AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 NELHICAH + simplement protéger ma fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 476
AVATAR : naya rivera
AUTRES COMPTES : riven-ahri + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par shiya




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: commis de cuisine en attente de concrétiser son projet
★ RELATIONS:
MessageSujet: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Lun 28 Juil - 21:37

Simplement protéger ma fille
Nelha-Isaline I. Lewis & Micahel-Ana A.S. Lasheras
« Allez, c’est parti ma belle. » Nous avions passé la journée dans l’appartement. Les vacances ne faisaient que commencer. Cela faisait à peine deux semaines que j’étais arrivée dans cette ville. Je devais commencer le travail le lundi suivant. En attendant, je profitais de ma petite fille. Au fond, ça me rassurait, je n’arrivais plus à m’éloigner d’elle. Pourtant, lundi, il le faudrait. Ezéchiel avait raison, je devais aller voir quelqu’un pour envisager une action contre Luis. Au moins essayer d’arrêter cette peur constante qui me tiraillait l’estomac. Je me souciais surtout du jour où elle me demanderait où était son père. Elle n’était qu’une petite fille, elle ne pouvait pas comprendre que son père n’était qu’un bon à rien, et qu’il ne pouvait pas s’occuper d’elle. Tout ce qu’elle savait, c’était que pendant deux années, elle avait eu un père présent pour elle, et qui nous aimait. Je ne souhaitais pas revoir Luis. Et je ne souhaitais pas non plus que Jo le revoit. Je l’avais prévenu. Pourtant, il avait tout de même dépassé les bornes. Il avait enlevé notre fille, et il m’avait violentée. Mon poignet cassé et mes points de sutures en étaient la preuve. Il était hors de question que Luis s’approche de nous à nouveau. Cette fois, je ne lui pardonnerais jamais ce qu'il nous avait fait. Je repensais souvent à ce qu’il m’avait dit ce soir-là ; qu’il n’était pas sûr que Joana soit bien de lui. Ça m’avait mise hors de moi. S’il ne m’avait pas dit ça, je ne l’aurais sans doute pas giflé, et il ne m’aurait pas poussé. Je n’aurais jamais dû le gifler. Cependant, je n’avais jamais cru qu’il aurait pu être violent. Jamais. J’étais partie de Brasilia pour nous protéger, je le devais. J’avais pensé à Longside Creek car Ezéchiel était ici. J’aurais tellement voulu que Célia vienne avec nous, mais ce n’était pas possible. Lorsqu’Ezéchiel avait vu l’état dans lequel j’étais, lorsqu’il avait vu mon front et mon poignet, j’avais immédiatement reconnu dans ses yeux le frère protecteur qu’il était. Il m’avait tellement manqué. Je lui avais tout raconté. Absolument tout. C’était pour cela qu’à ce moment, je me dirigeais vers le cabinet d'avocat de la ville. J’avais besoin de conseils, je devais savoir quoi faire pour tenir Luis éloigné de notre fille, je devais savoir ce qu’il m’était possible de faire pour obtenir la garde complète de Joana. Il n’était tout simplement pas envisageable pour moi qu’un juge lui laisse son droit de père. Ça m’était impensable. Et, même si ça arrivait, je ferais tout ce qui était en mon pouvoir pour l’empêcher de me prendre ma fille. Car, oui, maintenant, pour moi, elle n’était plus que ma fille et non plus notre fille. J’étais entrée dans l’établissement, Joana dans les bras, avec une certaine appréhension et je me dirigeais de suite vers ce qui semblait être l’accueil où il n’y avait qu’une jeune femme, le nez dans un dossier. « Bonjour, excusez-moi de vous déranger mais j’aurais besoin d’un renseignement. J'aimerais parler à Maître Lewis si c'est possible. » En fait, c’était mon frère qui m’avait poussée à aller voir un avocat pour savoir ce que je pouvais faire au cas où Luis reviendrait dans ma vie. Mon grand frère avait sans doute bien trop peur de le tuer si mon ex se pointait à Longside Creek. Moi, j’avais envie de prendre un nouveau départ mais il était vrai qu’il fallait parer à l’éventualité que Luis revienne, comme il l’avait déjà fait une première fois. Après avoir fait quelques recherches, j'étais tombée sur le nom de cette jeune femme : Nelha-Isaline Lewis. Elle était jeune et apparemment très douée. Étonnamment, mon choix s'était porté sur elle car je me disais qu'elle pouvait me comprendre, ayant à peu près le même âge que moi. Elle pourrait sans doute m'aider. « Bonjour. Bien sûr, Maître Lewis pourra vous recevoir dès qu'elle aura terminé son rendez-vous. Je vous invite à vous asseoir » Tout en débitant sa phrase d'un ton robotique, comme si elle l'avait appris par coeur, elle me montra un fauteuil derrière moi. Je la remerciais d'un signe de tête, et pris place, Joana sur mes genoux.
Code par Silver Lungs ; gifs par lovers-supernatural|tumblr et spinlighted|tumblr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1818-masl-x-liberee-delivree http://www.what-about-now.net/t1872-micahel-ana-arya-sansa-lasheras-x-i-wanna-feel-alive-again
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Dim 10 Aoû - 19:33

Les journées se ressemblaient, pour ainsi dire. Se lever, s'occuper de Jeremy, le déposer chez la nourrice et partir travailler. C'est comme ça qu'elle vivait lorsque Duncan ne s'occupait pas de lui. Ce matin, elle avait commencé le travail très rapidement. Nelha-Isaline était une avocate réputée, reconnue dans plusieurs états. Certains de ses clients ne se déplacent plus maintenant que les échanges en réseaux sont possibles. Elle a très rarement le temps, pour ne pas dire jamais. Lorsqu'elle n'est pas en rendez-vous, que ce soit en face à face ou grâce à son ordinateur, elle se plongeait intensément dans ses dossiers. Ses affaires favorites concernaient les familles. Les problèmes conjugaux, familiaux, parentaux étaient sa spécialité. Bien qu'il lui arrivait de toucher à autre chose. Des affaires plus sérieuses, plus grave aussi. Des histoires de meurtre, des histoires de drogue. Elle n'aimait pas ce genre d'affaire, défendre des gens présumés d'horribles histoires. Elle n'y arrivait pas mais n'avait malheureusement pas le choix. En ce moment, elle ne s'occupait que de séparation, de mariage, de contrat en tout genre. Simple comme tout. « Mademoiselle, une jeune femme demande à vous voir. » Il s'agissait sans aucun doute d'une nouvelle tête. Ses clients, ceux qu'elle connaissait bien, étaient connus sous leur nom. Elle ne savait pas ce qu'il l'attendait. Elle ne répondit rien et d'un geste sec, elle raccrocha. Nelha-Isaline n'appréciait pas sa secrétaire, plus vieille qu'elle. Aigrie, sans âme. Elle n'avait rien à faire ici, elle en était persuadée. Elle ne connaissait rien à la justice, au droit des hommes. Il n'y avait que ses magasines qui l'intéressaient. Face à elle, se tenait un jeune couple. Ils voulaient un contrat de mariage mais ni l'un ni l'autre ne semblaient d'accord. « Excusez-moi de vous interrompre. Vos envies ne semblent pas claires. Vous n'êtes d'accord sur rien, comment voulez-vous que j'établisse un contrat ? » Ils l'avaient regardé, ensemble, interloqués par ses mots. Mais il fallait se rendre à l'évidence, elle avait raison. « Votre contrat doit satisfaire autant l'un que l'autre. En cas de séparation, ce contrat séparera vos biens, définira l'avenir de vos enfants. Si vous n'êtes pas encore d'accord, je peux vous montrer quelques contrats que j'ai déjà personnellement rédigé pour d'autres couples. » Ils avaient accepté et avaient fini par quitter le bureau en la remerciant chaleureusement. Nelha-Isaline avait l'habitude de voir ce genre de personnes, indécises. Ils voulaient tout, l'un comme l'autre. Mais il fallait faire des choix difficiles. Après avoir soufflé un instant, elle s'était à son tour levée pour sortir. Une jeune femme, semblant à peine plus jeune qu'elle, attendait non loin de l'entrée de son bureau, une petite fille sur les genoux. « Bonjour, Maître Lewis. Suivez-moi, je vous prie. » Elle lui avait serré la main avant de l'inviter dans son bureau. Elle lui avait rapidement demandé de s'installer sur les fauteuils de cuir. Son bureau avait des allures chics, des allures modernes. Des meubles noirs, des canapés blancs. Des murs ornaient de photos, de livres en bibliothèque et surtout de grandes fenêtres laissant entrer la lumière du jour. « Est-ce que je peux vous offrir quelques choses à boire, à vous et votre fille, avant d'entrer dans le vif du sujet ? » Elle sentait que ce dossier ne serait pas le plus simple à traiter tant la jeune femme semblait en détresse. Des personnes, elle en avait eu dans son bureau mais jamais elle n'avait vu autant de crainte dans le regard d'une personne. « Votre venue concerne votre fille, je suppose ? » Elle eut un sourire en regardant la petite fille, à peine plus vieille que Jeremy. Elle avait pris l'habitude de voir des enfants dans son bureau, elle aimait leur présence. Leur innocence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 476
AVATAR : naya rivera
AUTRES COMPTES : riven-ahri + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par shiya




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: commis de cuisine en attente de concrétiser son projet
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Jeu 14 Aoû - 22:12

    « Bonjour, Maître Lewis. Suivez-moi, je vous prie. » Je me levais, Joana dans les bras, et serrais tant bien que mal la main de l’avocate. « Bonjour. Mademoiselle Lasheras. » Elle était très belle, sans doute pas beaucoup plus vieille que moi. Je la suivis dans son bureau. J’étais légèrement nerveuse. Je me demandais comment j’allais lui parler de ma situation. J’étais obligée de lui expliquer pourquoi j’exigeais la garde complète de ma fille. Je devais tout lui raconter. Raconter mon histoire à Ezéchiel avait été compliqué, mais il était mon frère alors je n’avais pas honte de me sentir gênée ou de pleurer devant lui. Mais devant une inconnue. Aussi jolie soit elle. Je devais simplement me rappeler que c’était son métier, et qu’elle devait entendre des histoires bien pires que la mienne. « Est-ce que je peux vous offrir quelques choses à boire, à vous et votre fille, avant d'entrer dans le vif du sujet ? » J’étais tentée de lui demander un verre de vin, ou n’importe quel alcool. Pour me donner du courage. C’était malvenu, et je ne buvais pas d’alcool avec Joana dans les parages. Je ne buvais même pas tellement. Juste un verre de vin de temps en temps. « Ça va aller, merci. Mais, si vous avez du papier pour Joana, qu’elle puisse dessiner. » J’avais du mal à reconnaître ma propre voix. Ma voix était mal assurée. Je n’étais pas quelqu’un avec une immense confiance mais je n’étais pas mal assurée. Et encore moins vulnérable. Je détestais cela. Quand allais-je sortir de ça ? Je ne pouvais pas vivre comme ça. Ce n’était bon ni pour moi, ni pour Joana. Je n’avais pas envie de devenir une mère constamment sur son dos par peur qu’il lui arriver quelque chose, que son père la retrouve et lui fasse du mal. Surtout qu’il ne lui avait rien fait finalement. Mais il aurait pu, vu ce qu’il m’avait fait. À présent, je vivais dans la peur. Combien de temps ça allait durer ? Je ne pourrais pas supporter de vivre comme ça. Peu importait que je sois heureuse de retrouver mon grand frère. J’avais tout de même quitté mon pays. Le pays dans lequel j’avais grandi. Dans lequel Joana avait commencé sa vie. Et maintenant, nous devions tout recommencer à zéro. Comme si c’était nous les coupables. Comme si nous avions fauté. C’était injuste. Surtout pour Joana. Mais, pour Joana, c’était également le meilleur choix à faire. Voilà où nous en étions. Dans une ville inconnue, dans un pays inconnu. Avec des gens qui nous étaient totalement inconnus. Mon regard se posa à nouveau sur l’avocate, après avoir parcouru la pièce d’un regard. C’était sobre et élégant. Pas trop mon style mais c’était comme je m’imaginais être un bureau d’avocat. La jeune femme fixait Joana avec un sourire. Je comprenais immédiatement qu’elle devait également avoir un ou des enfants. Peut-être même de l’âge de ma fille. « Votre venue concerne votre fille, je suppose ? » Elle avait bien deviné. Je baissais les yeux sur mon poignet. Si mes points de suture au front avaient été retirés, on y voyait encore la plaie, pas totalement cicatrisée. J’espérais que la cicatrice ne se verrait pas trop et que je ne sois pas obligée de mettre dix couches de fond de teint pour la cacher. Quant à mon poignet, je devais encore garder mon plâtre quelques semaines. Oui, j’avais honte. J’étais une victime. Pourtant, j’avais honte. Tellement honte. J’avais pris une grande respiration. « Oui. Je voudrais avoir la garde exclusive. » Je laissais passer quelques secondes de silence. « Il n’est pas question que son père l’approche encore. Pas après l’avoir reniée, être revenu et l’avoir kidnappée. Je suis partie du Brésil, mais Luis sait que mon frère habite ici et il déduira vite que je suis partie me réfugier chez lui. Dites-moi que vous pouvez m’aider. Que vous pouvez faire quelque chose. » Mon ton était presque suppliant. Intérieurement, je me haïssais d’être dans cet état d’esprit. Et je haïssais encore plus Luis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1818-masl-x-liberee-delivree http://www.what-about-now.net/t1872-micahel-ana-arya-sansa-lasheras-x-i-wanna-feel-alive-again
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Mer 20 Aoû - 19:40

Nelha-Isaline avait parfaitement vu la nervosité de ce nouveau visage. Une première visite chez un avocat, une visite qui n'avait rien de simple pour elle, sans aucun doute. Mais elle avait déjà parfaitement cerné le personnage, sans en avoir entendu beaucoup. Elle connaissait sa famille de nom, elle connaissait son frère surtout, du moins, de réputation. Autant dire qu'il était le genre d'homme que Nelha-Isaline préférait éviter. Mais elle ne se fiait jamais au apparence, elle était sans doute bien différente de son frère et de la réputation qui le précédait. « Bien sûr, je dois même avoir quelques crayons. Mon fils me ramène toujours ses affaires ici. » Jeremy adorait dessiner, un goût qui lui venait sans aucun doute de sa mère. Nelha-Isaline avait un don pour le dessin, pour la peinture en particulier. Derrière elle, juste au-dessus de sa tête, trônait une de ses toiles. Elle essayait de se faire connaître ainsi, en exposant ses œuvres dans des lieux anodins. Son bureau, celui de son père, son appartement, celui de son frère. Son rêve était d'ouvrir une galerie, elle en avait les moyens mais elle n'avait pas le temps de s'y consacrer. Elle ne pouvait pas se permettre de faire quelque chose ainsi sans prendre en compte son métier, ses clients, son fils. Jeremy, ce petit garçon de quatre ans qu'elle regardait grandir, si vite. Trop vite. Sur son bureau, une photo de lui souriant, dans les bras de son père. Une des seules photos que Nelha-Isaline avait gardé de Duncan, de ce couple passé. Simplement parce qu'elle avait besoin de voir son fils heureux, heureux dans les bras de son père autant qu'il pouvait l'être lorsqu'il était avec elle. Peu importait, après avoir fouillé dans ses tiroirs, elle avait pu retrouver quelques crayons et des feuilles qu'elle avait immédiatement tendu à la petite fille. Un dernier détour par son bureau où elle avait pris un bloc de note et un style et elle s'était installée dans son fauteuil, face à la jeune femme. Elle l'avait écouté attentivement, notant immédiatement les mots importants, tout ce qu'elle jugeait utile pour monter un dossier. « Laissez-moi le temps de comprendre. » Elle relisait ses notes, brouillonnes. Son écriture fine et penchée laissait apparaître des vagues quasiment incompréhensible pour tout regard extérieur sur le papier. Une écriture digne d'un médecin. L'histoire de cette jeune brésilienne lui apparaissait tragique. Sans doute était-ce son côté maternel qui ressortait. Et au fond d'elle, elle était déjà prête à l'aider. « Vous êtes arrivées, toutes les deux, du Brésil. Vous résidez chez votre frère, c'est ça ? » Elle avait besoin d'en connaître plus sur elle, sur sa situation. Elle devait avoir un dossier parfaitement complet pour qu'il soit conforme et solide. Les procédures pouvaient être lourdes, difficiles à gérer sur le long terme. Mais il était parfois nécessaire de faire des sacrifices pour arriver à de bonnes conclusions. « Luis, le père de Joana, l'a kidnappé ... Vous avez prévenu les autorités ? » Elle était persuadée de connaître déjà la réponse. Rien que part le regard qu'elle avait depuis qu'elle était entrée. Une étincelle de peur, une crainte. Nelha-Isaline était certaine qu'elle avait simplement décidé de fuir le pays, de se cacher le temps de quelques temps chez son frère. « Je suis désolée, je pense que c'est une histoire que vous préféreriez oublier mais j'ai vraiment besoin de détails pour ouvrir un dossier. » Elle fit une moue, compatissante de lui rappeler des mauvais souvenirs. Voilà l'un des sacrifices qu'il fallait faire, raconter tout, dans les moindres détails. Cette jeune femme avait sans doute déjà dû la raconter, une fois ou deux. Quoiqu'il en soit, elle avait des éléments solides pour l'aider, pour la rassurer. « Mademoiselle Lasheras, je suis sans doute la meilleure avocate de la Caroline du Sud, bien sûr que je peux vous aider. Je ferais tout pour vous aider. » Elle se vantait un peu, elle vantait ses mérites mais jusqu'à présent, sa réputation la suivait. Elle n'avait jamais eu de soucis, avec aucun de ses clients. Elle devait garder intact la réputation du cabinet, sans quoi son père, avocat de renommé national, la rayerait sans doute du barreau. Elle devait lui prouver qu'elle était aussi douée que lui, voire plus. Et si jusqu'à présent elle n'avait pas eu à faire à des affaires trop coriaces, elle passait énormément de temps plonger dans son travail, sans pour autant oublier son second métier : mère. Nelha-Isaline était réputée, elle le savait. Elle n'avait pas peur de cette notoriété soudaine, au contraire. « L'affaire ne semble en rien compliqué. Je suppose que ce poignet cassé et cette cicatrice que vous tentez de cacher ne sont pas un hasard. » Elle pointa du doigt le front de la jeune femme où une marque était incrustée. Pas trop voyante, certes mais suffisamment pour qu'elle le voit. Son œil de lynx ne laissait rien passer. Et sans même attendre une réponse, elle avait déjà griffonné sur son carnet. Une page pleine d'abréviation se tenait sous ses yeux. Un vrai casse-tête pour quiconque voulait le lire, une technique propre à elle surtout. Elle avait pris l'habitude de tout mettre dans le désordre pour mieux se concentrer par la suite sur l'affaire. Elle remettait en ordre, reprenant au propre avec des phrases complètes ce qu'elle avait retenu d'important. La suite se faisait avec le client, elle avait simplement besoin de témoignages pour pouvoir avancer. « Je dois me renseigner sur lui, savoir s'il compte tenter quelques choses pour vous retrouver ici. Avez-vous eu un quelconque contact avec lui depuis votre arrivée ? Le moindre signe compte. » C'était aussi un moyen de dire qu'elle ne devait lésiner sur aucun détail. Même pas sur un signe de tête, un coup de fil en appel masqué ou une apparition étrange.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 476
AVATAR : naya rivera
AUTRES COMPTES : riven-ahri + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par shiya




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: commis de cuisine en attente de concrétiser son projet
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Dim 31 Aoû - 10:09

    « Bien sûr, je dois même avoir quelques crayons. Mon fils me ramène toujours ses affaires ici. » J’avais eu un sourire. Les enfants semaient toujours leurs jouets partout. Leurs jouets, leurs affaires, peu importait. Les enfants n’avaient pas vraiment la notion de rangement. Joana faisait ça aussi. Au Brésil, mon appartement pouvait ressembler à une crèche parfois, tellement il y avait de jouets au sol. Seulement, je n’avais pas le temps de ranger tous les jours. Je voulais devenir chef cuisinier alors je me donnais à fond tous les jours pour parvenir à mon objectif. Je le devais avant de pouvoir envisager de concrétiser mon projet, qui était d’ouvrir mon propre restaurant. Bien sûr, je devais également avoir les fonds nécessaires. L’expérience était importante aussi. « Merci. » J’avais eu un léger sourire. Je les avais immédiatement donnés à Joana et lui avait indiqué de faire un joli dessin pour sa mère. Et, à partir de ce moment-là, je devais tout raconter. À nouveau. Je devais revivre tout ça. À nouveau. Mais, avec cette avocate, c’était différent. Je ne la connaissais. Il était plus simple d’avouer ses faiblesses devant une inconnue qu’avec une personne qu’on connaissait et qui nous connaissait. Avec une personne proche, il y avait la peur que cette dernière nous voie autrement. Que son regard change. Il le fallait. J’avais raconté. Tout. Et Maître Lewis avait noté. Je la voyais noter plein de choses, à droite et à gauche. J’avais parlé durant ce qu’il me semblait de longues minutes. « Laissez-moi le temps de comprendre. » J’étais restée silencieuse, voulant la laisser aller jusqu’au bout de sa pensée. « Vous êtes arrivées, toutes les deux, du Brésil. Vous résidez chez votre frère, c'est ça ? » J’avais hoché la tête tout en répondant. « C’est ça. D’ailleurs, c’est lui qui m’a parlé de vous. Il a dit que vous aviez excellente réputation. » Et, d’après ce que j’avais entendu, il n’était pas le seul à penser qu’elle avait excellente réputation. Voilà pourquoi j’étais venue la voir, avec grand espoir qu’elle puisse m’aider. Qu’elle ferait en sorte de m’aider. « Luis, le père de Joana, l'a kidnappé ... Vous avez prévenu les autorités ? » Les autorités. Je sentis plus de colère monter en moi. « Bien sûr qu’on les a appelés. Célia, ma meilleure amie, l’a fait. J’étais bien trop paniquée pour ça. Mais comme Luis était revenu avec Jo quand on est revenues à l’appart, ils sont repartis sans rien dire. L’un d’eux a même dit que j’étais comme toutes ces mères qui criaient au loup dès qu’elle n’avait pas le contrôle sur leur enfant. » Mon ton était, inconsciemment, froid. Me rappeler cela me mettait hors de moi. « Je suis désolée, je pense que c'est une histoire que vous préféreriez oublier mais j'ai vraiment besoin de détails pour ouvrir un dossier. » L’avocate se montrait compatissante. Je n’en attendais pas moins. On voyait immédiatement qu’elle était du genre à prendre à cœur l’histoire de ses clients. Effectivement, c’était une histoire de que je préférais oublier. Mais je savais que c’était impossible. Cela me suivrait. Cette peur constante de perdre ma fille. De tourner le regard une seconde et qu’elle ne soit plus là. J’avais peur pour ma fille. J’avais aussi peur pour moi. Mais pas autant. « C’est pour ça que je suis là. » Pour ‘ouvrir un dossier’, protéger ma petite fille. « Mademoiselle Lasheras, je suis sans doute la meilleure avocate de la Caroline du Sud, bien sûr que je peux vous aider. Je ferais tout pour vous aider. » Je l’espérais. Je ne voulais pas de bonnes paroles. J’attendais de voir ce qu’il en serait vraiment d’ici quelques semaines. Elle avait continué. « L'affaire ne semble en rien compliqué. Je suppose que ce poignet cassé et cette cicatrice que vous tentez de cacher ne sont pas un hasard. » Quand elle en a parlé, je posais ma main sur la cicatrice, comme si je voulais la cacher encore plus. J’avais mis du fond de teint. Finalement, j’aurais dû en mettre dix couches. « Oui. Il m’a accusé d’avoir été mise enceinte par un autre. Alors je l’ai giflé. Il m’a poussée. Je me suis évanouie, et quand j’ai repris conscience, il était plus là. » Je fermais les yeux quelques secondes. Quelques secondes qui suffisaient pour que je revoie parfaitement la scène. Que je revois ses yeux remplis de haine. « Je dois me renseigner sur lui, savoir s'il compte tenter quelques choses pour vous retrouver ici. Avez-vous eu un quelconque contact avec lui depuis votre arrivée ? Le moindre signe compte. » Le moindre signe. Je réfléchissais. « J’ai bien eu deux ou trois appels inconnus. Mais ce n’est pas forcément lui. On en reçoit plein d’appels comme ça. » J’essayais de me persuader que ce n’était pas lui. J’avais légèrement minimisé le nombre d’appels inconnus que j’avais reçus. Il fallait ajouter un zéro derrière pour avoir un chiffre qui se rapprochait de la réalité. Des appels, ce n’était pas si important pour moi. Pas aussi important qu’un kidnapping et un poignet cassé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1818-masl-x-liberee-delivree http://www.what-about-now.net/t1872-micahel-ana-arya-sansa-lasheras-x-i-wanna-feel-alive-again
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Mar 2 Sep - 18:29

Touchée d'avoir une très bonne relation auprès de personne qu'elle ne connaissait pas, elle n'en dit pourtant rien. Nelha-Isaline se devait de rester professionnel, elle savait parfaitement que sa notoriété n'était plus à refaire. Elle avait travaillé dur pour en arriver là, elle n'était pourtant avocate que depuis deux ans. Elle avait fait ses preuves, prouvant ce qu'elle valait sur le tard. Sa fierté n'en restait pas moins rassurée. « Je ne fais que mon travail, vous savez. Je me dois d'apporter le meilleur à ce cabinet. » Ce cabinet était une succession de génération. Fondé par un de ses ancêtres, elle n'avait droit à aucune erreur. Son père la suivait de près, il surveillait régulièrement le déroulement de ses affaires. Il lui arrivait même de venir au tribunal pour écouter ses plaidoiries. Jusqu'à présent, elle avait réussi à satisfaire même la pire des personnes. Elle avait surtout réussi à entrer dans les bonnes grâces de son père. A ses yeux, il n'y avait que cela qui comptait réellement. L'estime de son père valait de l'or pour elle qui n'avait jamais eu la chance de recevoir de compliments. Pour une fois, elle prenait le dessus sur sa petite sœur. « Il me semble que la police de votre pays a jugé un eu vite la situation. » Elle était particulièrement indignée de ce qu'elle venait d'entendre. Elle ne connaissait rien du Brésil ni même des autorités de ce pays mais il lui apparaissait clairement que les choses avaient été prise à la légère. Peut-être que son instinct maternel prenait le dessus. Si Jeremy devait disparaître, être kidnappé par son propre père, elle ferait en sorte que la police ne se tourne pas les pouces sous son nez. « Je connais quelques personnes du commissariat de cette ville et j'ai quelques contacts sur Charleston. Il faudrait je pense dans un premier temps déposer une plainte envers lui. Je pourrais vous accompagner là-bas, pour que vous tombiez sur les bonnes personnes. » Cette plainte lui permettrait par la suite de rencontrer le juge des affaires familiales. Il ne fallait pourtant que la jeune femme tombe sur un de ces mauvais flics, macho jusqu'au bout des ongles. Elle n'avait confiance qu'en certaines personnes, la police était un milieu assez difficile. Elle ne pouvait pas s'adresser à n'importe qui. « Votre dossier médical me sera très utile, dans ces cas-là. » Les radios de son poignet, ainsi que les conclusions du médecin qui s'était occupé d'elle ne seraient pas de trop pour compléter le dossier. Cela ferait même parti des preuves allant contre lui. Nelha-Isaline avait l'intention de demander une injonction d'éloignement, elle ne pouvait pas l'empêcher d'entrer en ville mais elle pouvait facilement l'empêcher d'approcher les deux jeunes femmes, surtout si elle courrait un danger. Intérieurement, elle espérait que Luis ne reviendrait pas. Elle n'avait pas envie d'imposer une surveillance policière qui pourrait perturber la petite fille dans son quotidien. Les deux jeunes femmes avaient droit de vivre à présent, sans crainte. L'injonction d'éloignement était la première chose à faire. Sans doute faudrait-il un éloignement suffisamment mais elle devait d'avoir contacté le juge pour savoir à combien de mètre maximum elle pouvait espérer. « Pleins d'appels, peut-être. Mais dans votre situation, il ne faut pas minimiser ce genre de chose. Ces appels inconnus pourraient facilement être de lui. Et je pense ne pas me tromper en disant que sur ces trois appels que vous mentionnez, au moins deux étaient de lui. » Elle n'était pas certaine que la jeune femme lui disait la vérité. Mais elle devrait s'en contenter. Elle n'était pas là pour la ménager, mais pour l'aider. Elle avait malgré tout besoin de savoir certaines choses. « Avant l'incident, comment était votre relation ? A-t-il levé la main sur vous, sur votre fille ? Eu des propos non appropriés ? » Elle marqua un temps d'arrêt. « Avait-il des raisons de vouloir enlevé votre fille ? » Un kidnapping, aussi court soit-il, est souvent l'issu de plusieurs facteurs, de plusieurs conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 476
AVATAR : naya rivera
AUTRES COMPTES : riven-ahri + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par shiya




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: commis de cuisine en attente de concrétiser son projet
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Sam 13 Sep - 14:56

    « Je ne fais que mon travail, vous savez. Je me dois d'apporter le meilleur à ce cabinet. » J’eus un sourire. Elle se devait d’apporter le meilleur à ce cabinet. Je trouvais ses paroles assez pompeuses, mais qu’importait. J’avais besoin d’elle. Et, de toute évidence, elle était douée dans son domaine. « Il me semble que la police de votre pays a jugé un peu vite la situation. » Ce n’était pas qu’une impression. Ils avaient mal jugé la situation. C’était un fait. « Comme Joana allait bien, ils ont seulement dit qu’il était allé se promener avec sa fille et qu’il en avait le droit. » Ce qui aurait été le cas si il ne m’avait pas violentée juste avant ‘d’aller se promener avec sa fille’ en pleine nuit. « Je connais quelques personnes du commissariat de cette ville et j'ai quelques contacts sur Charleston. Il faudrait je pense dans un premier temps déposer une plainte envers lui. Je pourrais vous accompagner là-bas, pour que vous tombiez sur les bonnes personnes. » Je hochais la tête en l’écoutant attentivement. Je me posais des questions. « Attendez, porter plainte contre lui ? Mais, ça veut dire qu’il va savoir où nous sommes. Ce n’est pas envisageable. » Jamais. Luis ne devait pas savoir où nous étions. Sinon, il débarquerait à Longside Creek de suite. Impossible. « Votre dossier médical me sera très utile, dans ces cas-là. » Je sortis un carnet de mon sac. J’avais toujours un bloc-notes dans mon sac, pour tout noter. La moindre de mes pensées. Je notais rapidement de trouver mon dossier médical, notamment ma radio du poignet. « D’accord. Je vous l’apporterai. » Je me souvenais du médecin qui s’était occupé de mes points de suture. Il avait été très gentil, mais j’avais bien vu son regard réprobateur. Comme si mes blessures faisaient de moi une mauvaise mère. Comme si j’avais fait exprès de tomber dans les pommes, et de me réveiller alors que Luis était dehors avec ma fille. Comme toutes les mères, je faisais des erreurs mais je n’étais pas une mauvaise mère. Je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour protéger Joana. Fuir le Brésil. Aller voir une avocate dont le prix allait sans doute ruiner toutes mes petites économies. Économies qui étaient destinées à mon projet. Seulement, pour ma fille, j’étais capable de tout. Actuellement, je ne pouvais m’empêcher d’avoir peur. Mais, si l’on touchait à ma fille, je pouvais devenir vraiment hargneuse. « Pleins d'appels, peut-être. Mais dans votre situation, il ne faut pas minimiser ce genre de chose. Ces appels inconnus pourraient facilement être de lui. Et je pense ne pas me tromper en disant que sur ces trois appels que vous mentionnez, au moins deux étaient de lui. » Je l’écoutais mais je ne répondis rien. Elle avait deviné que je mentais légèrement. Je n’aimais pas me sentir vulnérable et faible. Ce n’était pas mon genre. Vraiment pas. « Avant l'incident, comment était votre relation ? A-t-il levé la main sur vous, sur votre fille ? Eu des propos non appropriés ? » Je ne répondis pas de suite. Une partie de moi n’avait pas envie de me remémorer tout ça. Parce qu’avant l’incident, comme elle l’appelait, tout était parfait. « Avait-il des raisons de vouloir enlever votre fille ? » Bon, il fallait que j’en parle. Je ne pouvais pas y échapper. Parler d’avant, c’était presque pire que de parler de ce qu’il s’était passé. C’était encore plus dur de se dire qu’on avait une vie parfaite et que tout était fini. « Aucune. Quand je suis tombée enceinte, il a pris peur et s’est enfui. Il est revenu trois ans après, je l’ai accepté parce qu’il a prouvé qu’il pouvait se montrer un bon père. Avant le kidnapping, on prévoyait de se marier, d’avoir d’autres enfants, d’être une vraie famille. Ce soir-là, il avait trop bu. Mais c’est pas une excuse, je l’avais prévenu qu’au moindre faux pas, ce serait terminé. » Et le moindre faux pas était arrivé. Je n’arrivais pas à croire que j’en étais arrivée là. J’étais passée d’une vie parfaite à une fuite de mon propre pays. « Je n’avais pas le choix. Je devais partir sinon il n’aurait jamais laissé tomber. Et je ne peux pas lui pardonner. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1818-masl-x-liberee-delivree http://www.what-about-now.net/t1872-micahel-ana-arya-sansa-lasheras-x-i-wanna-feel-alive-again
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Mer 24 Sep - 20:33

Elle aurait pu s'indigner d'entendre ce que les autorités avaient répondu et pourtant, elle ne pouvait nier qu'ils avaient eu raison, au moins pour la petite fille. Cependant, en voyant les blessures de la jeune femme, ils auraient pu comprendre qu'il y avait eu un problème peu ordinaire. « Situation commune, je suppose. » Elle eut une moue de dégoût pensant sincèrement que la prise en considération de la victime avait été faite à la va-vite. Elle n'avait malheureusement aucun contact au Brésil pour tirer au clair cette histoire. Elle n'avait aucun moyen de retrouver les personnes ayant pris part à cette affaire trop vite classée. Elle ne pouvait rien faire de ce côté là. Micahel-Ana semblait réticente aux procédures que Nelha-Isaline lui conseillait. Aller voir la police était ce qu'elle pensait de plus important pour commencer. Porter plainte pour finir au tribunal était la seule solution. « Si vous ne portez pas plainte, je ne peux vraiment rien fait pour vous, Mademoiselle. S'il veut vous retrouver, il le fera. Avec ou sans cette plainte. Et je pense qu'il est suffisamment intelligent pour savoir où vous vous êtes rendues. » Elle ne le connaissait pas. Mais il aurait facilement fait le tour des personnes de l'entourage de la jeune femme. Et elle était persuadée qu'il était au courant pour ce fameux frère vivant en ville. Il ne mettrait pas longtemps à la retrouver, à venir chercher ses droits s'il en avait réellement l'envie. Elle nota qu'elle avait besoin du dossier médicale, pour ne pas oublier. Cependant, si elle ne portait pas plainte, elle n'en n'aurait pas besoin. Le dossier se terminerait comme il avait commencé. Elle rangerait ses notes pendant quelques années dans les dossiers non-terminés avant de le jeter quand elle n'aurait réellement plus besoin de tout ça. Elle espérait cependant lui faire entendre raison. « Je ne peux pas juger son comportement mais je pense sincèrement qu'il devrait consulter un spécialiste, au moins pour son problème d'alcool. » Elle ne connaissait personne ayant des problèmes d'alcool mais elle avait suffisamment lu de faits-divers pour savoir que ça n'avait pas toujours l'effet escompté. Entre les fêtes qui dégénèrent, les femmes qui finissent agressées, les accidents de la route et bien d'autre, elle pouvait dire que ce n'était pas une solution de boire. « C'est une drogue, ça change un homme. Je pense qu'il n'a pas voulu faire de mal mais faire peur, prouver qu'il était là ! » Il avait sûrement un besoin d'être reconnu, de montrer que lui aussi pouvait être là pour sa fille et s'en occuper comme le père qu'il aurait dû être dès le début. « Mais si vous voulez vraiment ne plus le revoir, si vous ne voulez pas qu'il frappe à votre porte un bon matin, il faut réellement qu'une procédure soit ouverte. Sans quoi, je ne pourrais réellement rien faire. Pas dans ces cas-là. » Nelha-Isaline avait beau être une très bonne avocate, elle ne pouvait pas faire de miracle. Elle ne pouvait pas aller contre la volonté de la justice et des lois. « Ce n'est pas comme un divorce où l'avocat se charge d'établir le contact avec la partie adverse pour satisfaire son client. Ce n'est pas comme un contrat de mariage où il suffit de mettre d'accord les deux parties. Il s'agit là d'une injonction d'éloignement. Sans instruction, sans accord du juge, je ne peux rien faire. » Tous les cas étaient différents, Nelha-Isaline en avait conscience. Elle avait parfois dû employer les grands moyens pour arriver à ses fins. La plupart du temps, elle obtenait ce qu'elle voulait. Très rarement, il manquait quelque chose, pas toujours importante. Elle essayait à chaque fois de faire mieux, d'obtenir plus parfois. Elle en avait besoin pour s'épanouir dans son travail. « La seule chose que je peux faire c'est espérer qu'il est renoncé à son droit parental. » Peut-être qu'il l'avait déjà fait mais rien n'était moins sûr. Elle savait que la jeune femme était dans une situation complexe. Mais elle ne pouvait s'en remettre à la justice sans une procédure. Avec toute la volonté du monde, elle ne pouvait rien faire sans un dépôt de plainte. « J'y pense … sur l'acte de naissance de Joana, est-il noté comme étant le père ? » S'il ne l'était pas, il n'avait alors aucun droit sur la petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 476
AVATAR : naya rivera
AUTRES COMPTES : riven-ahri + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par shiya




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: commis de cuisine en attente de concrétiser son projet
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Dim 9 Nov - 18:39

    « Situation commune, je suppose. » Commune, je n’en savais rien. Je ne pouvais pas dire que j’avais eu à faire souvent avec la police. Je n’avais jamais été un ange, certes, mais je n’avais jamais rien fait d’illégal ou d’assez grave pour intéresser les flics. Je n’étais simplement pas un modèle de vertu. Au grand dam de ma mère qui aurait tant aimé que je sois un ange, un véritable modèle pour ma seule petite sœur, Livia. Ça n’avait jamais été le cas. Cependant, ce n’était pas trop grave puisque Livia était la fille que notre mère avait toujours rêvé. Adorable, avec de bonnes notes. Je n’avais jamais eu à faire avec la police avant cette nuit-là. Je ne voulais pas réitérer cette expérience. Pourtant, c’était ce qu’elle me demandait en me disant d’aller porter plainte. « Si vous ne portez pas plainte, je ne peux vraiment rien fait pour vous, Mademoiselle. S'il veut vous retrouver, il le fera. Avec ou sans cette plainte. Et je pense qu'il est suffisamment intelligent pour savoir où vous vous êtes rendues. » Oui, elle avait raison. Luis savait que mon frère était à Longside Creek. Plus encore, il savait qu’à une époque, j’étais très proche d’Ezéchiel et que ce serait la première personne vers laquelle je me tournerais en cas de problème. J’étais si prévisible. Ça m’avait semblé logique de venir me réfugier auprès de mon grand frère. Pourtant, une part de moi se demandait ce que je faisais là. Surtout après tout ce que je lui avais dit l’autre soir. Je l’avais presque traité d’alcoolique. J’y étais allée un peu fort. On ne pouvait pas dire que nous étions en excellents termes. J’avais du mal à lui pardonner. Mais, j’étais dans ce bureau, alors c’était que j’avais suivi le conseil de mon grand frère tout de même. Quoi qu’il en fût, je refusais que Luis nous retrouve. Il n’en était pas question. « Je ne peux pas juger son comportement mais je pense sincèrement qu'il devrait consulter un spécialiste, au moins pour son problème d'alcool. » Son problème d’alcool. Je ne savais pas si il en avait vraiment un. Avant cette soirée, il n’avait jamais bu à ce point. « C’était la première fois qu’il buvait comme ça. Bien sûr, il buvait en soirée mais là… c’était différent. » Je me rappelais ses yeux, son haleine. Ses images étaient imprégnées dans ma tête. Je ne les oublierais sans aucun doute jamais. C’était là, tout simplement. En moi. « C'est une drogue, ça change un homme. Je pense qu'il n'a pas voulu faire de mal mais faire peur, prouver qu'il était là ! » Ça, pour le prouver, il l’avait prouvé. Elle avait sans doute raison. Il voulait me faire peur. Je l’avais empêché d’entrer dans la chambre de sa fille parce qu’il avait trop bu. Je ne voulais pas que Joana voit son père ainsi. L’alcool aidant, il ne l’avait pas supporté. Et voilà où nous en étions maintenant. J’étais passée de la petite famille heureuse, j’allais me marier. Et tout s’était écroulé en une seule nuit. J’avais encore du mal à y croire. J’avais fui mon pays. Comme une coupable alors que j’étais la victime. « Mais si vous voulez vraiment ne plus le revoir, si vous ne voulez pas qu'il frappe à votre porte un bon matin, il faut réellement qu'une procédure soit ouverte. Sans quoi, je ne pourrais réellement rien faire. Pas dans ces cas-là. » Je restais silencieuse quelques secondes avant d’hocher la tête. « Je crois que je n’ai pas le choix. » J’avais prononcé cette phrase dans un murmure. « Je ferais tout mon possible pour protéger Joana. » J’avais dit cette phrase d’un ton déterminé, tout en jetant un coup d’œil à ma fille, qui dessinait dans son coin. « Ce n'est pas comme un divorce où l'avocat se charge d'établir le contact avec la partie adverse pour satisfaire son client. Ce n'est pas comme un contrat de mariage où il suffit de mettre d'accord les deux parties. Il s'agit là d'une injonction d'éloignement. Sans instruction, sans accord du juge, je ne peux rien faire. » Ce qu’elle me disait était, pour moi, du charabia. Tout ça, je n’y connaissais rien. Je voulais simplement qu’elle m’aide. Je voulais simplement que ma fille soit en sécurité. Et, actuellement, j’avais cette peur au ventre qui m’empêchait de protéger ma fille, ou plutôt de la laisser vivre. Je ne supportais pas qu’elle soit loin de moi. « La seule chose que je peux faire c'est espérer qu'il est renoncé à son droit parental. » Encore une fois, je ne savais pas de quoi elle parlait. Renoncer à son droit parental, je ne savais pas comment cela pouvait bien se passer. Encore une fois, je ne répondis rien. « J'y pense … sur l'acte de naissance de Joana, est-il noté comme étant le père ? » Cette fois, je connaissais la réponse. « Luis n’était pas présent quand Jo est née. À vrai dire, il ne voulait pas de cet enfant et m’a dit clairement que ce serait uniquement le mien quand je lui ai annoncé ma grossesse. Alors, sur l’acte de naissance, il n’y a que moi. » Une petite voix au fond de moi me dit que ce devait être une excellente chose. Si ma logique était bonne, cela voulait dire que Luis n’avait aucun droit sur Jo. Mais, il était son père biologique. Cela avait de l’importance, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1818-masl-x-liberee-delivree http://www.what-about-now.net/t1872-micahel-ana-arya-sansa-lasheras-x-i-wanna-feel-alive-again
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   Dim 4 Jan - 16:12

Elle avait rarement vu tant de détresse dans les yeux d'un de ses clients, tant de crainte et tant d'épuisement. La jeune femme qui se tenait face à elle n'était pas rassurée et tout laissait croire qu'elle ne le serait pas avant d'être certaine de ce qu'il retournerait de cette histoire. Si l'affaire semblait simple, Nelha-Isaline n'avait pas droit de se faire justice elle-même, d'accorder la garde entière à cette jeune femme et la protéger de son ancien compagnon. Elle aurait aimé pouvoir le faire. Pouvoir la protéger, l'aider de ses propres mains mais elle n'en pouvait rien. Son statut d'avocate ne lui permettait que de défendre, de réduire les peines, de se battre pour sauver l'honneur de ses clients. Nelha-Isaline ne pouvait rien faire pour elle sans une plainte, sans une enquête. « Je ne veux pas vous obliger à porter plainte. Sachez que si je pouvais vous aider de sans, je le ferais. » De son point de vue de mère, elle savait qu'elle ne supporterait pas de savoir son petit garçon en danger. Elle avait déjà du mal à le voir partir avec son père, à le partager avec lui. Elle le surprotégerait plus encore qu'elle ne le faisait déjà si quelqu'un lui voulait du mal. Son instinct maternel voulait agir pour épargner cette petite fille de toutes ses affaires juridiques, elle n'en pouvait rien. « Si vous êtes sûre qu'il est capable de vous retrouver, de venir jusqu'ici pour vous faire du mal, c'est dans votre intérêt de mettre la justice sur le coup. » Elle voulait lui faire comprendre aussi simplement que possible, elle voulait lui montrer que ses démarches ne seraient pas vaines si elle était bien entourée. Nelha-Isaline était prête à suivre le dossier de prêt, de le faire avancer rapidement pour que cette jeune maman puisse vivre enfin sans crainte. « S'il y a injonction d'éloignement, vous serez tranquille. Il pourrait se retrouver en prison s'il essayait de vous approcher. Bien sûr, il est possible qu'il tente de prendre contact, par téléphone, par e-mail ou même par courrier. Ce sont des éléments importants. » Elle le lui avait déjà dit, rien ne devait être laissé au hasard, en particulier les prises de contact. Les menaces qu'elle pourrait recevoir, les demandes qu'elle pourrait avoir ont de l'importance. Il y avait pourtant une lueur d'espoir. L'acte de naissance de la petite ne portait le nom que de la mère, prouvant ainsi qu'elle avait élevé pratiquement seule cette enfant en lui donnant naissance. « C'est une bonne nouvelle pour vous. Luis n'a aucun droit sur Joana, du point de vue de la loi. Il n'a pas pris ses responsabilités envers la petite dès sa venue au monde. Si biologiquement il est considéré comme son père, sur le papier il n'en est rien. » Elle marqua un temps de pause. « Si la situation n'a pas été régularisée quand il est revenu vers vous, alors il n'a pas de droit sur elle. En cas de divorce, par exemple, ou de séparation, vous seule avez droit à sa garde. Et je ne suis pas sûre qu'avec de très bons avocats il puisse changer les choses. » Elle lui offrit un sourire, espérant lui redonner confiance et espoir.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: NELHICAH + simplement protéger ma fille   

Revenir en haut Aller en bas
 

NELHICAH + simplement protéger ma fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Paper Case : protéger vos CD avec une feuille de papier
» Protéger son logiciel payant !!!
» Les meilleures extensions Firefox pour protéger sa vie privée
» Protéger son logiciel.
» Help! Ma clé USB est protégée en écriture !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: Centre Ville :: Seymour Street-