AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥️
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Sam 26 Juil - 23:30




amitié & retrouvailles

caleigh r. huntington & riven-ahri z. rhodes


codage © purple ; gifs sur tumblr


    Longside Creek. Le calme, la tranquillité. Voilà ce qui en ressortait à peine avais-je atterri. Une seule raison m’avait fait choisir cette ville : Caleigh. Elle était ma meilleure amie. Nous avions été colocataires à la faculté et nous nous étions trouvées plein de points communs. Ça avait de suite collé entre nous. J’étais arrivée depuis quelques jours seulement, et je n’avais pas encore été la voir. J’avais voulu m’installer tranquillement. Et puis, je pensais sans cesse à ma mère. J’aurais tellement voulu qu’elle soit avec moi. Elle n’avait fait que me défendre. J’essayais de ne pas y penser mais mon père avait raison, c’était entièrement ma faute. Cette culpabilité me rongeait, je la sentais grandir en moi. Il n’y avait pas que la culpabilité mais également cette colère. Contre mon père évidemment, mais contre moi aussi. Je ne voulais pas arriver chez Caleigh et ne pas savoir gérer ces sentiments. Elle savait tout de moi, absolument tout, y compris ce qu’il se passait avec mon père. Alors, je savais que j’aurais du mal à cacher mes sentiments avec elle. Il me fallait donc bien ces quelques jours pour essayer de contrôler mes sentiments, pour essayer d’amorcer le deuil de ma mère. Quoi qu’il en soit, je devrais quand même annoncer à ma meilleure amie que ma mère était morte. Maman adorait Caleigh, elle l’avait toujours trouvé bien élevée, gentille et d’une beauté sans nom. Je soupirais. J’avais une fois de plus était réveillée par un cauchemar. Une douche et ça irait mieux. Une fois habillée, je me dirigeais vers le salon. J’eus un léger sourire lorsque mon regard se posa sur le papier où était inscrit le numéro d’Ezra. Je n’avais toujours pas trouvé le courage de le rappeler. Pourtant, une part de moi en avait très envie. L’autre part pensait toujours à James. J’avais tourné la page. Je le devais. J’en avais besoin. Et je ne regrettais pas ma décision. Disons qu’il avait été un dommage collatéral. Pourtant, quand j’y repensais, je me disais qu’il l’avait très bien pris. Il n’avait pas crié, il ne m’avait pas insulté, il ne m’avait pas dit que je faisais une erreur, il n’avait pas demandé pourquoi je devais le quitter lui aussi. Il avait accepté, et c’était tout. Peu m’importait aujourd’hui, ma vie à New-York était derrière moi. Et il était temps que j’aille retrouver ma meilleure amie. Il faisait chaud à Longside en plein mois de juillet. Je m’étais donc habillée d’une jupe et d’un débardeur. Caleigh m’avait donné son adresse il y avait quelques temps déjà. Je ne lui avais pas dit que je débarquais dans sa ville. Je voulais lui faire la surprise. Et, également, je voulais choisir le moment où je serais prête avant d’aller la voir. Ce jour était arrivé. Nous étions un dimanche, j’espérais qu’elle était chez elle. Il était onze heures passé à présent. Nous habitions dans le même quartier alors j’avais décidé d’y aller à pieds. Lombard Lane. Ce quartier me plaisait. Je me sentais chez moi dans cette ville. En aussi peu de temps, c’était étonnant. Je marchais tranquillement, profitant du soleil caressant ma peau. J’arrivais devant chez elle. Devant sa porte. Je soupirais un grand coup et frappais. Bizarrement, j’avais peur, une boule se forma dans mon ventre. Je n’avais pas peur de sa réaction en me voyant, j’avais peur de ma réaction. Je venais de perdre ma mère. J’avais besoin de ma meilleure amie, je le savais. Mais je ne pleurais pas. Presque pas en tout cas. Seulement, face à Caleigh, je savais que j’étais vulnérable, fragile. J’entendis ses pas derrière la porte. Je m’obligeais à afficher un sourire alors qu’elle ouvrait la porte. « Coucou meilleure amie de mon cœur. » En la voyant, mon sourire forcé se transforma en véritable sourire. Depuis qu’elle était partie de NY, nous ne nous étions pas vues. C’était un véritable plaisir de la retrouver. Elle m’avait manqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1066
AVATAR : Sophia Bush
CHANSON DU MOMENT : Imagine Dragons - On Top Of The World
AGE : 28 ans
CREDIT : (c) .Cranberry ; (c) BlueSky




découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Dim 14 Sep - 20:13

Il avait suffit d’un rien pour que sa vie ne bascule. Elle avait tout : un boulot qu’elle aimait, une nouvelle maison qu’elle adorait, sa famille qu’elle chérissait, un homme dont elle était amoureuse. Que pouvait-elle demander de plus ? Rien. Elle avait tout ce dont elle pouvait rêver et elle en était parfaitement consciente. Pourtant il avait suffit d’une rencontre. Leurs chemins s’étaient de nouveau croisés et alors tout avait changé. Revoir Jay avait eu l’effet d’un électrochoc : oui elle avait tout, mais était-ce bien ce qu’elle voulait ? Elle voulait se marier oui, elle aimait Jordan oui, mais voulait-elle réellement se marier avec lui ? La question demeurait entière. Lorsqu’il lui fit sa demande, elle ne put donc lui répondre le oui tant escompté. Et cela avait tout changé entre eux, il voulait s’engager, fonder une famille, c’était ce qu’elle voulait aussi mais il lui fallait du temps. Sa rencontre avec Jay lui avait ouvert les yeux, elle avait toujours voulu cette vie, mais avec lui, pas avec Jordan. Malgré tout, ses sentiments pour Jordan étaient sincères et bien plus forts qu’il ne pouvait même se l’imaginer en la quittant pour ne plus jamais revenir. S’il l’avait seulement su, s’il s’en était seulement rendu compte, peut-être serait-il resté avec elle ? Peut-être lui aurait-il accordé du temps pour considérer sa demande ? Et il ne faisait aucun doute qu’elle aurait fini par accepter, parce que oui, elle l’aimait ! C’était une certitude, elle était heureuse avec lui, plus qu’elle ne l’avait jamais été depuis des années. Mais elle avait revu Jay et sa petite bulle avait éclaté. Il avait suffit d’une seule question sans réponse et elle avait tout perdu. Jordan était parti, pendant des semaines elle avait attendu qu’il ne revienne et avait bien du se rendre à l’évidence : il ne le ferait pas. Alors elle avait mis en vente leur maison et était retournée vivre dans son ancienne maison dès que les locataires eurent mis les voiles. Elle était tout bonnement incapable de vivre dans une maison où elle voyait Jordan dans toutes les pièces sans qu’il n’y soit réellement. C’était au-dessus de ses forces. Au lieu de ça, elle avait réintégré sa maison et vivait maintenant dans les cartons. Un jour, elle trouverait le temps de les entasser dans le garage, pour le moment ce n’était pas le cas. Elle préférait faire comme si de rien n’était et attendre, attendre que les choses ne redeviennent normales d’elles-mêmes. Comme chaque fois qu’il lui arrivait quelque chose dans sa vie personnelle, elle se réfugiait dans le travail. Ça marchait, ça marchait toujours. Petit à petit, elle retrouvait une vie normale, oubliant qu’elle avait laissé filer un homme qui aurait pu être l’homme de sa vie, se disant que c’était mieux pour lui, mieux pour elle également.

Une fois encore, elle s’était levée aux aurores. Elle s’était habillée rapidement avec les premiers vêtements qui lui étaient tombés sous la main, avait noué ses cheveux avec un crayon et s’était remise aux corrections d’un nouveau manuscrit. Lorsqu’on frappa à la porte, elle se précipitait pour ouvrir et qu’elle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle y découvrit sa meilleure amie : « Coucou meilleure amie de mon cœur. ». Le choc passé, un immense sourire illumina son visage avant qu’elle ne se jette littéralement à son cou pour la serrer dans ses bras : « Ahri ! » soufflait-elle. « Tu m’as tellement manqué, viens, entre » ajoutait-elle en l’entrainant par le bras à l’intérieur. Rapidement, elles se retrouvèrent au salon, installées sur le canapé, boissons chaudes et biscuits trônant sur la table basse. « Qu’en est-ce que tu es arrivée ? Tu aurais du me dire, je serai venue te chercher à l’aéroport ! ».

______________


    L'amour n'est pas l'amour s'il fane lorsqu'il se trouve que son objet s’éloigne, quand la vie devient dure, quand les choses change, le vrai amour reste inchangé... William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1816-caleigh-there-s-an-endless-road-to-be-discovered#56635 http://www.what-about-now.net/t2011-caleigh-when-she-was-just-a-girl-she-expected-the-world http://blueskywithsunshine.tumblr.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥️
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Mer 24 Sep - 18:00

    Caleigh m’avait manqué. Ma vie avait basculé. Elle était devenue un véritable enfer, elle était devenue une véritable chute. Chute que je n’essayais pas d’arrêter. J’avais même parfois l’impression que je l’accélérais. Ou, du moins, que je ne faisais rien pour la ralentir. Je ne savais pas si je devais en parler à Caleigh. Après tout, si j’avais décidé de venir à Longside Creek, c’était parce qu’elle y était. Alors, une partie de moi devait avoir envie d’un visage familier à qui confier tout ce qu’il s’était passé dans ma vie ces dernières semaines. Pour le moment, ce n’était pas le sujet. Je devais retrouver Caleigh. Cela faisait déjà quelques jours que j’avais débarqué ici. J’aurais déjà dû venir la voir dès mon arrivée. Mais, je ne l’avais pas fait. Sous prétexte que je voulais m’installer, découvrir la ville. Et sans doute aussi pour éviter de me retrouver face à quelqu’un qui me connaissait par cœur, quelqu’un qui pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert. Il était pourtant temps de le faire. J’avais donc frappé à la porte de ma meilleure amie. La seule. Bien plus qu’une meilleure amie, elle était comme une sœur pour moi. Nous avions pris soin l’une de l’autre dès le premier jour de notre colocation. Lorsque Caleigh ouvrit la porte, je vis la surprise passée sur son visage. Finalement, après la surprise, la joie illumina son visage et elle se jeta dans mes bras. « Ahri ! » Et se jeter n’était pas un euphémisme. J’eus un pas de recul, et je la serrais à mon tour. Cela faisait du bien de retrouver la chaleur humaine. La véritable amitié. L’unique. Caleigh était sans doute l’une des seules personnes qui pouvaient m’appeler par l’un ou l’autre de mes prénoms. Sans trop savoir pourquoi, la plupart des gens m’appelaient uniquement Riven. Mais, Caleigh, elle, employait souvent le second prénom, Ahri. « Tu m’as tellement manqué, viens, entre. » J’eus un véritable sourire. Sincère. « Tu m’as manqué aussi. » J’avais répondu cela en la suivant à l’intérieur de la maison. Quelques minutes après, nous étions installées sur le canapé, avec chocolat chaud et gâteaux. Comme au bon vieux temps. J’avais peur que cette ambiance soit beaucoup trop chaleureuse et beaucoup trop prompt à la révélation de tous mes secrets. « Qu’en est-ce que tu es arrivée ? Tu aurais dû me dire, je serais venue te chercher à l’aéroport ! » Je bus une gorgée de mon chocolat avant de répondre. « Ça fait quelques jours seulement. Je voulais te faire la surprise. Mais avant, j’avais besoin d’un peu de temps pour m’installer. » M’installer, c’était un très bon prétexte. Ce n’était pas entièrement faux d’ailleurs. Je ne savais pas si je devais aborder le sujet délicat de sa récente rupture d’avec l’homme parfait. En tout cas, d’après ce qu’elle me disait de lui, il avait l’air d’être l’homme parfait. Ce qui ne l’avait pas empêché de partir parce qu’elle avait refusé de l’épouser. Mon avis était donc mitigé. Je ne comprenais pas pourquoi elle avait refusé puisqu’il était si parfait. Cependant, je me demandais aussi pourquoi il n’avait pas pu la comprendre et attendre. Le mariage n’était pas une étape obligatoire. Il avait sans doute pris son refus comme une preuve qu’elle ne l’aimait pas autant que, lui, il l’aimait. Je n’allais pas la juger. Je ne le connaissais pas. Alors que je connaissais Caleigh. Je lui devais mon soutien, peu importait la situation. « Et toi alors ? Comment ça va ? Raconte moi tout. » J’étais ainsi. Je préférais écouter les histoires des gens auxquels je tenais, bonnes histoires ou pas d’ailleurs, plutôt que de raconter les miennes, surtout mauvaises en ce qui me concernait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1066
AVATAR : Sophia Bush
CHANSON DU MOMENT : Imagine Dragons - On Top Of The World
AGE : 28 ans
CREDIT : (c) .Cranberry ; (c) BlueSky




découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Sam 11 Oct - 17:00

A l’instant où elle avait vu sa meilleure amie sur le pas de sa porte, elle s’est instantanément sentie plus légère. Elle ne retrouvait pas simplement une amie, mais une sœur, une part d’elle-même. Elle lui avait tant manqué, elles étaient si régulièrement en contact qu’elle ne s’en était pas vraiment rendue compte jusqu’alors. Maintenant qu’elle était là auprès d’elle s’était une évidence : elles ne pouvaient plus se séparer ainsi pendant une si longue durée. Elles devaient veiller l’une sur l’autre comme elles savaient si bien le faire. Elles rentrent rapidement et s’installent au salon avec des gâteaux et chocolats chauds, comme elles l’auraient fait avant. « Ça fait quelques jours seulement. Je voulais te faire la surprise. Mais avant, j’avais besoin d’un peu de temps pour m’installer. » répondit-elle. Quelques jours ? Et elle ne lui en avait pas parlé ? Immédiatement elle la sonde du regard à la recherche de réponses qui ne viennent pas. « Tu aurais du me dire, je serai venue t’aider » dit-elle naturellement et à l’instant où elle finit sa phrase, elle comprend : « Attends une minute. T’installer ? Ça veut dire que tu n’es pas là pour quelques jours ? Tu restes ? Tu restes ici ? » demande-t-elle les yeux pétillants à la simple idée de retrouver sa meilleure amie pour de bon.

« Et toi alors ? Comment ça va ? Raconte moi tout. » demande-t-elle et Caleigh sait immédiatement de quoi elle veut parler. Elle sait aussi qu’il ne lui servirait à rien de lui mentir, ou même de lui cacher une partie de la vérité. Elle la connait trop bien pour savoir lire en elle. « Je… ça va, je fais aller. » répondit-elle mais comme elle savait que cela ne suffirait pas, alors elle se lançait pour la première fois dans une explication. Après tout ce temps passé à éviter le sujet, elle parvenait enfin à mettre des mots sur ce qu’elle ressent : « Il me manque. Il me manque vraiment. Je comprends pourquoi il est parti et je pensais qu’il reviendrait, mais maintenant je sais qu’il ne le fera pas. Je m’en veux, j’aurais du lui dire oui. Je l’ai laissé partir et je l’ai perdu. C’est mieux pour lui, j’espère qu’il sera heureux, vraiment il le mérite. Mais je regrette de n’avoir pas pu être la fille qu’il lui fallait. J’étais heureuse avec lui, plus heureuse que je ne l’avais été depuis longtemps. Maintenant qu’il est parti, je dois recommencer à vivre, alors oui, je fais aller ». Le fait d’énoncer cela à haute voix lui donnait l’impression de se décharger d’un poids. Elle n’avait aucune crainte parce qu’elle sait pertinemment que sa meilleure amie ne la jugera pas quoi qu’elle puisse lui dire. Lentement, elle boit son chocolat en méditant ses propres paroles : elle allait passer à autre chose, poursuivre sa vie et petit à petit retrouver le bonheur comme elle souhaitait que Jordan le trouve de son côté. Cela prendrait du temps, mais elle y arriverait et d’autant plus maintenant qu’elle avait sa meilleure amie à ses côtés.

De nouveau, son regard plonge dans celui de Riven et tout dans son comportement, dans ses yeux, même ses paroles la trahisse, elle lui cache quelque chose. « Ahri, dis-moi » souffle-t-elle simplement en lui serrant la main. « Je sais que tu me caches quelque chose, que se passe-t-il ? » demande-t-elle. « Tu sais que je suis là pour toi, pas vrai ? Je serais toujours là, quoi qu’il arrive. » reprend-t-elle plus sûre d’elle que jamais, convaincue que quoi qu’il arrive, elles pourront compter l’une sur l’autre.

______________


    L'amour n'est pas l'amour s'il fane lorsqu'il se trouve que son objet s’éloigne, quand la vie devient dure, quand les choses change, le vrai amour reste inchangé... William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1816-caleigh-there-s-an-endless-road-to-be-discovered#56635 http://www.what-about-now.net/t2011-caleigh-when-she-was-just-a-girl-she-expected-the-world http://blueskywithsunshine.tumblr.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥️
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Dim 9 Nov - 18:36

    Une bouffée de chaleur. Voilà ce que j’avais ressenti dès l’instant où Caleigh avait ouvert la porte de sa maison. Un visage familier. J’ignorais à quel point j’en avais besoin avant qu’elle ouvre cette porte. Je sentis mon cœur plus léger. Je savais que ça ne durerait pas. Je savais que, lorsque je repartirais de chez elle, tout reviendrait. D’un coup. Dans une grande vague de culpabilité, et de haine. Mais, pour l’heure, j’étais avec ma meilleure amie. C’était tout ce qui comptait. Tout ce qui m’importait. J’avais besoin d’elle. Besoin de notre moment toutes les deux. Assises, bien au chaud, avec un chocolat chaud et des gâteaux. Comme au bon vieux temps. Même si nous n’étions plus en ce temps-là. Malheureusement. « Tu aurais dû me dire, je serai venue t’aider » Je n’en doutais pas une seconde. Je lui souris. J’avais besoin de prendre mes marques dans cette ville avant de venir la voir. J’avais besoin d’être capable de penser à ma mère sans m’écrouler dans la seconde. Bien que je doutais être prête. Surtout avec Caleigh. Mais, si tout allait bien, je pourrais éviter le sujet sensible. « Attends une minute. T’installer ? Ça veut dire que tu n’es pas là pour quelques jours ? Tu restes ? Tu restes ici ? » Je ne pus m’empêcher de rire au vu de son air enthousiasme. J’approuvais d’un signe de tête. « Et oui ! Je reste. J’ai pris un appartement dans ton quartier d’ailleurs. » Sa réaction me touchait beaucoup. Étant donné qu’elle était la seule personne que je connaissais ici, et la raison pour laquelle j’avais choisi cette ville, j’étais heureuse de voir que ça l’enchantait que je m’installe dans sa petite ville natale. Je voulais savoir comment ma brune de meilleure amie allait. Surtout depuis le départ de Jordan. « Je… ça va, je fais aller. » Faire aller. C’était mon grand truc. Enfin, c’était devenu mon grand truc. Je ne répondis rien, préférant la laisser dire ce qu’elle avait sur le cœur. Elle en avait sûrement besoin autant que moi. Et, comme je préférais éviter d’avoir à dire ce que j’avais sur le cœur, je l’écoutais attentivement, sans l’interrompre. « Il me manque. Il me manque vraiment. Je comprends pourquoi il est parti et je pensais qu’il reviendrait, mais maintenant je sais qu’il ne le fera pas. Je m’en veux, j’aurais dû lui dire oui. Je l’ai laissé partir et je l’ai perdu. C’est mieux pour lui, j’espère qu’il sera heureux, vraiment il le mérite. Mais je regrette de n’avoir pas pu être la fille qu’il lui fallait. J’étais heureuse avec lui, plus heureuse que je ne l’avais été depuis longtemps. Maintenant qu’il est parti, je dois recommencer à vivre, alors oui, je fais aller » Je souris, compatissante. Je ne pouvais pas prétendre comprendre ce qu’elle ressentait. Aurait-elle du dire oui ? Je n’en savais rien. Ce que je pouvais comprendre, par contre, c’était ce sentiment de manque. James me manquait. Tout comme Caleigh, j’avais décidé de le quitter alors que je l’aimais toujours. C’était simplement trop difficile. Je devais tourner la page. Je pris la main de Caleigh. « Je ne sais pas si tu aurais dû dire oui. Quelque chose t’a poussé à dire non pour une raison. Tu es sûre qu’il n’y a aucune chance pour qu’il revienne ? Il t’aimait. Peut-être qu’il a simplement besoin de s’éloigner un moment, pour se rendre compte que le mariage, ce n’est pas aussi important que d’être avec toi, tout simplement. » Je ne savais pas si ce que je disais pouvait l’apaiser. « Et si il ne revient pas, alors je serai là pour t’aider à tourner la page. Tu y arriveras, tu as toujours été si forte. » C’était la pure vérité. J’avais toujours admiré son courage, sa force, sa détermination. Caleigh était le genre de femmes qui savait ce qu’elle voulait. Tout comme moi. Ce qui faisait de nous des amies si proches sans doute. Si proches qu’en un regard, l’une pouvait savoir ce que l’autre ressentait. Nous savions tout l’une de l’autre. Nous nous connaissions par cœur à présent. Tellement que l’on pouvait lire en l’autre comme dans un livre ouvert. Elle y arrivait mieux que ma mère d’ailleurs. Ce qui n’était pas à mon avantage actuellement puisque j’aurais voulu cacher ce qui n’allait pas à Caleigh. Je lui faisais confiance, là n’était pas la question. Je pourrais confier ma propre vie à la jeune femme. Mais, en parler rendrait les choses si réelles. Les bleus sur mes bras commençaient à peine à partir. Je pouvais commencer une nouvelle vie. Faire mon deuil. Oublier l’existence de mon père. Apprivoiser ma culpabilité et ma haine pour en faire des forces au quotidien. Je me devais d’agir ainsi, en faire des forces pour ne pas sombrer. Je ne voulais pas sombrer. J’avais tellement peur de m’écrouler et de ne pas pouvoir me relever. Je me retenais. Jusqu’à maintenant, j’y arrivais. Mais après en avoir parler à Caleigh, qu’en serait-il ? Je n’étais pas convaincue de surmonter cette étape. Absolument pas convaincue. Si je déballais tout à Caleigh, je savais que j’avouerais toute l’histoire parce qu’il n’y avait qu’à elle que je pouvais en parler. Cependant, rien ne pouvait en découler de bon. Je n’étais pas le genre à pleurer. Seulement, ma vie s’était écroulée. Je n’avais plus personne à New-York, alors j’étais venue rejoindre ma meilleure amie à Longside Creek. Au fond de moi, je savais que mon choix de rejoindre Caleigh était également une tentative d’avoir de l’aide pour me relever. Caleigh me connaissait par cœur. Caleigh était mon roc. « Ahri, dis-moi » Elle m’avait serré un peu plus la main.. « Je sais que tu me caches quelque chose, que se passe-t-il ? » C’était trop difficile. Devais-je tout lui avouer et m’effondrer en petits morceaux ou devais-je taire toute la vérité, lui mentir en lui disant que tout allait bien, que j’avais juste du mal à m’adapter à mon emménagement ? « Tu sais que je suis là pour toi, pas vrai ? Je serais toujours là, quoi qu’il arrive. » Je le savais. Si il y avait bien une chose que je savais, c’était que l’on pouvait compter l’une sur l’autre. Je me rendais compte que c’était bel et bien pour ça que j’avais décidé de venir jusqu’à elle, plutôt que de rester me morfondre à New-York. J’avais besoin de ma meilleure amie. Je soupirais un grand coup. « Je ne peux rien te cacher… » J’avais lâché un faible rire, comme si je voulais détendre l’atmosphère avant de tout dévoiler. « Je suis venue m’installer ici, parce que maman est morte. » Je me tus quelques secondes et relevais les manches de mon pull. On pouvait encore y voir quelques marques violacées qui s’effaçaient. « Je voulais partir de New-York, échapper à mon père. Mais, il ne voulait pas que je m’en aille. J’ai claqué la porte, et une heure après, mon père m’a appelé. Il était paniqué. Il… » C’était beaucoup trop dur. Le dire à haute voix était tellement difficile. « Il l’avait tuée parce qu’elle m’avait défendue. J’ai pris le premier avion après l’enterrement. » C’était réel. Mes propres mots résonnaient dans mon esprit. Les mots de mon père également. Je l’entendais me dire que tout était de ma faute. Je l’entendais si bien, si fort. Et il avait raison. « Je suis désolée, j'aurais dû te le dire avant. Je sais que maman t'aimait beaucoup et que tu aurais sans doute voulu venir à l'enterrement. Mais je n'ai pas eu la force de te le dire. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1066
AVATAR : Sophia Bush
CHANSON DU MOMENT : Imagine Dragons - On Top Of The World
AGE : 28 ans
CREDIT : (c) .Cranberry ; (c) BlueSky




découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Dim 30 Nov - 18:02

« Et oui ! Je reste. J’ai pris un appartement dans ton quartier d’ailleurs. » Un appartement dans le quartier ? C’était plus que parfait. Elles allaient pouvoir se voir autant qu’elles le souhaitaient, comme avant. Caleigh était enchantée à cette idée. Rapidement, elle se confia à elle, comme elle l’aurait fait avant, parce que dans le fond rien n’avait changé, elle serait toujours celle à qui elle pourrait tout dire, le bon comme le mauvais, sans crainte d’être jugée. « Je ne sais pas si tu aurais dû dire oui. Quelque chose t’a poussé à dire non pour une raison. Tu es sûre qu’il n’y a aucune chance pour qu’il revienne ? Il t’aimait. Peut-être qu’il a simplement besoin de s’éloigner un moment, pour se rendre compte que le mariage, ce n’est pas aussi important que d’être avec toi, tout simplement. » Peut-être avait-elle raison, mais elle savait au fond d’elle qu’il ne reviendrait pas. Il avait pris sa décision et elle la respectait même si elle aurait aimé qu’elle soit différente. « Et si il ne revient pas, alors je serai là pour t’aider à tourner la page. Tu y arriveras, tu as toujours été si forte. » dit-elle et un tendre sourire illumina le visage de Caleigh. S’il y avait bien une chose dont elle était certaine, c’était cela : Riven serait toujours là pour elle et inversement. C’était un fait, une évidence, après toutes ces années, rien n’avait pu entacher leur amitié et cela resterait ainsi. S’il n’était pas aisé pour Caleigh de confier son mal-être, il ne l’était pas non plus pour son amie. Elle la connaissait trop bien maintenant pour savoir que quelque chose n’allait pas. Elle avait emménagé ici sans rien lui dire, bien sûr elle en était plus que ravie car cela signifiait qu’elles allaient pouvoir se retrouver. Mais cela ne lui ressemblait pas, elle n’était pas du genre à faire cela à la légère, il y avait une bonne raison pour qu’elle vienne s’installer ici. Le fait qu’elle ne lui en avait pas parlé lui signifiait que cela n’était pas anodin et aussi grave cela puisse-être Caleigh voulait être certaine que sa meilleure amie sache qu’elle pouvait compter sur elle. « Je ne peux rien te cacher… » et Caleigh ne pu s’empêcher de lui sourire tendrement en guise de réponse. Elles se connaissaient par cœur, il ne faisait aucun doute qu’elles ne pouvaient rien se cacher l’une à l’autre.

« Je suis venue m’installer ici, parce que maman est morte. » dit-elle et le moins que l’on puisse dire était qu’elle ne s’attendait pas à cela. Elle ouvrit et referma la bouche sans qu’aucun son ne s’en échappe. Elle était totalement sous le choc, elle avait toujours adoré sa mère. Quand elle était partie s’installer là-bas, sa famille lui manquait et en trouvant une sœur en Arhi, elle avait en quelque sorte trouvé une seconde mère à qui elle s’était attachée. Quand elle était revenue à Longside, elle avait retrouvé sa famille, mais elle n’en avait pas pour autant oublié celle qu’elle avait trouvé à New-York. Lorsqu’elle souleva ses manches, l’horreur se peignit sur les traits de Caleigh. Doucement, elle effleura du bout des doigts les marques sur le bras de son amie. « Je voulais partir de New-York, échapper à mon père. Mais, il ne voulait pas que je m’en aille. J’ai claqué la porte, et une heure après, mon père m’a appelé. Il était paniqué. Il… », en silence, les larmes roulent sur les joues de Caleigh. Elle ne veut pas interrompe Riven, mais elle ne peut contenir ses larmes. Elle imagine sans mal l’horreur que cela avait été pour elle et le son de sa voix trahi son état d’esprit. « Il l’avait tuée parce qu’elle m’avait défendue. J’ai pris le premier avion après l’enterrement. ». Elle met un temps fou à réaliser ce qu’il s’est passé. Son père, ce monstre après s’en être pris à sa fille, a tué son adorable mère. Les larmes roulent de nouveau sur son visage lorsqu’elle réalise ce par quoi sa meilleure aime était passée. « Je suis désolée, j'aurais dû te le dire avant. Je sais que maman t'aimait beaucoup et que tu aurais sans doute voulu venir à l'enterrement. Mais je n'ai pas eu la force de te le dire. » et alors qu’elle s’excuse Caleigh retrouve enfin la parole. « Ne t’excuse pas. C’est à moi de m’excuser. Je n’aurai jamais du te, vous, laisser toutes les deux là-bas avec ce monstre ! ». Elle essuie ses larmes et se penche pour serrer son amie dans ses bras. « Je suis désolée Ahri, tellement désolée. Je sais que ça ne change rien, mais je suis là, d’accord ? Je suis là pour toi. ». Doucement, elle se penche pour la regarder et lorsqu’elle croise son regard elle dit alors : « Tu sais que ce n’est pas de ta faute pas vrai ? ». Elle la connaissait par cœur et le simple fait qu’elle avoue que son père l’avait tué parce qu’elle l’avait défendu lui avait mis la puce à l’oreille. Tout simplement parce qu’à sa place c’est exactement ce qu’elle se dirait et alors que son amie souffre, elle refuse qu’elle se sente coupable de quoi que ce soit. Il est le monstre, pas elle. Il l’a tué, pas elle. « Je t’interdis de te sentir coupable, tu m’entends ? Tu as le droit d’être en colère, d’être triste et dévastée mais certainement pas coupable. »

______________


    L'amour n'est pas l'amour s'il fane lorsqu'il se trouve que son objet s’éloigne, quand la vie devient dure, quand les choses change, le vrai amour reste inchangé... William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1816-caleigh-there-s-an-endless-road-to-be-discovered#56635 http://www.what-about-now.net/t2011-caleigh-when-she-was-just-a-girl-she-expected-the-world http://blueskywithsunshine.tumblr.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥️
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   Dim 4 Jan - 16:47

    Je vis l’enthousiasme dans les yeux de Caleigh lorsque je lui dis que je m’étais installée dans le quartier. Cela faisait plaisir à voir. Je ne doutais pas qu’elle en serait ravie, mais pas à ce point. J’avais fait un bon choix en choisissant de venir dans cette ville. La discussion passait de joyeuse à triste. Caleigh me connaissait par cœur. Quand les autres voyaient que je n’étais pas aussi souriante et naturelle que d’habitude, ma meilleure amie, elle, voyait que quelque chose n’allait vraiment pas. Peu importait que je ne veuille pas lui en parler en débarquant chez elle, elle avait vu. Et si elle avait vu, je ne pouvais pas lui cacher. Elle était la seule à qui je disais tout. Sans retenue. Elle connaissait tout de moi. Même si on s’était connues à la faculté, elle savait même mon passé. Et inversement. C’était comme un coup de foudre amical, une âme sœur amicale. Je n’étais pas certaine que l’expression pouvait s’employer mais je me plaisais à dire que ça pouvait. Je lui avouais alors tout. La mort de ma mère, et surtout les circonstances de sa mort. Je vis son visage se décomposer. Je vis sa bouche s’ouvrir comme si elle allait dire quelque chose mais elle se referma aussitôt. Sans doute parce qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait dire. La tristesse se transforma en horreur dans les yeux de Caleigh lorsque je lui montrais mes poignets. À l’époque, elle avait déjà l’habitude de me voir dissimuler mes bleus. Mais, depuis son départ de New-York, elle n’avait plus eu à voir tout ça. Ces derniers bleus se voyaient tellement. Ils avaient une couleur à faire peur. Les toucher me faisaient souffrir. C’était comme si, à chaque effleurement, mon père reposait ses mains sur moi. Je ressentais la même douleur. D’ailleurs, lorsque Caleigh les effleura, ce fut exactement l’effet que ça me faisait. Je fermais les yeux, revoyant immédiatement les images de ce jour-là. Ça faisait mal mais je ne disais rien, j’avais juste commencé mon récit. Je ressentis tout de même une pointe de soulagement lorsque sa main rompit le contact avec ma peau. Le plus calmement possible, je rouvris les yeux, et je vis les larmes sur le visage de ma meilleure amie. Ça me fit encore plus mal que lorsqu’elle avait effleuré mes poignets. J’essayais tant bien que mal de retenir les miennes alors que je m’excusais de ne pas l’avoir prévenue avant. Je me tus. Je n’avais plus rien à ajouter. Ou, plutôt, je n’arrivais plus à parler. « Ne t’excuse pas. C’est à moi de m’excuser. Je n’aurai jamais du te, vous, laisser toutes les deux là-bas avec ce monstre ! » Caleigh n’avait pas à s’excuser. Elle avait eu besoin de partir. Elle devait partir. Ni moi, ni ma mère n’étions sous sa responsabilité. Lorsqu’elle me prit dans ses bras, je la serrais un peu plus fort. Ce contact de réconfort ne fit que détruire le barrage de mes larmes. Je me mis à pleurer. Les larmes coulaient, bloquant les mots dans ma gorge. « Je suis désolée Ahri, tellement désolée. Je sais que ça ne change rien, mais je suis là, d’accord ? Je suis là pour toi. » Caleigh accrocha son regard au mien. Mes yeux étaient encore bien remplis de larmes. « Tu sais que ce n’est pas de ta faute pas vrai ? » Non, je ne le savais pas. Je ne le savais pas parce que c’était entièrement ma faute. Je m’y étais mal prise. J’aurais simplement du emmener ma mère avec moi, un jour où il n’était pas là. Je n’aurais pas dû la laisser seule avec lui. Seulement, jusqu’à ce jour, il n’avait jamais levé la main sur elle. Jamais. Ce n’était que sur moi. « Je t’interdis de te sentir coupable, tu m’entends ? Tu as le droit d’être en colère, d’être triste et dévastée mais certainement pas coupable. » Je déglutis difficilement, tout en tentant de sécher mes larmes. « Caleigh, je suis en colère, je suis triste, je suis dévastée et anéantie, mais je suis définitivement coupable. Tu ne peux pas dire le contraire. C’est impossible. C’est la vérité. » J’avais du mal à trouver les mots. « À son enterrement, mon père m’a dit que si on en était là, c’était de ma faute, qu’il n’aurait jamais perdu le contrôle si je n’étais pas simplement partie. Il avait raison. Tu sais, avant ça, il n’avait jamais levé la main sur elle. Il l’a fait à cause de moi. » Mes larmes continuaient de rouler en cascade sur mes joues. « Elle me manque. J’ai l’impression d’être perdue sans elle, d’être toute seule. » J’avais l’impression de ne jamais pouvoir m’en remettre. Je ne voulais pas m’en remettre, parce que, pour moi, ça signifiait l’oublier, oublier son geste. Et je ne le voulais pas. « Je me concentre sur mon travail, mais je n’arrive pas, plus, à avancer. Je ne peux pas. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI   

Revenir en haut Aller en bas
 

MAISON 2 • amitié & retrouvailles • CALHRI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour maison
» rendu intérieur maison
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...
» Retour maison
» Comment parfumer sa maison?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: Quartiers Résidentiels :: Lombard Lane-