AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 never say never.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: never say never.   Lun 14 Juil - 16:18



❝ nelha-isaline indie lewis ❞
avec leighton meester



carte d'identité.
nom › lewis, comme le célèbre cabinet d'avocat, affaire familiale. ∙ prénom(s) › ses parents ont décidé de l'appeler nelha-isaline. son second prénom est indie. elle ne sait pas tellement d'où ça vient. d'un annuaire sans doute. ∙ date et lieu de naissance › elle est née à longside creek, un vingt-et-un avril∙ âge › elle a vingt-six ans. ∙ nationalité(s) › purement américaine. ∙ orientation sexuelle › elle est hétérosexuelle. ∙ statut › célibataire, maman d'un petit garçon de quatre ans ∙ études/métiers › elle est avocate, une grande avocate paraît-il d'ailleurs ou alors n'est-ce que le cabinet familial qui fait sa réputation. cabinet qu'elle a rejoint récemment d'ailleurs, sans doute à cause de son père qui fondait ses espoirs ailleurs∙ quartier › elle vit à lombard lane, dans une maison avec jardin. ∙ groupe › destiny ∙ caractère › maternelle, créative, impartiale, jalouse, combative, enfantine, franche, rusée.


tics&manies.
questions.

à ses heures perdues, elle peint. de très belles toiles, par ailleurs qu'elle revend, de temps en temps (+) elle dort encore avec une ou deux peluches : celle que son frère lui a offert et celle de fils, lorsqu'il est chez son père. (+) au départ, elle ne voulait pas être avocate, elle voulait être artiste. (+) au fond d'elle même, elle sait qu'elle est encore amoureuse de duncan, le père de son fils. (+) elle fait un peu de sport, pour maintenir sa forme. elle adore particulièrement aller faire du cheval à plusieurs kilomètres de la ville. (+) elle prend soin d'elle et ne lésine pas sur les soins esthétiques et les produits de beauté. (+) elle n'est pas très ordonnée dans son quotidien, elle l'est seulement dans son travail. (+) elle déteste sa soeur, surtout depuis qu'elle a essayé de sortir avec duncan, elle est cependant très proche de son frère. (+) ses parents lui en veulent d'avoir eu un enfant hors mariage, eux qui sont très croyants. (+) elle déteste la routine, elle s'en lasse souvent. (+) son fils est la personne la plus importante pour elle. (+) elle est accro au thé glacé (+) elle ne boit pas de café et ne mange jamais dans les fast-food.

si j'étais...

un prénom › jeremy
un animal › le renard
une saison ›  l'hiver
un objet ›  une robe d'avocat
une chanson ›  pretty hurts, de beyoncé
une odeur ›  la peinture acrylique
un livre ›  un livre d'enfant
un pays ›  les états-unis
un film ›  une comédie romantique, sans doute.
un personnage fictif › meredith grey
un sentiment › l'amour
un des quatre éléments › l'eau
une citation › "everybody hurts sometimes".
Quand et de quelle façon êtes-vous arrivé à Longside Creek ?
elle a toujours, plus ou moins vécu ici. elle a vécu quelques mois à new-york, pour ses études. ce n'était que quelques temps, elle revenait toutes les semaines sur longside creek pour son fils, simplement pour quelques affaires qui lui seraient bénéfiques pour obtenir son diplôme de fin d'étude. autrement, elle n'a jamais quitté longside creek. elle y est née, elle y mourra sans doute. c'est ainsi qu'elle voit les choses.

Que pensez-vous de cette ville ?
en comparaison avec new-york, il n'y a pas de choix possible. obligatoirement, elle se dirigera vers longside creek. plus calme, plus petit, plus serein que le stress de la grande ville. elle s'y plait, elle aime se promener sur la plage avec jeremy, le déposer à l'école dans la ville voisine et commencer sa journée de travail. c'est son havre de paix, son coin de paradis. le seul endroit quelle a trouvé pour s'épanouir, alors même que sa famille lui tournait quasiment le dos.

Où et comment vous voyez vous dans six ans ?
jeremy aura dix ans. dix ans de vie auront passé pour lui sans qu'elle ne puisse s'en rendre compte. dans six ans, elle sera toujours avocate. toujours cette même femme, à la recherche de succès. peut-être sera-t'elle mariée, à duncan ou à un autre. elle espère pouvoir exposer ses toiles dans une galerie, aussi, pourquoi pas. en six ans, il peut se réaliser beaucoup de chose. une chose est sûre, longside creek restera son lieu de vie.

La tempête vous a-t-elle touché personnellement ?
personnellement, rien ne lui est arrivé. ni à elle, ni à sa famille. pas de dégats physiques et très peu de dégats matériaux. seulement une perturbation mentale. cette tempête a, en quelques sortes, perturbé son quotidien. les images du sinistre ont longtemps pris possession de son esprit, lui offrant des cauchemars terribles alors qu'elle n'avait que dix-sept ans.

hors rp.
prénom/pseudo › alicia, ashtoons∙ âge › vingt ans. ∙ fille ou garçon › licorne croisée pokémon ∙ grâce au règlement, je sais que... › Rolling Eyescomment as-tu connu WAN ? ›  youhouu  youhouu ∙ tes premières impressions ›  wahou  wahou  wahou ∙ d'autres commentaires ›  lit 





Dernière édition par Nelha-Isaline I. Lewis le Lun 14 Juil - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 14 Juil - 16:18


❝ all of me ❞



histoire.

De nombreuses vies commencent chaque vie, presque autant se termine. Chacune est différente, ces vies prennent des chemins divers. Dans un cri d'enfant, dans la plainte d'une jeune mère, c'est ainsi que tout commence. Comme de nombreux enfants, Nelha-Isaline a grandi entouré de sa famille. Des parents aimants, un grand frère qu'elle admirait, une petite sœur qu'elle a fini par détesté. « Je n'ai pas la prétention de dire que je me souviens de mon enfance. Des éléments me reviennent, des bêtises me font sourire. Il y a parfois des instants qui me reviennent en pleine figure. En regardant les photos, il m'arrive de me souvenir de certains instants. Tout ce que je peux dire, c'est que je n'ai jamais été malheureuse. » Ainsi présentait-elle son enfance lorsqu'elle devait en parler. Elle ne se souvenait pas de tout, de pas grand chose pour être exact. Issue d'une famille croyante, sans doute trop, d'une famille ayant les moyens, sans doute trop aussi, elle n'a jamais manqué de rien. Ni elle, ni ses frères et sœurs. Ils représentaient la famille parfaite, la famille américaine par excellence. Leur vie était chronométrée, réglée au millimètre près. Et pourtant, elle n'a jamais réellement suivi ce mouvement, ne prévoyant que les moments importants de sa vie. Ces instants dont elle se souviendrait toujours lorsque ses rides auront marqué son front à jamais, creusant sa peau. Il ne suffit pas toujours de regarder une photo pour se souvenir d'un instant. Certains s'imprègnent naturellement dans les esprits pour ne jamais plus en repartir. Y repenser fait sourire, parfois rire. Nelha-Isaline s'est toujours montrée plus ou moins en marge de cette famille trop parfaite à ses yeux. Rire. Pleurer. Aimer. Rire toujours plus, pour pleurer toujours moins. Aimer jusqu'à étouffer. Jusqu'à l'impossible. L'école, elle s'en fichait plus ou moins. Rien n'était assez bien pour attirer ses yeux, son attention, sa concentration. Elle préférait rire, tout le temps, même lorsqu'il ne le fallait pas. L'école, elle s'en servait pour se défouler. L'autorité, elle la regardait de haut, toujours ce sourire aux lèvres. Et l'autorité ne disait rien. Rien. C'était plus simple. Elle n'était pas assez idiote pour être renvoyée, pas assez méchante pour se faire expulser. Des retenues, des punitions, voilà ce qu'elle récoltait. Le problème, elle s'en fichait toujours plus. Ses amis comptaient beaucoup. Trop sans doute. Elle se sentait aimer, entourer. Simplement parce qu'elle les amusait. Simplement parce qu'elle était différente. Le lycée, elle le voyait comme un lieu de retrouvaille. Le travail, elle l'ignorait. Son avenir, elle avait le temps pour y penser. Rire à en pleurer, grimper sur les tables et entraîner les autres, sourire. Vivre tout simplement. Le lycée était son lieu de vie. Sans lui, elle n'avait comme plus d'énergie. Vide de vie. Vide de sens qu'était sa vie lorsqu'elle repassait la porte de chez elle. Le lycée la détruite autant qu'elle a pu se construire. Le lycée lui manque autant qu'elle a pu le détester. Elle le voyait comme un ami, il la voyait comme une ennemie. Nelha-Isaline a pourtant changé, avec le temps. Elle a réussi sa vie, malgré ses réticences à rejoindre le clan de son père. Malgré son choix de vie.

Elle se blottissait contre ce corps réconfortant. Ce grand frère, ce protecteur qu'elle avait toujours vu comme un sujet héros. Enfant, elle se glissait souvent dans son lit, lorsqu'elle faisait un cauchemar. Elle venait se réconforter dans les bras de Lukas. Quasiment cinq ans les séparaient, ils étaient le grand frère idéal, elle était la petite sœur à surveiller. Elle a toujours su rester dans ses bonnes grâces, faisant tout pour qu'il ne cesse jamais de l'aimer toujours plus. Il était tout pour elle. Un confident, une épaule sur laquelle pleurer, un partenaire de jeux vidéo, la première personne a avoir utilisé une de ses peintures comme décoration. Il était ce pilier sur lequel elle se reposait. Elle vivait pour lui. S'il n'était pas là, elle s'écroulait. S'il s'absentait, elle tombait malade. Elle ne pouvait pas vivre sans lui. Elle ne pouvait pas imaginer un monde sans lui. « Lukas, j'ai besoin de toi. J'ai tellement de toi que j'en crèverais si tu devais partir. T'as pas le droit de me laisser ici, de partir de cette maison sans m'emmener. Si tu me laisses ici, je ne vais pas survivre, je vais ne vais pas y arriver. » Il avait tout juste vingt ans, il rêvait de s'envoler loin de cette maison, de ce monde trop surfait, trop parfait. Il rêvait de liberté autant qu'elle voulait s'enfuir. Ensemble, ils rêvaient de partir. Et ils l'ont fait, ils ont quitté la maison familiale pour un petit appartement. Ils n'avaient eu besoin que de quelques arguments pour convaincre leurs parents. Des promesses de travail, d'études sérieuses, de conduite exemplaire. Il n'en fallait pas plus pour persuader leurs géniteurs. Ils avaient fini par obtenir les clés grâce à l'argent de leur père, sans doute trop heureux de n'avoir plus que Tahys à s'occuper. L'aventure pouvait commencer, la liberté s'offrait à elle peu à peu, alors qu'elle entrait au lycée. Un lycée où elle avait eu sa popularité, où elle avait ses amis, son cercle d'amis et son cercle de suivants. C'était la belle époque, paraît-il. Adolescente, elle a mûri, normalement, comme les autres. Tout a changé après le lycée. Les études, l'université, les garçons. Elle découvrait tout. Trop vite sans doute.

Rien ne les retenait à cet instant précis. Ce besoin d'aventure les avait envahis. Ce besoin de changement avait fini par les convaincre d'embarquer pour un voyage sur les routes. Elle avait insisté pour venir, pour prendre cette dernière place. Ce voyage aurait dû être une virée entièrement masculine, elle venait semer le trouble, imposant son corps de jeune femme, imposant sa présence. « Je me ferais toute petite, Lukas, je te le promets. » Elle n'avait pas eu de mal à se fondre dans la masse. Elle avait eu l'habitude de fréquenter un milieu masculin, ses amis étaient tous des garçons, pour ainsi dire. Elle ne comptait que très peu de filles autour d'elle, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Parmi les amis de son frère, elle était la plus jeune, la plus petite. Elle était la seule fille. Elle ne connaissait que peu d’entre eux. Elle les avait tous déjà croisé au moins une fois, mais elle n'avait parlé qu'à peu d'entre eux. Elle avait embarqué, malgré les réticences de certains, argumentant sur les besoins d'une présence féminine dans ce road-trip. Ils partaient, l'aventure les attendait. Ils partageait plus qu'un vieux van, ils partageait des rires, des regards. Ils partageait des souvenirs qu'ils n'oublieraient sans doute jamais. Rien ne pouvait perturber ce voyage. Rien si ce n'est ce visage. Ses yeux avaient croisé les siens, un frisson l'avait parcouru. « Duncan, c'est ça ? Je peux en avoir une ? » D'un geste du doigt, elle lui montrait la glacière qui lui faisait face, glacière qui contenait des bières. Elle lui avait souri avant de retourner près de son frère, non sans jeter un coup d’œil dernière elle. Tout a commencé ici, réellement. Dans ce premier sourire échangé, un sourire sincère. Durant ce voyage, elle s'était rapproché du meilleur ami de son frère, d'abord discrètement puis plus clairement. Elle avait commencé par s'endormir sur son épaule pendant les différents trajets. Elle venait se serrer à lui les soirs où elle avait froid, avant de dormir. Elle embrassait le coin de ses lèvres, timidement, avant de finir, un soir par déposer ses lèvres sur les siennes, alors qu'ils étaient seuls. C'était si nouveau pour elle, elle en avait presque peur. Elle faisait le grand saut dans le vide, plongeant tête la première dans une relation imprévue. Elle n'avait pas prévu de tomber amoureuse un jour. Ce n'était pas dans ses plans. L'amour était surfait. Superflu. Elle voulait s'amuser, profiter. Vivre sa vie. Et pourtant, Duncan avait réussi à hanter ses pensées. « Je crois que je suis amoureuse, Lukas. » Elle n'avait jamais été amoureuse, elle ne savait pas ce que cela représentait réellement. Et pourtant, elle sentait au fond d'elle que ce road-trip n'avait pas été qu'une succession de merveilleux moments. Ce voyage l'avait changé. A ce moment précis, il n'y avait plus que lui qui hantait son esprit. Son regard, son sourire, elle les revoyait sans cesse. Il avait pris possession de sa vie. Il avait volé la seule chose qu'elle n'avait jamais osé donner. Il avait volé son cœur. 

Dans un romantisme absolu, elle retirait une à une les pétales d'une fleur, prononçant doucement quelques mots, timidement. Sous le regard attentif du jeune garçon, elle ne se préoccupait peu des quelques mots qu'ils murmuraient au creux de son oreille. « Je t'aime passionnément, Duncan. » avait-elle fini par prononcé. Elle se souvenait de leur premier baiser, de leur premier je t'aime. Elle se souvenait de leur première fois. Lorsqu'elle le voit, tout s'écroule. Le monde devient flou. Elle se perd dans les abîmes d'un monde parallèle. Elle est si différente près de lui, elle est une autre. Elle est amoureuse. A ses côtés, Nelha-Isaline vivait dans un monde différent, elle était bercée par des illusions magiques, ses yeux brillaient, sa voix tremblaient, son cœur battaient trop vite. Elle se sentait pousser des ailes. Chaque fois que sa peau touchait la sienne, elle frissonnait, chaque fois que son regard croisait le sien, elle rougissait. Chaque fois qu'ils s'embrassaient, elle perdait le contrôle de ses mouvements. Nelha-Isaline n'était plus qu'une de ses filles, amoureuses et niaises, lorsqu'elle était avec lui. Elle n'était plus cette fille forte, sans attache, prête à tout pour s'amuser, pour vivre sa liberté. Elle s'était enchaînée à lui. Elle avait quitté sa liberté pour lui, pour cet amour nouveau, ce sentiment qu'elle n'avait encore jamais connu. L'attrait de la nouveauté sans doute. Elle se laissait bercer dans ses bras, elle laissait son souffle se perdre dans son cou, ses mains dans le creux de ses reins. Une fusion parfaite se faisait entre eux. Ils avaient fait des plans, ils rêvaient ensemble. Au début, c'était beau. Idyllique. Elle n'avait jamais rien imaginé de si parfait. Elle vivait dans un monde fait d'amour. Son monde se trouvait dans les nuages, ce n'était qu'un doux rêve, tendre. Ils ont vécu ensemble, ils ont eu une belle histoire ensemble, du moins, d'apparence.

A travers les murs de l'appartement, on entendait encore les cris. Une nouvelle dispute venait d'éclater. Une parmi tant d'autre. Duncan et Nelha-Isaline se disputaient pour rien. Pour des broutilles sans importances. Pour des conneries, des enfantillages. Ils n'étaient jamais d'accord, sur rien. Ni sur la vaisselles à faire, ni sur le programme télévisé. Les premiers instants de leur relation étaient loin. Loin était ce temps où ils se souriaient, où ils s'aimaient. Il est loin, ce temps où ils profitaient de leur vie. Nelha-Isaline ne pourrait même pas dire comment tout a commencé. Elle ne pourrait pas même parler de leur première dispute. Elle a fini par ne plus les compter. Par ne plus y penser, cherchant malgré elle, dans cette relation perdue d'avance de quoi s'accrocher. Elle se demandait parfois s'ils avaient été heureux un jour. Sans doute assez pour vivre ensemble. Assez pour qu'elle pense au mariage, à fonder une famille. « Je suis enceinte, Duncan. » Elle avait vu ses yeux s'assombrir, son regard se noircir d'un seul coup. Il ne la croyait pas. Il ne voulait pas la croire. Elle se souvient d'un rire jaune échappant sa bouche face à cet homme, celui qu'elle avait tellement aimé. Elle se souvient l'avait regardé avec tout le sérieux dont elle était capable. Et après avoir juré quelques mots dans un français parfait, elle avait élevé la voix, comme d'habitude. « J'en suis certaine. C'est écrit noir du blanc sur les résultats de ma prise de sang. » D'un geste nonchalant, elle lui avait jeté les papiers à la figure. Elle arrivait à un point de non retour. Elle se sentait mal. Mal de se trouver face à un homme qui ne la regardait que d'un œil, qui ne l'écoutait que d'une oreille. « Je te signale qu'il faut être deux pour faire un enfant ! Qu'est-ce que tu veux ? Que j'y mette un terme ? Mais dans tes rêves. Ce bébé verra le jour que tu le veuilles ou non. Avec ou sans toi, j'y arriverais. » Elle avait quitté la pièce pour s'enfermer dans son atelier de peinture. Le seul endroit où il avait interdiction d'y entrer. Le seul endroit où elle pouvait retrouver son calme. Ce bébé qui grandissait en elle n'était certainement pas la meilleure chose pour leur couple. Elle gardait l'espoir qu'un jour, Duncan ouvre les yeux.  Elle gardait l'espoir, qu'il ne la regarde plus comme le second amour de sa vie. Le premier n'était autre que son travail. Ce métier qui lui bouffait la vie, peu à peu. Qui le tuait à petit feu, sans même qu'il ne le voit. Chaque jour, c'était la même histoire. Elle s'endormait, épuisée de l'attendre. Épuisée de ne pas le voir. Voyait-il seulement que son ventre prenait de l'ampleur. Nelha-Isaline était devenue invisible. Dans ce lit trop grand pour elle, elle avait fini par avoir l'habitude de s'endormir près d'une place définitivement froide. Il manquait ce corps absent. Ce corps qui se noyait dans un travail qu'elle détestait. Parfois, elle se demandait s'il l'aimait encore. S'il y avait encore un brin d'amour entre eux. Sans doute plus maintenant. Cette grossesse avait mis le point final à leur relation. Ce bébé avait été la goutte d'eau de trop. Le vase a débordé, brisant les derniers espoirs de renaissance. Ce vase avait éteint les dernières cendres de leur amour.

Neuf mois avait passé. Neuf longs mois durant lesquels elle avait vu son ventre s'arrondir, durant lesquels elle avait vu son corps se déformer. Durant lesquels son couple n'avait cessé de se déchirer. Cet enfant, elle le voulait. Elle le voulait sans forcément l'avoir sur le champ. Elle l'avait désiré autant qu'elle aurait aimé que Duncan lui demande sa main. Elle avait donné naissance à ce bébé, à ce petit garçon. C'était un trois mai, en deux mil dix. « Jeremy. » Elle regardait ce petit corps, ses yeux bruns la regardaient difficilement. Il n'y avait plus que lui qui l'importait, rien autour d'elle ne pouvait l'empêcher d'observer son bébé. Son fils. A ce moment précis, elle se sentait véritablement mère. Elle ressentait, à travers les battements de son cœur, cette fibre maternelle qu'elle avait eu peur de ne pas avoir. Jusqu'à présent, ce bébé avait représenté toutes ses plus grandes peurs. Elle s'était longtemps imaginée qu'elle finirait seule. Seule à vingt-deux ans un enfant sur les bras. Elle avait longtemps pensé fuir. Fuir cette vie étouffante. Elle avait dépassé la limite de ce qu'elle pouvait supporter. Duncan ne la regardait plus, ses parents avaient cessé de lui parler à la minute où elle leur annonçait sa grossesse, elle haïssait sa sœur. Il ne restait que ce frère qu'elle aimait tant, ce frère qui ne l'avait jamais lâchée. Elle avait imaginé fuir loin, partir, recommencer loin avec son fils. Vivre une nouvelle vie, oublier cet amour qui l'avait détruite, oublier ces années, oublier son monde entier pour s'en reconstruire un dans un autre pays. Son corps est douloureux, comme un poids. Elle n'est pas triste, elle est mal. Elle a mal, comme s'il lui avait arraché le cœur. Elle n'est pas malheureuse. Il l'a brisée. Elle l'aimait, elle ne l'aime plus. Ainsi voyait-elle les choses. Ainsi voyait-elle sa vie. Un poids qu'elle devait traîner. Elle n'avait pas fui. Elle était restée, pour Jeremy uniquement. Pour qu'ils grandissent près de son père. Tel un vieux couple de divorcés, ils se partageait ce pauvre garçon équitablement. Une semaine sur deux, la vie coupée en deux. La situation n'est pas idéale, mais il n'y a aucune solution. Il n'y en a pas pour le moment. 

C'est surfait le bonheur. C'est mesquin le bonheur. Être heureux ou ne pas l'être. Le vide, le silence l'entoure. Elle se sent oppresser, écraser par ce rien. Son sourire ne cache rien, ni joie, ni peine. Ce n'est qu'une manière d'être. Sa vie ne lui apparaît ni bonne, ni mauvaise. Elle n'est ni heureuse, ni malheureuse. Elle n'en sait rien. Elle ne sait pas ce qu'est le bonheur, dans le fond. Elle ne comprend pas. Elle vit. Simplement. Vivre, pour survivre. Elle ne veut que sourire. Sourire à s'en décrocher la mâchoire. Sourire pour enfin comprendre le bonheur. Comment est-il ? Qui est-il ? Pourquoi lui ? C'est abstrait. Il est certainement beau. Tout le monde en parle. Tout le monde le cherche. Il doit être gentil. Qu'importe. Elle s'en moque. Elle se moque de tout. Elle n'a plus qu'une source de bonheur, de joie. Ce petit être qui aujourd'hui a quatre ans. Quatre années s'étaient écoulées sans qu'elle ne s'en rende compte. Le temps est passé si vite, à la vitesse de l'éclair. Elle ressent cette haine pour cet homme qu'elle a tellement aimé. Cet homme pour qui elle a tout donné. Il lui arrive de repenser, à ces instants, à ces moments qu'ils ont vécu ensemble. Elle ne repense qu'au bonheur, elle oublie leurs disputes à répétition. Au fond d'elle, elle veut croire qu'ils se sont aimés. Pas comme deux amants, pas comme deux adolescents pourraient s'aimer. Elle veut croire qu'ils se sont aimés comme deux âmes sœurs pourraient s'aimer. « Je t'aime, moi non plus. Fuis moi, je te suis. Suis moi, je te fuis. C'est une course. D'un côté, il y a cet amour, celui qui vous prend aux tripes. De l'autre, il y a cette haine si forte, cette rancune qui vous emporte. L'amour, c'est comme le bonheur. C'est surfait. Sans lui, ça n'a plus vraiment de sens. C'est comme un repas sans saveur, un parfum sans odeur, une chanson sans musique, un livre sans page. Sans lui, l'amour est mort. L'amour est devenu haine. » Un gouffre s'était créé entre eux. Un gouffre qui semblait infranchissable. Leur amour avait disparu dans les décombres de leur relation. Toutes les disputes qui s'étaient installées entre eux avaient détruit ce qu'il restait de leur amour. Qu'en restait-il aujourd'hui ? Peu de chose. Rien que ce petit garçon qui les unissait encore, malgré tout. Des hommes passent dans sa vie, ne s'arrêtent qu'un instant avant de repartir. Rien à faire, elle n'y arrive pas. Elle ne peut pas. L'impression d'être infidèle, de tromper un amour perdu. Jamais rien ne dure avec ces hommes, elle aimerait mais rien n'y fait. Il hante son esprit, constamment. Il apparaît chaque fois qu'elle ferme les yeux. Il a détruit sa vie, il continue encore aujourd'hui. Elle se reconstruit, elle tente de vivre dignement. De son métier d'avocate et de ses peintures, elle s'en sort sans trop de difficultés, . Seule, elle tente de tout gérer. Elle veut offrir le meilleur pour son fils lorsqu'il est avec elle, elle veut vivre comme n'importe quelle femme, profiter de sa vie. Elle court après un avenir qui la fuit. Elle fuit un passé qui la poursuit. Son centre est sa perdition. Jeremy d'un côté, Duncan de l'autre, son esprit est encombré. Elle cherche une issue, une solution sans jamais la trouver. Elle garde espoir. Elle y arrivera.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 14 Juil - 22:03

Tu choisis que des badass tu sais ça ?! I love you brille
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 14 Juil - 22:11

toi aussi, t'es badass d'abord ! brille
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1066
AVATAR : Sophia Bush
CHANSON DU MOMENT : Imagine Dragons - On Top Of The World
AGE : 28 ans
CREDIT : (c) .Cranberry ; (c) BlueSky




découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 14 Juil - 22:20

bave lit wahou calin2 

______________


    L'amour n'est pas l'amour s'il fane lorsqu'il se trouve que son objet s’éloigne, quand la vie devient dure, quand les choses change, le vrai amour reste inchangé... William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1816-caleigh-there-s-an-endless-road-to-be-discovered#56635 http://www.what-about-now.net/t2011-caleigh-when-she-was-just-a-girl-she-expected-the-world http://blueskywithsunshine.tumblr.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 14 Juil - 22:22

brille lit
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 14 Juil - 22:26

lit bave lit bave 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 773
AVATAR : Phoebe Tonkin
AGE : 26 ans
AUTRES COMPTES : Miléna S. Adams
CREDIT : Liloo-59




découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: Psychologue dans un collège
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Mar 15 Juil - 22:51

Encore encore bienvenue I love you
Haha! Oui oui, je vais passer sur toutes tes fiches (a) ♥

______________

A venir ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1285-maelys-lola-da-silva-quicommed-habituden-apastrouvedetitresupertropcool-x http://www.what-about-now.net/t1287-mae-a-la-recherche-d-un-titre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 1158
AVATAR : leighton meester
AGE : vingt-six ans
AUTRES COMPTES : meade-plùm, ézéchiel, joe, koda.
CREDIT : avatar ◮ twisted lips


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: avocate
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Mar 15 Juil - 23:40

merci, encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES : 2242
AVATAR : Emily VanCamp
CHANSON DU MOMENT : ►Lecture
Plumb - Cut ♥
AGE : elle a vingt-huit ans
AUTRES COMPTES : micahel-ana + poppy-ann + dylan
CREDIT : avatar par hersunshine

(c) fuckyeah-revenge | tumblr


découvre ce qui se cache
CARTE D'IDENTITE
★ SITUATION: Libre comme l'air
★ PROFESSION: bibliothécaire écrivaine et artiste à ses heures perdues
★ RELATIONS:
MessageSujet: Re: never say never.   Lun 28 Juil - 0:18

OMG, c'est parfait, c'est magnifique brille j'ai adoré te lire I love you quand je repense à tes débuts sur WAN, tu as tellement progressé, j'ai tellement hâte de lire la suite pour Nehla et Duncan en espérant qu'il sera vite joué brille brille
bon, tu connais la maison hein héhé
Revenir en haut Aller en bas
http://www.what-about-now.net/t1817-je-voudrais-un-bonhomme-de-neige http://www.what-about-now.net/t1865-riven-ahri-zyra-rhodes-i-need-your-love
Contenu sponsorisé

découvre ce qui se cache
MessageSujet: Re: never say never.   

Revenir en haut Aller en bas
 

never say never.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT NOW ™ :: Gestion du personnage :: Inscriptions à l'état civil :: Bienvenue à Longside Creek !-