vraiment pas ce qu'elle pourrait apporter à la marque. « Nous voudrions que vous vendiez notre dernière collection, entièrement composé de pièce unique. » « Vous plaisantez ? » Cela avait été plus fort qu'elle, les mots s'étaient échappés de ses lèvres. C'était juste incroyable. Totalement... elle ne trouvait même plus les mots. La vie l'avait bien surprise ces derniers temps, pour une fois, elle était heureuse d’accueillir une telle nouvelle.

______________


    La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se rend compte qu’on est heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Lun 1 Déc - 19:15

SHOW ME THERE'S A HURT BEHIND YOUR EYES.


L'homme fraîchement arrivé avait coupé court à la conversation entre les deux jeunes femmes. Nelha-Isaline, par curiosité, avait laissé traîner ses oreilles pour écouter les propos de ce nouveau venu. Elle était curieuse de nature. Mais lorsqu'il s'agissait de choses importantes, c'était autre chose. Elle écoutait attentivement. Elle s'était même rapprochée pour pouvoir prendre la parole. Elle avait donc écouter. Une grande marque voulait vendre une collection de pièce unique dans la boutique de Sutton. Une marque que Nelha-Isaline appréciait. Elle restait suspicieuse malgré la joie de la propriétaire. « Monsieur, excusez-moi ... mais avez-vous un contrat avec votre proposition ? » Elle restait sur ses gardes, ce genre de surprises n'était que très rarement sans intérêts. En tant qu'avocate et même si le droit des affaires n'était pas son domaine, elle avait eu l'occasion d'entendre de sales affaires dans les milieux de la vente. Les arnaqueurs courent les rues, il se pouvait que cet homme en soit un. Elle ne voulait pas s’immiscer ainsi mais elle refusait de voir la jeune femme prise dans un engrenage malsain alors qu'elle sortait tout juste d'une violente agression. « Cette marque est formidable, j'en conçois. Elle permettrait beaucoup à cette boutique mais permettez-moi d'émettre un doute quant à ce genre de proposition. » Elle avait repris son ton d'avocat. Sa voix possédait des intonations particulières qui lui avaient beaucoup servi dans son métier. Aujourd'hui, elle essayait de se montrer diplomate mais aussi intransigeante. Si cette affaire était véridique, elle serait la première à venir acheter une de ces fameuses pièces. Peut-être même plusieurs. Sans la volonté de Sutton, elle s'était imposée comme avocate plaidant sa cause. De son sac, elle avait sorti une carte similaire à celle de l'homme et lui avait tendu. Dessus, on pouvait lire son nom ainsi que le cabinet auquel elle appartenait. Pour les gens d'ici, il était souvent inutile de préciser qu'elle était la fille du grand avocat de la ville. Pour les étrangers, c'était une autre histoire. Si son père était réputé dans tout le pays, il n'était pas le seul Lewis sur le marché des avocats. D'un geste de la main, elle avait invité Sutton à s'éloigner pour pouvoir discuter. Elle devait rester crédible face à un représentant sans doute bien placé dans sa société. « Je suis désolée de m'être imposer ainsi. J'ai jugé bon de prendre le choses en main avant que l'engrenage soit lancé. » Elle marqua une courte de pause, observant le représentant fouiller son attaché-case. « Cet homme peut être n'importe qui et vous faire signer n'importe quoi. Les arnaques sont finement jouées dans ce genre de situation. Si ça ne vous ennuie pas, j'aimerais lire les contrats et s'il faut négocier, négocier. Il ne faut pas vous emballer trop rapidement. » Et après une légère respiration : « Enfin, si vous le voulez ... » Elle ne pouvait pas imposer ses services de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 111
AVATAR : Sarah Bolger
CHANSON DU MOMENT : Sia - Chandelier
AGE : 25 ans
AUTRES COMPTES : Ava la jolie blonde
CREDIT : nenes & tumblr




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Propriétaire d'une boutique vintage
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   Jeu 18 Déc - 0:46


Nelha-Isaline & Sutton
    show me there's a hurt behind


Quand elle avait ouvert sa boutique, Sutton n'avait jamais pensé à ce genre de prétention. A s'associer avec une grande marque. Sans doute parce ce que ce qu'elle faisait était loin de tout ça. Elle donnait une nouvelle vie a des vêtements dont plus personnes ne voulaient. Des vêtements qui parfois recelaient plus de beautés et valeur que les gens ne pensaient. Mais là, voir le nom de cette marque sur ce petit carton, dans son magasin, elle était carrément ailleurs. Dans un autre monde. « Monsieur, excusez-moi ... mais avez-vous un contrat avec votre proposition ? » La voix de Nelha la ramena à des choses plus terre à terre. Après tout, elle ne savait même pas ce que cet homme lui proposait vraiment. « Cette marque est formidable, j'en conçois. Elle permettrait beaucoup à cette boutique mais permettez-moi d'émettre un doute quant à ce genre de proposition. » Des doutes ? Sutton en sursauta subitement. Elle n'avait même pas penser à ça. A chercher une éventuelle anarque. Elle lança un regard à la jeune femme. Sa cliente était subitement métamorphoser. Elle pouvait maintenant voir la brillante avocate qu'elle était. Oh, elle l'avait toujours su. Mais le voir de ses propres yeux étaient totalement autre chose. Cela la changeait. Sue l'imagina même en train de défendre quelqu'un au tribunal avec l'une des tenues qu'elle lui avait acheté. Cela devait vraiment en jeter. Nelha lui fit alors signe de s'éloigner. Sue l'écouta docilement, encore sous le choc. « Je suis désolée de m'être imposer ainsi. J'ai jugé bon de prendre le choses en main avant que l'engrenage soit lancé. » Sutton ne répondit même pas tout de suite, suivant le regard de sa cliente qui se posait sur le dit représentant qui fouillait dans son attaché-case. « Cet homme peut être n'importe qui et vous faire signer n'importe quoi. Les arnaques sont finement jouées dans ce genre de situation. Si ça ne vous ennuie pas, j'aimerais lire les contrats et s'il faut négocier, négocier. Il ne faut pas vous emballer trop rapidement. » Elle avait totalement raison, elle le savait. Bon sang, elle était pourtant plus inteligente que ça. Elle avait bien réussi à monter sa boutique et là, il suffisait du nom d'une grande marque pour qu'elle perde les pédales, n'importe quoi. « Enfin, si vous le voulez ... » Sue reporta subitement son regard sur la jeune femme. Elle n'avait même pas eu conscience d'avoir garder ses yeux rivés sur le type qui les attendaient toujours. « Oh oui oui. Bien sur. Vous avez entièrement raison. » Elle prit une grande inspiration, reprenant ses esprits. « Merci d'être intervenue. Je sais pas ce qui m'a pris. J'ai eu l'impression d'être submergé subitement. » Il fallait dire que niveau émotion, elle avait son compte ses dernières semaines. « Mais je ne suis pas sure de pouvoir vous payer vos services en tant qu'avocate... » Elle en doutait sincérement. Elle gagnait bien sa vie, mais pas non plus tant que ça... Elle économisait depuis des mois pour acheter une nouvelle machine à coudre. Pas qu'elle en avait vraiment besoin, mais comment pouvait-elle résister à l'appel de la couture. « A moins que vous acceptiez d'être payer en vêtement, là, je devrais pouvoir le faire. » Ajouta-t-elle avec un sourire. Elle était à moitié sérieuse. Mais si cela allait à Nelha, elle l'était entièrement.

______________


    La souffrance peut occuper une telle place qu’on en oublie le bonheur. Parce qu’on ne se rappelle pas avoir été heureux. Et puis, un jour, on ressent quelque chose d’autre, ça nous fait bizarre, seulement parce qu’on n’a pas l’habitude, et à ce moment précis, on se rend compte qu’on est heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: show me there's a hurt behind your eyes (sue)   

Revenir en haut Aller en bas
 

show me there's a hurt behind your eyes (sue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: Centre Ville :: St John Terrace's surroundings :: Le Mall of Carolina-